Une nouvelle loi permet aux résidents démantelés par Big Tech de poursuivre jusqu'à 100000 dollars en Floride

Ron DeSantis de Floride, le gouverneur républicain que les démocrates adorent détester, déclenche maintenant les gauchistes avec sa façon de manger de la pizza

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a signé une loi permettant aux habitants de poursuivre en justice Facebook et YouTube pour jusqu'à 100 000 dollars s'ils sont injustement épuisés.

«Aujourd'hui, les Floridiens se voient garantir une protection contre la prise de pouvoir de la Silicon Valley sur la parole, la pensée et le contenu,» DeSantis a déclaré lundi lors d'une cérémonie de signature à Miami. «Nous, le peuple, sommes opposés au totalitarisme technologique.»

La loi exige que les plateformes de médias sociaux soient transparentes sur leurs pratiques de modération de contenu et informent correctement les utilisateurs des changements de politique. En plus de permettre aux personnes censurées de demander des dommages-intérêts, la législation permet au procureur général de l'État de poursuivre les entreprises Big Tech pour pratiques commerciales déloyales et trompeuses.

Lire la suite

Ron DeSantis de Floride, le gouverneur républicain que les démocrates adorent détester, déclenche maintenant les gauchistes avec sa façon de manger de la pizza

Les entreprises qui auraient enfreint la loi antitrust se verront interdire de conclure des contrats avec toute entité étatique. La loi interdit aux entreprises de médias sociaux d'éliminer des candidats politiques en Floride, avec des sanctions allant jusqu'à 250 000 dollars par jour. Tous les résidents doivent également être autorisés à bloquer tout candidat qu'ils choisissent de supprimer de leurs flux.

«Si les censeurs de Big Tech appliquent les règles de manière incohérente, pour discriminer en faveur de l'idéologie dominante de la Silicon Valley, ils seront désormais tenus responsables», Dit DeSantis.

Le gouverneur républicain a déclaré que la législation avait été rendue nécessaire par une concentration de pouvoir sans précédent, que Big Tech a utilisée pour imposer l'orthodoxie de la pensée sur des questions telles que l'origine de Covid-19 et l'efficacité des verrouillages pandémiques. «Sur des questions majeures qui méritent un débat vigoureux, la Silicon Valley agit comme un conseil de censeurs», il a dit. «Ils annulent les gens. Lorsque les foules viennent après quelqu'un, elles les abattent. Ils interdisent les gens de l'ombre, ce qui crée des chambres d'écho partisanes.

Le projet de loi Big Tech marque la dernière initiative de DeSantis pour s'attaquer aux problèmes conservateurs de portée nationale ou même internationale par le biais de lois et de décrets au niveau des États. Par exemple, plus tôt ce mois-ci, il a promulgué une loi interdisant les passeports vaccinaux, et il a non seulement mis fin à toutes les restrictions de Covid-19 imposées par les gouvernements locaux, mais a également annulé toutes les amendes qui avaient été imposées en relation avec ces règles pendant la pandémie.

«La Floride est encore une fois pionnière sur une autre question qui est vraiment importante non seulement pour des millions de Floridiens, mais aussi pour des dizaines de millions d'Américains». Dit DeSantis.

De telles mesures ont également rehaussé le profil national du gouverneur et en ont fait l'un des premiers pionniers de la nomination présidentielle du GOP 2024. Il s'est classé derrière seulement l'ancien président Donald Trump et l'ancien vice-président Mike Pence la semaine dernière dans un sondage Morning Consult.

En tant que résident de la Floride qui a été déplacé par les entreprises de médias sociaux, Trump pourrait faire partie des bénéficiaires de la nouvelle loi de l'État. Interrogé lundi par un journaliste sur la question de savoir si le projet de loi avait été créé pour aider le résident le plus célèbre de l'État, DeSantis a déclaré qu'il était conçu pour protéger tous les Floridiens, mais il n'a pas hésité à aborder le traitement de Trump par Big Tech.

«Lorsque vous déplorez le président des États-Unis mais que vous laissez l'ayatollah Khamenei parler de tuer des juifs, c'est faux», Dit DeSantis.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.