Une délégation américaine a des entretiens « francs et professionnels » avec des terroristes talibans sanctionnés par l'ONU

Le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi. (Photo de Hoshang Hashimi/AFP via Getty Images)

Le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi. (Photo de Hoshang Hashimi/AFP via Getty Images)

(CNSNews.com) – Des responsables américains ont tenu deux jours de pourparlers « candidat et professionnel » à Doha, au Qatar, avec des représentants des talibans, y compris des terroristes sanctionnés par l'ONU, pour la première fois depuis que le groupe terroriste a pris le pouvoir en Afghanistan en août.

Selon une lecture du Département d'État des pourparlers, les sujets à l'ordre du jour comprenaient les droits de l'homme et les droits des femmes (« la participation significative des femmes et des filles dans tous les aspects de la société afghane »), les problèmes de terrorisme, le passage sûr pour les Américains et les autres personnes souhaitant partir, et la fourniture d'aide humanitaire.

La déclaration, du porte-parole du département d'État Ned Price, ne fait aucune référence à la discussion des questions relatives à la reconnaissance du régime de Kaboul, qui recherche la légitimité internationale et veut le siège de l'Afghanistan aux Nations Unies.

"Les discussions ont été franches et professionnelles avec la délégation américaine réitérant que les talibans seront jugés sur leurs actions, pas seulement sur leurs paroles", a déclaré Price.

Une déclaration des talibans sur les échanges du week-end, publiée par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du régime, Abdul Qahar Balkhi, a déclaré que « toutes les questions d'intérêt pertinentes ont été discutées en détail lors de la réunion » et que « des efforts devraient être déployés pour rétablir les relations diplomatiques dans un meilleur état. . "

Le vice-ministre de l'Information et de la Culture des talibans, Zabihullah Mujahid, a déclaré avant les pourparlers que les sujets à l'ordre du jour du groupe comprenaient la mise en œuvre de l'accord de Doha entre les États-Unis et les talibans de février 2020 ; la question des avoirs gelés de l'Afghanistan ; et la reconnaissance « par la communauté internationale, les États-Unis et l'ONU ».

Mujahid a déclaré que la délégation des talibans comprenait le ministre des Affaires étrangères du régime, Amir Khan Muttaqi, le ministre de l'Information et de la Culture Khairullah Khairkhwah, le vice-ministre de l'Intérieur Mawlawi Noor Jalal, le négociateur taliban basé à Doha Shabuddin Delawar et le directeur du renseignement Abdul Haq Wasiq.

La déclaration de Price n'a pas identifié les membres de la "délégation interagences" qui s'est rendue à Doha pour les réunions, mais Reuters signalé qu'ils comprenaient le représentant spécial adjoint du département d'État Tom West et Sarah Charles, assistante de l'administrateur du bureau de l'USAID pour l'aide humanitaire.

Depuis que Kaboul est tombée aux mains des talibans à la mi-août, le groupe a publié sur ses sites de médias sociaux des photos de ses interactions avec des représentants de gouvernements étrangers, mais il ne l'a pas fait dans cette affaire.

L'aide humanitaire au peuple afghan a figuré en bonne place dans les pourparlers.

La déclaration de Price indique que "la fourniture d'une aide humanitaire solide, directement au peuple afghan" a été discutée. Le porte-parole des talibans Balkhi est allé plus loin, cependant, affirmant que les responsables américains avaient accepté de fournir "une assistance humanitaire aux Afghans et fourniraient des installations à d'autres organisations humanitaires pour fournir de l'aide".

« L'AIE (Émirat islamique d'Afghanistan) s'est félicitée de cette aide et a fait remarquer qu'elle coopérera avec des groupes caritatifs pour fournir une aide humanitaire à ceux qui le méritent de manière transparente, et facilitera le mouvement de principe des ressortissants étrangers », a-t-il déclaré.

Dans l'ensemble, les talibans ont déclaré que les pourparlers « se sont bien déroulés » et ont ajouté qu'« il a été convenu que de telles réunions se poursuivront à l'avenir si nécessaire ».

Parmi les responsables talibans qui ont rencontré la délégation américaine, Muttaqi, Delawar, Khairkhwah, et Wasiq sont tous sur la liste consolidée du Conseil de sécurité des Nations Unies des terroristes sanctionnés et, par conséquent, sont soumis à un gel des avoirs et à une interdiction de voyager.

Wasiq et Khairkhwah étaient également membres des « Taliban Five », des terroristes de Guantanamo Bay libérés par l'administration Obama en 2014 en échange du sergent de l'armée américaine. Bowe Bergdahl, détenu par le réseau Haqqani depuis 2009.

Dans son rôle précédent de chef adjoint du renseignement du premier régime taliban, Wasiq « était chargé de gérer les relations avec les combattants étrangers liés à Al-Qaïda et leurs camps d'entraînement en Afghanistan », selon sa liste des sanctions de l'ONU. « Il était également connu pour ses méthodes répressives contre les opposants talibans dans le sud de l'Afghanistan.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.