"White Privilege": Emmanuel Macron joue Rokhaya Diallo?

libre info france

Dans un entretien à l'Express, le président de la République admet l'existence d'un «privilège blanc». Une expression directement tirée de la gauche décoloniale et antiraciste, mais qui placerait avant tout Emmanuel Macron face à ses contradictions, souligne l'essayiste Paul-François Paoli.

«J'observe que, dans notre société, être un homme blanc crée des conditions objectives qui sont plus faciles pour accéder au travail qui est le mien, pour avoir un logement, pour trouver un travail, que pour être un homme asiatique, noir ou maghrébin, ou une femme asiatique, noir ou nord-africain. Donc, dans ce sens, être un homme blanc peut être vécu comme un privilège. "

Les "privilège blanc " serait donc un "Fait" pour le Président de la République, comme spécifié dans un entretien accordé à L'Express ce mardi 22 décembre. Si le terme est largement utilisé par les militants antiracistes français et américains, c'est la première fois qu'un homme politique l'utilise.

C'est aux États-Unis, sous la plume de la savante Peggy McIntosh, que le terme a été conceptualisé. Dans votre article White Privilege: déballage du sac à dos invisible ("Privilège blanc: défaire le sac à dos invisible", non traduit en France), publié en 1989, l'activiste antiraciste et féministe a donné la définition suivante: "Le privilège blanc est l'ensemble des avantages, prérogatives, avantages et options immérités et indiscutables qui sont conférés aux individus uniquement en raison de leur couleur. En général, les Blancs jouissent d'un tel privilège sans s'en rendre compte."Mais le concept de"privilège blancCependant, il est très controversé dans les cercles académiques et intellectuels.

Dans une chronique publiée dans Le monde juin dernier sous le titre "Privilège blanc, ce non-sens dangereux"La secrétaire nationale de coordination du Parti socialiste, Corinne Narassiguin, a dénoncé la"victimisation communautaireCela, selon elle, une partie des Français est partie quand elle s'est approprié un concept directement aux États-Unis. "Appréhender le racisme à travers le soi-disant privilège blanc, c'est renverser le problème. Nous ne renversons pas le racisme essayer de faire culpabiliser les Blancs individuellement et collectivement."

Le président de la République soutient-il ici le lexique utilisé par la gauche "décolonial", Particulièrement utilisé par l'activiste Rokhaya Diallo?

"Inflation des représentations des victimes"

Si vous qualifiez votre poste dans le "privilège blanc"Dans cette même interview, en précisant que"chacun a sa part de travail et de mérite"Et ce risque est"Ces données de base sont un facteur explicatif majeur.», Emmanuel Macron Paul-François Paoli, perplexe, l'auteur du livre A l'origine du malaise identitaire français (éd. L & # 39; Artilleur), un essai qui aborde la rhétorique décoloniale.

"Il n'y a pas de" privilège blanc "en France", critique Paoli depuis le début avant d'ajouter: "Tout le monde sait que le malaise identitaire dans ce pays est moins lié aux problèmes de couleur de peau qu'à" l'inflation de la représentations des victimes, que Macron dénonce lui-même, ce qui le met en contradiction avec ses propres propos ».

Pour Paoli, le président de la République est à nouveau prisonnier de son célèbre "en même temps". Si vous regrettez le"victime et société émotionnelle"Dans lequel nous vivons, cependant, il contribuerait lui-même à"Justifiez et nourrissez le ressentiment de cette victime."En utilisant le terme"privilège blanc".

Une communication qui ressemble plus à une forme de "grand écart"Selon Arnaud Benedetti, professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne et spécialiste de la communication politique. Le Figaro à partir de ce mardi 22 décembre l'universitaire a vu dans le macronien au milieu "une vision contradictoire dont l'objectif est d'attribuer les promesses à toutes les parties du marché électoral. Comme si le sac en cuir macronien était destiné à absorber tous les vents dominants de la société, y compris les vents contraires."

"Tintin au Congo renversé"

Entre "Pensée complexe"ET"grand écartIdéologique, il n'y aurait donc qu'un petit pas. Mais, pour Paul-François Paoli, Emmanuel Macron se trompe fondamentalement en donnant foi à l'idée de "privilège blanc"."Idéologie antiraciste La victime se nourrit de tous ces malentendus et de notre lâcheté.», Slice notre interlocuteur.

"La France est un pays européen dont la population est composée majoritairement de Caucasiens et donc de" Blancs ", précise Paul-François Paoli. Ce fait n'implique aucun principe de supériorité raciale. L'erreur de l'universalisme républicain est plutôt d'agir comme si cette réalité anthropologique n'existait pas ».

En opposant systématiquement les «blancs» aux «non-blancs», les militants antiracistes tomberaient-ils paradoxalement dans une forme de racisme inversé? "Racialiser les relations sociales, c'est renouveler les discriminations que l'on entend combattre ou cacher celles qui existent déjà: par exemple, déduire une doctrine de la couleur de peau et parler de «pensée blanche» est le geste même du vieux «racisme scientifique». "19ème siècle (selon cette idéologie) l'épiderme et la biologie déterminent les opinions, les comportements malgré soi: on se sent comme Tintin au Congo, mais renversé", Écrit essayiste Pascal Bruckner Dans Le Figaro. "Le racisme commence quand on réduit l'autre à son origine à travers une hiérarchie presque ontologique», Corrobore Paul-François Paoli pour Spoutnik.

De plus, en utilisant le terme "privilège«Les militants antiracistes suivent, consciemment ou non, dans la lignée des révolutionnaires de 1789. Qui précisément a aboli le»privilègesDe la société Ancien Régime. Cela signifie-t-il que le seul "privilèges"Qui existent encore en France sont de nature raciale, en fait opposer les "blancs" aux "non-blancs"?

Ironiquement, le politicien le plus partisan du discours décolonial, Jean-Luc Mélenchon, a lui-même refusé d'utiliser l'expression "privilège blanc". En juin dernier à l'orgue de La France insoumise, Insubordination, le député des Bouches-du-Rhône a déclaré que "les trois ou quatre personnes qui pensent qu'il y a un privilège blanc n'ont jamais vu un pauvre homme blanc"."Il faut aimer la France sans exclusivité, ce n'est pas la couleur qui séparera les FrançaisPuis il a supplié.

. (tagsToTranslate) Emmanuel Macron (t) White Privilege (t) Anti-racism France (t) Rokhaya Diallo (t) French Left

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *