Un policier arrêté pour «  enlèvement et meurtre '' de Sarah Everard «  retrouvée dans une cellule avec des blessures à la tête ''

Des agents de la police métropolitaine ont déposé des fleurs aux portes du terrain de golf désaffecté et du centre sportif près de la forêt où des restes que l'on craignait d'être ceux de Sarah ont été retrouvés

La disparition de Sarah Everard: l'enquête d'une semaine à ce jour

3 mars: Sarah a disparu «dans les airs» après avoir quitté la maison de son ami Clapham vers 21 heures. Elle sort de la porte arrière de son amie et parle à son petit ami au téléphone pendant 15 minutes.

À environ cinq kilomètres de là, Wayne Couzens termine un quart de travail de 6 heures à la garde de l'ambassade des États-Unis à Battersea.

5 Mars: La famille de Sarah partage des affiches manquantes d'elle après s'inquiéter de plus en plus qu'elle ne soit toujours pas à la maison, faisant passer le mot en ligne avec des liens vers l'association caritative Missing People.

6 mars: La police du Met a publié un appel, affirmant que Sarah aurait traversé Clapham Common, se dirigeant vers la maison de Brixton, un trajet de 50 minutes. Ils disent qu'ils ne sont pas certains qu'elle soit jamais arrivée à la maison.

7 mars: La police a publié des images de Mme Everard et a déclaré qu'elle marchait seule sur l'A205 Poynders Road en direction de Tulse Hill lorsqu'elle a été vue pour la dernière fois sur CCTV, qui n'a pas été remise à la police.

8 mars: Des agents spécialisés sont recrutés et 120 appels du public arrivent. Une opération de porte-à-porte permet à la police de parler à 750 familles

9 mars: La police recherche des jardins près de la route de Mme Everard et à proximité d'Oaklands Estate.

Les agents fouillent également un étang à Clapham Common et s'écoulent le long de l'A205

Cordon autour du complexe de logements de Poynders Court sur Poynders Road, des agents médico-légaux sur les lieux

23h59: L'agent de police rencontré Wayne Couzens arrêté dans le Kent, soupçonné d'enlèvement. Une femme de 39 ans à la même adresse est arrêtée parce qu'elle est soupçonnée d'avoir aidé un délinquant.

Les voisins disent avoir repéré un Land Rover contenant deux hommes qui surveillaient la propriété pendant deux heures avant qu'une vingtaine d'agents ne fassent irruption dans la maison.

Un Couzens torse nu a été emmené de la maison menotté avec un témoin disant: «  Il avait l'air très calme – il est juste sorti ''.

10 mars: Une équipe de recherche spécialisée de la police arrive dans le Kent. Ils fouillent la maison et le jardin de Couzens ainsi que le parc Betteshanger à proximité, à environ deux miles et demi de la maison, ainsi qu'un complexe de loisirs abandonné à Great Chart près d'Ashford.

15h: La police rencontrée confirme que l'homme arrêté est un officier du Commandement de la protection parlementaire et diplomatique. Ils révèlent qu'il a maintenant été arrêté de nouveau, soupçonné du meurtre de Sarah Everard et de la révélation indécente d'une deuxième femme. Ils refusent de dire quand et où la dénonciation à la pudeur présumée a eu lieu.

20h: Dame Cressida Dick confirme que des restes humains ont été trouvés dans les bois à Ashford, dans le Kent, à la recherche de Sarah. Elle n'a pas été en mesure de confirmer si la dépouille appartenait à la femme disparue.

11 mars: 10h: Le Premier ministre Boris Johnson s'est dit «  choqué et profondément attristé par les développements de l'enquête Sarah Everard '', ajoutant «  nous devons travailler rapidement pour trouver toutes les réponses à ce crime horrible ''.

Le ministre de l'Intérieur, Priti Patel, a ajouté: «  Chaque femme doit se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues sans crainte de harcèlement ou de violence. En ce moment profondément triste et tragique alors que nous pensons et prions pour Sarah et sa famille ».

La famille de Sarah Everard a rendu hommage au responsable marketing «  brillant et beau '' après qu'un policier armé arrêté pour son enlèvement et son meurtre ait été retrouvé dans une cellule de garde à vue avec «  de graves blessures à la tête ''.

L'officier diplomatique Wayne Couzens, 48 ​​ans, a été retrouvé inconscient au poste de police de Wandsworth.

Il a été transporté à l'hôpital sous garde armée après avoir reçu les premiers soins à l'intérieur du poste.

Il est entendu par MailOnline que Couzens a été conduit à l'accident et à l'urgence de l'hôpital voisin de St George à Tooting avant d'être renvoyé en garde à vue après le traitement.

Dans un hommage émouvant, la famille de Mlle Everard a déclaré ce soir: «  Notre belle fille Sarah nous a été enlevée et nous lançons un appel pour toute information qui aidera à résoudre ce crime terrible.

«  Sarah était brillante et belle – une fille et une sœur merveilleuses. Elle était gentille et attentionnée, attentionnée et fiable. Elle accordait toujours la priorité aux autres et avait le sens de l'humour le plus incroyable.

«  Elle était forte et fondée sur des principes et un exemple brillant pour nous tous. Nous sommes très fiers d'elle et elle a apporté tant de joie dans nos vies.

«  Nous tenons à remercier nos amis et notre famille pour tout leur soutien pendant cette période horrible et nous tenons particulièrement à remercier les amis de Sarah qui travaillent sans relâche pour aider.

«  Nous sommes très reconnaissants à la police et tenons à la remercier pour tout ce qu'elle fait. Nous demandons maintenant une aide supplémentaire du public.

«Veuillez vous présenter et parler à la police si vous avez des informations. Aucune information n'est trop insignifiante. Merci.'

Leur commentaire intervient après qu'un porte-parole de la police métropolitaine a déclaré que le suspect avait été transporté à l'hôpital avec une blessure à la tête et avait depuis été renvoyé en détention.

Le porte-parole a déclaré: «  Le suspect a été emmené à l'hôpital pour y être soigné pour une blessure à la tête subie pendant sa détention.

«  Il a depuis été libéré et renvoyé en détention. Nous ne sommes pas prêts à discuter davantage. ''

Il est toujours détenu dans un commissariat de police de Londres après qu’une demande de prolongation de sa détention ait été accordée au tribunal de première instance de Wimbledon.

Une femme âgée d'une trentaine d'années, qui a été arrêtée au même moment parce qu'elle était soupçonnée d'avoir aidé un délinquant, a été libérée sous caution pour retourner dans un poste de police à une date à la mi-avril.

Couzens a été retrouvé hier soir et des ambulanciers ont été appelés. L'incident s'est produit vers 20 heures hier soir.

Il était seul dans une cellule et rien n'indique que quelqu'un d'autre ait été impliqué.

Aujourd'hui, il a été affirmé que Couzens travaillait de 14 heures à 20 heures à l'ambassade des États-Unis le jour où sa victime présumée avait disparu «  dans les airs ''. Le bâtiment qu'il gardait est à moins de trois miles de l'endroit où Mlle Everard a été vue pour la dernière fois à 21h30 alors qu'elle rentrait chez elle à Brixton le 3 mars.

Couzens est toujours en garde à vue, soupçonné de l'enlèvement et du meurtre de Mlle Everard et exposition indécente à une deuxième victime anonyme.

La commissaire du Met, Cressida Dick, a révélé hier soir que des restes humains avaient été retrouvés lors de la recherche d'une semaine de Mlle Everard dans les bois près d'Ashford, mais dans un plus grand chagrin pour sa famille, elle a déclaré que l'identification pourrait prendre «  un temps considérable '' – un indice fort que le corps a trouvé. est dans un très mauvais état.

Les opérations de Met Police se poursuivront dans les bois et à Deal pour le reste de la semaine.

Un porte-parole de la police de Kent a déclaré: «  Au cours des prochains jours, la police du Met continuera à mener des activités dans la région pendant que leurs enquêtes progressent. ''

Deux officiers d'un Land Rover banalisé auraient surveillé la maison qu'il partage avec sa femme ukrainienne à Deal, dans le Kent, pendant deux heures avant que 20 policiers ne se précipitent du coin de la rue pour l'arrêter six jours après la disparition de sa victime présumée.

La police avait survolé quelque chose qu'elle avait vu sur CCTV dans un bus londonien qui passait devant Sarah alors qu'elle marchait vers Brixton, selon le Daily Telegraph, qui a déclaré qu'il travaillait dans les heures précédant son arrestation.

Une voiture liée à Couzens – considérée comme un véhicule de location – aurait été récupérée sur la dashcam d'un automobiliste près de l'endroit où Sarah a disparu mercredi dernier.

Une source a déclaré à MailOnline: «  S'ils ont identifié sa voiture dans le bus, ils auront pu le voir rentrer chez lui grâce au réseau de caméras de Londres et Highways England.

«Si elle était dans la voiture, ils auront des images de lui avec elle».

Les détectives recherchent également si le suspect a utilisé sa carte de mandat pour l'attirer dans sa voiture après avoir quitté le travail pour garder l'ambassade américaine à proximité, a-t-on appris aujourd'hui.

Scotland Yard enquêterait également sur la question de savoir si Couzens, 48 ​​ans, a utilisé les règles de verrouillage actuelles de Covid-19 pour arrêter la femme disparue alors qu'elle rentrait chez elle à Brixton depuis la maison de son amie à Clapham, dans le sud-ouest de Londres, le soir du 3 mars.

La police a intensifié ses opérations sur les lieux du crime en milieu rural cet après-midi, installant un quartier général mobile et envoyant une unité de plongée ainsi que plus d'agents dans plusieurs fourgons anti-émeute.

Des officiers médico-légaux en combinaison de chaudière bleue ont été vus entrer dans les bois avec des trépieds, des caméras et peut-être du matériel pour scanner le sol.

MailOnline pense que les bois où les restes ont été trouvés lui étaient connus parce que l'épouse ukrainienne de Couzens et leurs deux enfants s'étaient promenés.

Cela s'est produit alors que le Premier ministre Boris Johnson a déclaré qu'il était «  choqué et profondément attristé par les développements de l'enquête Sarah Everard '', ajoutant «  nous devons travailler rapidement pour trouver toutes les réponses à ce crime horrible ''.

Le ministre de l'Intérieur, Priti Patel, a ajouté: «  Chaque femme doit se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues sans crainte de harcèlement ou de violence.

«En cette période profondément triste et tragique alors que nous pensons et prions pour Sarah et sa famille».

Le principal suspect étant toujours en détention, il est également apparu aujourd'hui:

  • Couzens travaillait à l'ambassade des États-Unis à seulement cinq kilomètres de l'endroit où Sarah a disparu et s'est arrêtée du travail environ 90 minutes avant sa dernière visite.
  • Il y travaillait comme garde armé
  • L'épouse ukrainienne du policier, Elena, n'a pas été revue depuis son arrestation.
  • Sa mère dit que son gendre «n'aurait rien pu faire de tel»;
  • Boris Johnson se dit «choqué et profondément attristé par les développements de l'enquête Sarah Everard»;
  • Priti Patel dit que chaque femme devrait se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues sans crainte de harcèlement ou de violence;
  • Les pairs du Parti vert appellent tous les hommes à faire face à un couvre-feu à 18 heures: la baronne Jenny Jones appelle à un changement de loi pour empêcher les hommes de quitter la maison à la suite du meurtre de Sarah Everard et les femmes font campagne pour «récupérer les rues»;

Des agents de la police métropolitaine ont déposé des fleurs aux portes du terrain de golf désaffecté et du centre sportif près de la forêt où des restes que l'on craignait d'être ceux de Sarah ont été retrouvés

Des agents de la police métropolitaine ont déposé des fleurs aux portes du terrain de golf désaffecté et du centre sportif près de la forêt où des restes que l'on craignait d'être ceux de Sarah ont été retrouvés

MailOnline a reconstitué les derniers mouvements de Sarah car il a été affirmé que Couzens travaillait à l'ambassade des États-Unis le jour de sa disparition.

MailOnline a reconstitué les derniers mouvements de Sarah car il a été affirmé que Couzens travaillait à l'ambassade des États-Unis le jour de sa disparition.

La commissaire de la police métropolitaine, Cressida Dick, a confirmé que des restes humains avaient été retrouvés lors de la recherche d'une semaine de la responsable du marketing Sarah Everard, âgée de 33 ans, quelques heures après que la force ait arrêté l'un de ses propres agents, Wayne Couzens, soupçonné de meurtre.

La commissaire de la police métropolitaine, Cressida Dick, a confirmé que des restes humains avaient été retrouvés lors d'une semaine de recherche de Sarah Everard, directrice du marketing, âgée de 33 ans.

La force a arrêté l'un de ses propres officiers, Wayne Couzens, soupçonné de meurtre, photographié à gauche et à droite avec sa femme Elena

Wayne Couzens, 48 ​​ans, était détenu par des collègues de la police métropolitaine dans le cadre de l'enquête

Le Met a arrêté l'un de ses propres officiers, Wayne Couzens, soupçonné de meurtre, photographié à gauche et à droite avec sa femme Elena. CCTV d'un bus qui a croisé sa victime présumée alors qu'elle rentrait chez elle

Des policiers légistes visitent aujourd'hui le domicile du principal suspect Wayne Couzens alors que l'enquête se poursuit

Des policiers légistes visitent aujourd'hui le domicile du principal suspect Wayne Couzens alors que l'enquête se poursuit

Des images aériennes prises par la BBC montrent l'arrière du jardin avec une piscine apparemment recouverte par les enquêteurs

Des images aériennes prises par la BBC montrent l'arrière du jardin avec une piscine apparemment recouverte par les enquêteurs

La police a aujourd'hui étendu sa présence sur le site d'Ashford où des restes humains ont été retrouvés la nuit dernière, notamment un QG mobile (sur la photo en train d'être mis en place) et une unité de plongée.

La police a aujourd'hui étendu sa présence sur le site d'Ashford où des restes humains ont été retrouvés la nuit dernière, notamment un QG mobile (sur la photo en train d'être mis en place) et une unité de plongée.

La police fouille aujourd'hui une forêt à Ashford, près de Kent (photo), où des restes humains ont été trouvés. Les agents disent qu'ils ne sont pas encore en mesure de dire si les restes appartiennent à Sarah Everard

La police fouille aujourd'hui une forêt à Ashford, près de Kent (photo), où des restes humains ont été trouvés. Les agents disent qu'ils ne sont pas encore en mesure de dire si les restes appartiennent à Sarah Everard

Les agents ont fait la découverte horrible au club désaffecté Great Chart Golf & Leisure Country Club près d'Ashford (photo aujourd'hui)

Les agents ont fait la découverte horrible au club désaffecté Great Chart Golf & Leisure Country Club près d'Ashford (photo aujourd'hui)

La maison de Couzens à Deal est entourée de murs métalliques et grouille d'agents médico-légaux

La maison de Couzens à Deal est entourée de murs métalliques et grouille d'agents médico-légaux

La police a également fouillé l'ancien garage de la famille du suspect à Douvres, qui est maintenant désaffecté et abandonné

La police a également fouillé l'ancien garage de la famille du suspect à Douvres, qui est maintenant désaffecté et abandonné

Le père de deux enfants a été arrêté après la fin de son quart de travail à Westminster

Par Sam Greenhill, Emine Sinmaz et Jim Norton pour le Daily Mail

Le policier armé Wayne Couzens venait tout juste de terminer un quart de travail pour protéger les VIP de Westminster lorsqu'il a été arrêté.

Le père de deux enfants marié est membre de l'équipe d'élite de la protection parlementaire et diplomatique – un rôle qui lui permet de porter une arme à feu et une carte de mandat de la police métropolitaine.

Hier, des proches ont décrit leur état de choc lors de son arrestation, l'un d'eux décrivant l'officier de 48 ans comme «un bel homme honnête» et sa belle-mère déclarant: «Il ne pouvait rien faire de tel».

Un voisin de la maison de trois chambres de 200000 £ à Deal, Kent, que M. Couzens partage avec sa femme «  bavarde '' et ses deux jeunes enfants, a déclaré: «  Ils semblaient juste être une famille normale et régulière. Il n'y avait rien d'étrange à leur sujet.

L'unité de police armée de M. Couzens est chargée de la protection des bâtiments gouvernementaux et des ambassades, ainsi que des ministres et des chefs d'État en visite. Son unité garde parfois des événements auxquels participent des membres de la famille royale.

Son épouse est originaire d'une région reculée de l'Ukraine et a étudié la biologie dans l'une des principales universités du pays, à Donetsk, avant de venir au Royaume-Uni et de travailler comme scientifique. Elle a travaillé chez Boots Opticians à Canterbury et est maintenant la directrice de laboratoire d'une entreprise scientifique prospère dans le Kent.

Hier soir, sa mère Nina Sukhoreba, s'exprimant depuis son domicile à Kirovograd, à 500 miles au sud de la capitale Kiev, a déclaré: «  Il ne pouvait rien faire de tel. C'est un homme de famille formidable, un homme formidable. Cela me semble fou.

Depuis son mariage avec sa fille en 2006, elle a déclaré que M. Couzens s'efforçait d'apprendre l'ukrainien et avait visité le pays chaque année.

Elle a dit que ces derniers jours, le couple avait préparé leurs enfants à retourner à l'école après la levée du verrouillage.

Elle a déclaré: «  J'ai parlé à ma fille hier et elle ne m'a rien dit. Elle a dit que Wayne était au travail et que tout allait bien. C'est un père merveilleux. Il est venu rendre visite aux enfants et nous avons tous marché jusqu'à la rivière et il m'a aidé à la maison et dans le jardin.

Né à Douvres en 1973, M. Couzens n'est entré dans la police que plus tard dans sa vie. Il a passé 20 ans à travailler dans l'entreprise de garage de sa famille, BCB Dover, fondée en 1967.

L'entreprise a fermé ses portes en 2015. À ce moment-là, lui et un frère étaient devenus des policiers.

Entre le départ de l'entreprise familiale et le fait de devenir officier du Met, Wayne Couzens a fait un passage dans l'armée territoriale et a travaillé à la gendarmerie nucléaire civile, où il a suivi une formation aux armes à feu, dans le cadre de l'équipe de protection de la centrale nucléaire de Dungeness.

En 2008, il était agent de la circulation avec la police de Kent à Folkestone. On ne sait pas en quelle année il est passé au Met.

Il a vécu dans un appartement au dernier étage d'une propriété d'époque convertie à Folkestone pendant environ trois ans. Les voisins Kelvin et Belinda Neary l'ont qualifié de «  très calme '', mais ont ajouté qu'il avait une fois sauvé une locataire âgée de son appartement lorsqu'un incendie s'est déclaré.

Sa logeuse Shannette Roy, 74 ans, a déclaré: «  Il venait tout juste de se qualifier en tant que policier et travaillait à Douvres. C'était un gentil garçon. La seule chose que j'ai trouvée étrange, c'est quand il a dit qu'il allait en Ukraine chercher sa femme et qu'il l'a ramenée. Elle ne parlait pas très bien l'anglais.

Mme Roy a ajouté: «  Il adorait être policier. Il était tout simplement normal, gardait l'endroit bien rangé et payait son loyer à temps.

La famille Couzens a acheté sa maison en 2015. Il y a un trampoline dans le jardin à l'arrière, et leur fils et leur fille d'âge primaire semblent avoir passé le verrouillage à faire des vidéos amusantes publiées sur YouTube sur la vie de famille, y compris comment ils ont «  fait des farces à maman et papa '' .

Mme Couzens a fièrement publié sur sa page Facebook publique des photos des vacances de la famille en Ukraine en 2017 et une autre en 2019 à Dubaï.

Un oncle de M. Couzens, Kevin Fowle, de Chatham, Kent, a déclaré au Mail: «  Il n'a jamais rien fait de fâcheux. C'est un bel homme honnête.

Un cousin, Stefan Boyce, 29 ans, a déclaré qu'il avait été choqué d'apprendre son arrestation, en disant: «  C'est assez effrayant. J'ai tellement entendu parler de lui dans la police et de la fierté de sa famille.

Un ancien voisin a déclaré qu'il était «  très rare '' pour M. Couzens de sortir boire avec des amis et qu'il «  semblait simplement heureux avec ses enfants ''.

Couzens a été arrêté tard le 9 mars – six jours après la disparition de Mlle Everard «  dans les airs '' – lorsque plus de 20 officiers ont fait irruption chez lui sur la côte du Kent.

Il a été rapporté que des voisins ont remarqué un Land Rover garé près de la maison du policier Wayne Couzens dans la ville historique de Deal et ont pensé qu'il était surveillé par deux hommes à l'intérieur vers 17 heures mardi soir.

Environ deux heures plus tard, jusqu'à deux douzaines d'agents cachés au coin de la rue auraient sprinté dans la propriété.

Un Couzens torse nu a été emmené de la maison menotté avec un témoin disant: «  Il avait l'air très calme – il est juste sorti ''.

Son épouse ukrainienne Elena, 38 ans, travaille comme responsable de laboratoire. Elle n'est pas au domicile du couple aujourd'hui, qui reste aujourd'hui fermé derrière un mur métallique.

Ils ont été décrits par des amis comme un «  couple très aimant '' avec deux enfants qui se sont rencontrés en ligne il y a environ 12 ans.

Scotland Yard a insisté hier sur le fait que le suspect n'était pas en service au moment de la disparition de Sarah.

L'officier armé, qui fait partie de l'unité armée de la protection parlementaire et diplomatique du Met (PaDP), aurait été récupéré à l'extérieur de l'ambassade par un minibus et probablement emmené au poste de police de Charing Cross.

Une fois sur place, comme tous les officiers armés, il aurait dû remettre son arme à feu dans l'armurerie et se diriger vers son casier pour se changer.

Il n'aurait pas dû rentrer chez lui en uniforme. Au lieu de cela, tous les officiers doivent revêtir leurs vêtements civils.

Le Sun a cité une source policière qui aurait déclaré: «L'hypothèse de travail est que le suspect a vu Sarah dans la rue pour la première fois et l'a kidnappée».

Il est entendu qu'une ligne d'enquête sur laquelle la police enquête est de savoir si le suspect a peut-être utilisé cette carte de mandat pour dialoguer avec le suspect sous le prétexte des règles de verrouillage de Covid.

Une source a déclaré au Times que les détectives n'avaient pas encore trouvé de lien entre le suspect et sa victime présumée.

Les agents consultent aujourd'hui les téléphones, les ordinateurs et les réseaux sociaux. Un initié a déclaré: «  Jusqu'à présent, il n'y a aucune preuve (d'un lien). Vous ne pouvez pas être sûr à 100% à ce stade, mais jusqu'à présent, c'est une ligne d'enquête principale que Sarah ne savait pas qui l'a attaquée.

La nuit dernière, des détectives à la recherche de Sarah ont trouvé des restes humains dans une forêt du Kent – alors que les agents continuaient d'interroger un collègue de la police métropolitaine en service sur les soupçons de son meurtre. Ils restent sur les lieux près d'Ashford ce matin.

Le responsable marketing de 33 ans «  a disparu dans les airs '' après avoir quitté la maison d'un ami à Clapham, dans le sud de Londres, vers 21 heures, le mercredi 3 mars.

Wayne Couzens, un agent de la protection diplomatique basé au palais de Westminster, a été arrêté mardi soir pour la disparition.

Le père de deux enfants, âgé de 48 ans, a été interrogé hier pour meurtre, enlèvement et pour un autre cas d'exposition à la pudeur.

La police a semblé intensifier la recherche de Sarah Everard disparue dans le centre de loisirs abandonné isolé près d'Ashford, dans le Kent aujourd'hui.

Scotland Yard a révélé que des restes humains avaient été retrouvés sur le site près de l'autoroute M20 à travers le Kent mercredi soir et que les officiers semblaient intensifier leurs recherches dans l'ancien complexe tentaculaire comprenant des hectares de bois.

Une camionnette de la police du Met stationnée à l'entrée du terrain de golf désaffecté et du centre de paintball a laissé des dizaines d'autres véhicules marqués et non marqués entrer et sortir du site tout au long de la journée.

Des chiens cadavres ont continué à se promener dans le périmètre après la découverte de restes humains présumés mercredi.

Une équipe de plongeurs spécialisés portant des casquettes de baseball de la police et des imperméables est entrée sur le site vers 13 heures.

D'autres agents ont également commencé à enfiler des bottes en caoutchouc alors que les recherches semblaient se déplacer vers la terre humide.

Une énorme unité de soutien maritime de la police du Met, comme on l'a vu précédemment, tandis que des plongeurs parcouraient un étang à Clapham Common stationné à l'extérieur peu avant 10h30.

Des vues aériennes montrent qu'il y a de petites mares d'eau derrière l'ancien centre près du village de Great Chart qui a été abandonné depuis sa fermeture en 2019.

Et la recherche n'a montré aucun signe de ralentissement lorsque deux énormes Portakabins ont été amenés à l'arrière d'un camion à 12h30.

Les bâtiments temporaires avec fenêtres et stores ont été treuillés sur le sol par une grue.

Trois bouquets de roses orange, blanches et jaunes ont été laissés à l'extérieur de l'entrée par des policiers à 13 heures.

Un officier a déclaré qu'ils les avaient été donnés par des membres du public.

Une note attachée aux fleurs disait: «  Sarah, nous sommes peut-être des étrangers, mais tout ce que je peux faire, c'est espérer que ce n'est pas vous.

«Nos cœurs se brisent en pensant à votre pauvre famille.

Priti Patel dit que «  chaque femme devrait se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues '' alors que beaucoup partagent des histoires personnelles déchirantes avec les hashtags #saraheverard et #TooManyMen et les marches Reclaim These Streets sont annoncées

Priti Patel a déclaré que `` chaque femme devrait se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues '' alors que des dizaines de personnes partagent leurs histoires personnelles déchirantes avec #saraheverard et #TooManyMen alors que les marches de Reclaim These Streets sont annoncées

Priti Patel a déclaré que «  chaque femme devrait se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues '' alors que des dizaines de personnes partagent leurs histoires personnelles déchirantes avec #saraheverard et #TooManyMen alors que les marches de Reclaim These Streets sont annoncées

Priti Patel a déclaré que «  chaque femme devrait se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues '' alors que des dizaines de personnes partageaient leurs histoires personnelles déchirantes avec #saraheverard et #TooManyMen alors que les marches Reclaim These Streets étaient annoncées.

Le ministre de l'Intérieur a publié une déclaration plus tôt dans la journée à la suite de la disparition de la responsable du marketing Sarah Everard, 33 ans, qui a disparu sur une route très fréquentée à Clapham, dans le sud. Londres, alors qu'elle rentrait chez elle.

Mme Patel a promis qu'elle «  ferait tout son possible pour protéger les femmes et les filles de la violence et du harcèlement '' et a félicité les femmes pour avoir partagé leurs propres expériences sur les réseaux sociaux.

La disparition de Sarah a déclenché la fureur sur les problèmes de sécurité des femmes, des centaines de femmes discutant ouvertement de la peur qu'elles ont ressentie lorsqu'elles sont seules en public, de jour comme de nuit.

Des marches Reclaim These Streets, conçues pour montrer que les femmes doivent se sentir en sécurité à toute heure de la journée, sont désormais organisées.

Cela vient après qu'un officier de la police métropolitaine en exercice a été arrêté en relation avec sa disparition, soupçonné de meurtre, d'enlèvement – et d'une accusation sans rapport avec l'exposition.

L'homme, dans la quarantaine, est toujours en garde à vue et est interrogé par des détectives.

La déclaration de Mme Patel se lisait comme suit: «  Je suis profondément attristé par les développements de l'enquête sur Sarah Everard.

«  Mes pensées et mes prières sincères accompagnent Sarah, sa famille et ses amis en cette période insupportable.

«De nombreuses femmes ont partagé leurs histoires et leurs préoccupations en ligne depuis la disparition de Sarah la semaine dernière.

«Celles-ci sont si puissantes parce que chaque femme peut s'identifier. Chaque femme doit se sentir en sécurité pour marcher dans nos rues sans crainte de harcèlement ou de violence.

«  En cette période profondément triste et tragique, alors que nous pensons et prions pour Sarah et sa famille. Je continuerai dans mon rôle à faire tout ce que je peux pour protéger les femmes et les filles de la violence et du harcèlement.

Une autre lecture: «Sarah, où que vous soyez. L'amour de Francesca Hughes. J'aimerais être là.'

La commissaire de la police métropolitaine, Cressida Dick, a confirmé mercredi que des restes humains avaient été retrouvés lors de la recherche d'une semaine de Miss Everard.

Cependant, elle n'a pas été en mesure de confirmer si les restes trouvés dans les bois à Ashford, dans le Kent, étaient ceux de la femme disparue, ajoutant que l'identification pourrait prendre «  un temps considérable ''.

Dame Cressida a déclaré: «  Comme vous le savez, un homme a été arrêté pour être soupçonné de son meurtre.

«  Ce soir, les détectives et les équipes de recherche enquêtant sur la disparition de Sarah ont très tristement découvert ce que nous croyons à ce stade être des restes humains. ''

Couzens a été arrêtée pour l'enlèvement de Mlle Everard mardi et plus tard à nouveau arrêtée sur des soupçons de meurtre.

La police a également révélé qu'elle était en train de l'interroger sur des soupçons d'exposition à la pudeur contre une deuxième femme, sans lien avec la personne disparue de 33 ans. Ils ne voulaient pas dire quand ni où se rapportait l'allégation.

Une femme de 39 ans a été arrêtée à la même adresse dans le Kent parce qu'elle était soupçonnée d'avoir aidé un délinquant.

Décrivant les circonstances de l'enlèvement de Mlle Everard comme «  horribles et méchantes '', Dame Cressida a déclaré que l'arrestation avait «  envoyé des vagues de choc et de colère '' à travers le public et ses forces.

Elle a ajouté: «  La nouvelle aujourd'hui qu'il s'agissait d'un officier de la police métropolitaine arrêté pour suspicion du meurtre de Sarah a provoqué des vagues de choc et de colère dans le public et dans l'ensemble du Met.

«  Je parle au nom de tous mes collègues du Met quand je dis que nous sommes complètement consternés par cette terrible nouvelle. Notre travail consiste à patrouiller dans les rues et à protéger les gens.

«L'enquête est vaste, rapide et très déterminée. Nous avons des centaines d'agents et d'employés qui travaillent 24 heures sur 24.

«  La disparition de Sarah dans ces circonstances horribles et perverses est le pire cauchemar de chaque famille.

«  Je sais que les Londoniens voudront savoir qu'il est heureusement incroyablement rare qu'une femme soit enlevée dans nos rues.

«  Mais je comprends parfaitement que malgré cela, les femmes de Londres et le grand public – en particulier celles de la région où Sarah a disparu – seront inquiètes et pourraient bien avoir peur.

«  Vous devez vous attendre à voir des niveaux élevés de patrouilles policières dans cette zone ainsi qu'une activité d'enquête très importante. ''

Hier, des officiers fouillaient un parc de minigolf abandonné et un centre de loisirs entouré d'acres de bois près d'Ashford avant l'annonce de la découverte de restes humains.

Les détectives avaient auparavant concentré leurs efforts sur la recherche d'herbes et d'étangs sur Clapham Common – près du dernier emplacement connu de Sarah sur Poynders Road – mais ont changé leur attention lorsque les équipes ont parcouru 80 miles à Kent pour procéder aux arrestations.

Ce que nous savons du cas jusqu'à présent:

  • Wayne Couzens aurait terminé son travail d'officier armé
  • Sarah a disparu après avoir visité la maison d'un ami et parlé à son petit ami Josh au téléphone
  • Les agents ont pu identifier sa dernière position connue après avoir parcouru CCTV autour de Clapham Common
  • Elle a disparu du radar après avoir été vue sur Poynders Road, juste à côté du green, peu après 21h30.
  • Des amis et des membres de la famille inquiets ont fait équipe pour aider à la recherche d'indices sur le commun au cours de la semaine dernière
  • Des appartements sur Poynders Road ont été enregistrés et fouillés la nuit dernière par des policiers en uniforme et des équipes médico-légales
  • Juste avant minuit, ils sont arrivés au domicile de Wayne Couzen's Deal et l'ont arrêté pour sa disparition.
  • Il a été arrêté parce qu'il était soupçonné d'enlèvement et une femme de 39 ans était soupçonnée d'avoir aidé un délinquant.
  • Mardi, Couzens a été arrêté de nouveau, soupçonné d'avoir assassiné Sarah et exposé à la pudeur à une autre femme
  • La police a également passé au peigne fin sa maison et diverses zones en friche à proximité de l'endroit où vit l'homme marié.
  • Hier soir, Cressida Dick a confirmé que des «  restes humains '' avaient été trouvés dans une forêt à Ashford, Kent

Comment les détectives «  ont suivi leur propre officier après une percée de la vidéosurveillance dans un bus londonien qui passait ''

Le Met a emménagé après qu'une voiture liée à Wayne Couzens – considérée comme un véhicule de location – aurait été ramassée sur la dashcam d'un automobiliste près de l'endroit où Sarah a disparu mercredi dernier.

Les images de vidéosurveillance des bus auraient également fourni des preuves clés.

La source bien placée a déclaré: «  M.I.B Met Intelligence Bureau et l'unité de renseignement au sein de la direction spécialisée de la criminalité SCD auront mené toutes les enquêtes de renseignement rapides en relation avec l'enquête Sarah Everard.

Une fois que le véhicule du suspect a été identifié par CCTV et que son enregistrement a été confirmé, ces informations auraient immédiatement été recherchées à l'aide de l'ordinateur national de la police PNC et de la reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation ANPR.

«  La PNC aurait montré que le véhicule était soit immatriculé auprès du suspect, soit il avait été montré comme assuré sur celui-ci. Si, comme on le croit, il utilisait une voiture de location, les agents auraient obtenu ses informations de la compagnie automobile et auraient utilisé l'ANPR comme d'habitude.

«  L'ANPR aurait montré où ce véhicule avait voyagé à tous les moments pertinents de l'enquête.

'The suspect would then immediately have been 'flagged' to the murder squad detectives, meaning no other unit in the MPS or nationally could conduct any activity against him without speaking to the murder squad.

'The suspect's vehicle would have been placed on a covert ANPR system that would provide the Police with real time notifications of where the vehicle was travelling when it passed through ANPR sites.

'However due to the nature of the offence the police would have needed to immediately ensure that the suspect could not go on to commit any further offences in the hours before any arrest was made of him and whilst other intelligence research was being conducted.'

The source said that a Detective Superintendent would have authorised directed surveillance activity under the Regulation of Investigatory Powers Act (RIIPA) to be conducted against Couzens.

He continued: 'It is likely that police surveillance teams from the Met and also Kent Police were then briefed and immediately deployed against the suspect, including his house, place of work and his vehicles, placing him under surveillance in the very few hours before he was arrested and whilst he drove to work and carried out his duties as the intelligence and evidential picture was developing fast time.

'Senior Commanders in the DPG would have been called in to see Cressida Dick to have the situation explained to them and the sensitivity of what was taking place.

'The suspect's lockers and email accounts at work would have been searched covertly to see if there was any evidence immediately available to assist the enquiry.

'It is possible the police utilised – or at least had the option open to them – of technical surveillance in the location of the suspects home address, such as the placing of covert recording equipment in street furniture like lamp posts.

'It is likely also that urgent authority from a Deputy Assistant Commissioner from the Met was obtained that gave the Police the power to place a tracking device/s on any vehicle the suspect had access to including that of his wife.

'Mobile telephone intelligence would also have been completed allowing the police to pinpoint where the suspect had been by using cell-site analysis but also by getting the mobile phone network to provide a 'threat to life' response to the Police, essentially tracking the suspect in real-time.'

It is understood detectives began to suspect father-of-two Couzens after a vehicle linked to him, reportedly a hire car, was allegedly seen on another motorist's dashcam near to where Miss Everard vanished on March 3.

The married police officer was never involved in the search operation for Sarah and it is thought he was detained at his home in Deal, Kent, shortly after finishing a relief shift at the US Embassy in Nine Elms, south west London.

This is around three miles from where Miss Everard was last seen at 9.30pm.

A source last night claimed detectives believe Couzens may have spotted Miss Everard on the street in Clapham and abducted her, using his Metropolitan Police warrant card to persuade her to walk towards his vehicle.

The movements of Couzens' car were allegedly tracked by Automatic Number Plate Recognition cameras.

Couzens is a member of the elite Parliamentary and Diplomatic Protection squad – a role that entitles him to carry a firearm and a Metropolitan Police warrant card.

Formed in 2015, the unit is responsible for the protection of government owned buildings and embassies as well as ministers and visiting heads of state.

As part of his armed duties protecting MPs and dignitaries, Couzens has provided static security for major public events attended by senior members of the Royal Family.

All police recruits undergo careful vetting to check whether they have a criminal record when they join the force. To be accepted into the elite Westminster armed unit, officers must face rigorous tests and firearms training.

Detectives carried out a search of Couzens' locker at the police base in the Palace of Westminster on Wednesday.

On Wednesday, police began searching his £200,000 Kent home and garden while a £20,000 black Seat Exeo was taken away on a lowloader. Officers were also seen photographing a motorbike in the property's garage.

Police who arrested Couzens are understood to have taken a memory card as part of their investigation.

Detectives are said to have found the micro SD card during a search of the semi-detached property. Couzens had been recently digging part of his back garden up to install a pond, neighbours say.

John Chidwick, 67, who lives nearby, said: 'He had some timber sheets going spare and I asked if I could have them to build a manure box for my allotment. He was a nice, friendly bloke and well spoken.

'He hadn't been living on the road all that long, about four years give or take, but seems to be a family man as most people around here are. I know he's a police officer.'

Another neighbour said: 'He kept himself to himself but I knew he was a policeman. I was shocked to see the police. They set up a tent and have been digging up the garden.'

Earlier in the day, Met Assistant Commissioner Nick Ephgrave said investigators hoped Miss Everard was still alive following the constable's arrest on suspicion of kidnap on Tuesday night.

But hours later, Couzens was rearrested on suspicion of murder in a devastating blow for Miss Everard's family, who were said to be 'absolutely distraught'.

They had been desperate for news as the Met continued to maintain publicly there was no evidence she had come to harm.

But it was suggested last night that plain clothes officers may have been secretly monitoring the suspect's movements for days.

The missing woman's stunned uncle Nicholas told MailOnline: 'It's shocking and very upsetting. We were not expecting a development like this and it's difficult to make sense of it.

'I found out that a police officer had been arrested through the media last night. I spoke to my brother straight away and he was as shocked as me. The whole family is and all our friends. I spoke to him again this morning and we are waiting for an update from the police.

Wayne Couzens, pictured here holding a piece of cake, is understood to be currently sporting a beard like the one above

Wayne Couzens early in his career doing a breathalyser test

Wayne Couzens, left, is understood to be currently sporting a beard like the one above, and right early in his career

Sarah Everard, 33, 'vanished into thin air' after leaving a friend's house in Clapham, south London on Wednesday night

Sarah Everard, 33, 'vanished into thin air' after leaving a friend's house in Clapham, south London on Wednesday night

'He couldn't do anything like this': Mother-in-law of Met officer, 48, arrested on suspicion of murdering Sarah Everard insists he' is a wonderful father' and has spent years learning Ukrainian after meeting her daughter, 39, online in 2006

Nina Sukhorebra, Couzens' mother-in-law

Wayne Couzens, 48

Nina Sukhorebra, Couzens' mother-in-law, said the suspect, left, was a family man

The mother-in-law of armed policeman Wayne Couzens – currently under arrest for the murder of Sarah Everard – revealed he was at work hours before detectives swooped, and said 'He could not do anything like this'.

Nina Sukhoreba, 69, the mother of his wife Elena, said the family thought everything was fine the day he was detained.

Retired teacher Mrs Sukhoreba, who lives in Kirovograd, 185 miles south of Kiev, told the Daily Telegraph: 'He could not do anything like this. He is a wonderful family man, a wonderful man. This just sounds crazy to me.'

Since marrying Elena, 39, in 2006 after meeting online, Couzens had been trying to learn Ukrainian and visited the country every year although had missed 2020 due to coronavirus restrictions.

She added: 'I talked to my daughter just Tuesday and she didn't tell me anything.

'She said Wayne was at work and everything was fine.

'He is a wonderful father. He came to visit with the children and we all walked to the river and he helped me at home and in the garden.

'Due to coronavirus they didn't come this year. I visited them two years ago in the UK.

'Everything is fine there. Tuesday I literally talked to my daughter and she told me that everything is fine.'

'The police are doing everything they can and we are grateful to them. We are expecting an update from them later today. I could never have imagined that the investigation could have taken such an unexpected twist.'

Scotland Yard referred itself to the police watchdog last night over the arrest of its own officer and separately over the force's actions after Miss Everard was reported missing.

David Ladd, 48, said he saw his neighbour being arrested on Tuesday night. He added: 'I came back last night from a motorbike ride about 10pm and there were a load of plain clothes police officers in the street.

'They had arrested Wayne. I saw him in handcuffs being put in the back of an unmarked silver car. Uniformed officers turned up and have been outside Wayne's house since then.

'Wayne himself was a police officer, he told me when we had a chat about three months ago. Although what exactly he did in the force I don't know.

'I'd seen that he had a motorbike and I had some problems with the exhaust on my bike and so went to see him to see if he could help. He gave me a few tips on what to do and we got chatting.'

Pamela Cane, 77, who lives opposite Couzens, said the officer lived at the property with his wife, two young children and a pug dog.

Describing the officer as 'very friendly' and part of a 'perfect family', she said: 'The whole situation is horrifying.

'I can't believe this. The arrest is more shocking because he's a police officer. Wayne would also fix bikes in his garage. He was known for helping people with them.'

Couzens first joined Scotland Yard from Kent Police after working at a family garage repairs business in Dover and a spell in the Territorial Army. Said to have an exemplary record, he once heroically rescued an elderly woman from her flat when a fire broke out, a former neighbour claimed.

Last night relatives leapt to his defence, with his uncle Kevin Fowle saying: 'It has come as a shock. He's never done anything untoward. There's no other information I can give you other than he is a fine upstanding man.'

Detective Chief Inspector Katherine Goodwin said on Tuesday that the arrest was a 'significant development' in the investigation, adding: 'This is a fast moving investigation and we are doing everything we can to find Sarah.

'We have seen an overwhelming response from the public and I repeat my request for anyone with information that may be relevant to come forward, no matter how insignificant it may seem.'

Mr Ephgrave added: 'The arrest this evening is a serious and significant development.

'We will continue to work with all speed on this investigation but the fact that the arrested man is a serving Metropolitan Police officer is both shocking and deeply disturbing.

'I understand there will be significant public concern but it is essential that the investigative team are given the time and space to continue their work.'

The Metropolitan Police added the Directorate of Professional Standards is aware of the arrests.

Miss Everard vanished after leaving a friend's home in Leathwaite Road, Clapham to walk home to Brixton at around 9pm last Wednesday.

She was last seen wearing a green rain jacket, navy blue trousers with a white diamond pattern and turquoise and orange trainers. It is also believed she was wearing green earphones and a white beanie hat.

Sarah's boyfriend Josh Lowth, 33

Missing People have urged anyone that knows anything to help

Josh Lowth, 33, is the boyfriend of missing Sarah Everard, the woman seen walking between Clapham Junction and Brixton. The couple spoke for around 15 minutes on the phone before Sarah's disappearance

Green Party peer says ALL MEN should face 6pm CURFEW: Baroness Jones calls for ban on males after dark to 'make women feel safer and lessen discrimination' as women share their fears of violence in wake of Sarah Everard murder

Men should be banned from being outdoors after 6pm to 'make women a lot safer' after the abduction and suspected murder of Sarah Everard in Londres, a Green Party peer has suggested.

Baroness Jones made the comment in a discussion in the House of Lords during a debate on domestic violence.

The issue of women's safety has been again thrust into the spotlight following the disappearance of 33-year-old Ms Everard as she walked home to Brixton from her friend's home in Clapham, south-west London, on March 3.

The strength of feeling saw dozens of women shared their own harrowing stories online with the hashtags #saraheverard and #TooManyMen.

A vigil called Reclaim These Streets' has been organised to in a show of support that everyone should be able to walk in public without fear.

Tips for men to make women feel more comfortable at night have also been shared on social media.

But amid demands for action, Baroness Jones, a 71-year-old mother of two daughters, went as far as to demand a blanket curfew for men.

Speaking last night, she said: 'In the week that Sarah Everard was abducted and, we suppose, killed—because remains have been found in a woodland in Kent — I argue that, at the next opportunity for any Bill that is appropriate, I might put in an amendment to create a curfew for men on the streets after 6 pm.

'I feel this would make women a lot safer, and discrimination of all kinds would be lessened.'

Her calls for a curfew echoed those made during the Reclaim The Night rallies in the 1970s, when members of the Women's Liberation Movement took to the streets in the wake of the Yorkshire Ripper murders.

Baroness Jones made the comment in a discussion in the House of Lords during a debate on domestic violence

Baroness Jones made the comment in a discussion in the House of Lords during a debate on domestic violence

Women took to social media by the thousands to stress that the vulnerability felt when walking alone in the dark resonates with almost all women.

Labour MP Diane Abbott wrote: 'Even after all these years if I am out late at night on an isolated street & I hear a man's footsteps behind me I automatically cross the road.

'It is the habit of a lifetime to try & keep safe. But it should not have to be like this #SarahEverard.'

Actress Katy Brand also said: 'Important to clarify I think that although instances of kidnap and murder from a stranger are indeed rare, being aggressively followed in the street by a man is not rare at all.

'I think it would be good to separate the two things. Lots of us have been scared many times.'

Journalist Caitlin Moran added: 'Being a woman: my 'outside' day finishes at sundown. If I haven't taken the dog for a walk/jogged by then, I can't. In the winter, it often means the choice between exercise and work. Today, I had to stop work at 4 to exercise. My husband worked until 6, and is now off for a run.

'I am 45 and it is 2021 and I am essentially under a curfew. Like all women. And there are absolutely no exit plans for this. It's just presumed women will stay home when it's dark… forever.'

Home Secretary Priti Patel said 'every woman should feel safe to walk our streets without fear of harassment or violence', amid rising calls for action to make streets safer for women at night.

The Home Secretary said that 'every woman should feel safe to walk on our streets'.

Ms Patel vowed that she would 'do all (she) can to protect women and girls from violence and harassment' and praised women for sharing their own experiences on social media.

Downing Street today said that the Government was working with 'law enforcement agencies, charities, women's group' to develop a strategy to ensure women's safety.

Asked what practical steps the Government is taking now, the Prime Minister's official spokesman told a Westminster briefing: 'That will help us better target perpetrators and support victims of these crimes and increase our ability to tackle new and emerging forms of violence against women and girls, such as upskirting and revenge porn,' he added.

'The Prime Minister said previously it remains his intent to ensure that we work to reduce crime across the country.'

Downing Street also declined to back Conservative London mayoral candidate Shaun Bailey, when asked about accusations he had politicised the disappearance as part of his campaign ahead of the election in May.

Footage from a doorbell camera last captured images of Miss Everard as she walked along the A205 Poynders Road towards Tulse Hill at around 9.30pm.

Officers sealed off a block of flats on Tuesday as they began a forensic investigation close to where the Durham University graduate was last seen.

It was previously revealed Miss Everard spent a quarter of an hour on the phone making plans to see her boyfriend Josh Lowth the following day, before her mobile was either switched off or ran out of battery.

Mr Lowth, 33, whose LinkedIn says he is Marketing Director at MA Exhibitions, later raised the alarm to police when she failed to meet him as she had arranged, her aunt confirmed.

Speaking at Mr Lowth's family home in Sidcup, Kent, his father Chris told MailOnline: 'We are concerned, like everybody is. We really, really want to see her back.'

'The whole family is obviously very worried about her and just wants her home safely.

'We're all pulling together and praying that this awful situation is quickly resolved. We want to thank the media for all their help.'

Mr Lowth shared a Facebook post appealing for anyone who knows where Miss Everand is to get in touch with police.

He wrote: 'Sarah is still missing. Please share this post to help us to find her. Today, more than ever, we miss our strong, beautiful friend.'

The 33-year-old is understood to have left her friend's house through a back gate onto the A205 South Circular at around 9pm on March 3.

She then began walking to her home address in Brixton, and should have returned home 50 minutes later.

Miss Everard was last seen on CCTV at around 9.30pm last Wednesday.

Her father Jeremy, 67, a professor of electronics at York University, and mother Sue, 64, a charity worker, are understood to have travelled to London from their home in York. They are being helped in the search by her sister Katie and brother James.

In a statement, the family said: 'With every day that goes by we are getting more worried about Sarah.

'She is always in regular contact with us and with her friends and it is totally out of character for her to disappear like this.

'We long to see her and want nothing more than for her to be found safe and well.

'We are so grateful to the police and all our friends for all they are doing.

'We are desperate for news and if anyone knows anything about what has happened to her, we would urge you to please come forward and speak to the police. No piece of information is too insignificant.'

Ahead of the arrests on Tuesday, Ms Goodwin, who is leading the investigation, said there was no information to suggest Ms Everard had 'come to any harm'.

She added: 'We've released two new images of Sarah as we continue to search for her.

'Please take a look at them and consider if you saw her on the night she went missing. I am interested in hearing from people who may have been in the area from 9.30pm onward.

'I want to remain clear that at this time we have no information to suggest that Sarah has come to any harm and we retain an open mind as to the circumstances.

'We share the wish of her family and friends to have her back safely with her loved ones.'

Police said they had received more than 120 calls from the public and visited 750 homes as part of their investigation into Miss Everard's disappearance.

Ms Goodwin added: 'We have seized a number of CCTV recordings but we know that there are likely to be many more out there.

'Please, even if you're not sure, check your doorbell or CCTV footage just in case it holds a clue.

'I'm also asking delivery drivers or anyone with dashcam footage who would have been in the Poynders Road area at approximately 9.30pm on Wednesday to come forward.'

The investigation is being treated as a missing person's enquiry, but due to its complex nature it is being led by the Met's Specialist Crime Command.

Superintendent Kris Wright, from the Met's Central South Area Command Unit which covers Clapham, said on Tuesday: 'I know that Sarah's disappearance is weighing on people's minds and the local community is, of course, concerned about her and may even feel worried.

'I want them to know that they should expect to see more police officers on patrol in the area as we continue to search for Sarah and talk with the community. If you want to approach them about any concerns you have, please do so.

'We are here to support the community and we genuinely want to help in any way we can.'

Earlier this week it was reported that other women had come forward to say they had been attacked in the streets around where Miss Everard vanished.

The Metropolitan Police is said to have received a report of a sexual assault on a lone female on January 14, on a road half-a-mile away from where Miss Everard was last seen.

Other women have also reportedly come forward to the police, saying they were followed by groups of men in nearby Balham. Another woman claimed she was followed while walking with a buggy.

The incidents are not thought to be linked to Miss Everard's disappearance, but were reported to detectives investigating the case following Scotland Yard's appeal for information.

Anyone who has seen Sarah or who has information that may assist the investigation should call the Incident Room on 0208 785 8244.

Information can also be provided to detectives using the Major Incident Portal or by calling Crimestoppers, anonymously, on 0800 555 111.

The desperate search that led to patch of desolate woodland: How police spent days trying to piece together Sarah Everard's last known movements… as 'human remains' are found in Kent

The increasingly desperate search for Sarah Everard yesterday narrowed to rainswept woodland 55 miles from where she went missing where officers found human remains.

As officers painstakingly combed 500-acre Hoad's Wood, locals said it was often used as a dumping ground. Two miles west of Ashford in Kent, the desolate spot is flanked by a railway line and an abandoned golf and paintballing centre.

Rob, a resident whose family owns part of the wood, said: 'My family used to bury sheep in there in the old days. No one ever goes through it because it's private. It's all bramble and trees.' He said flytippers often dumped rubbish there, including old cars, including a burnt-out silver Ford Focus close to where officers were searching.

It is also 30 miles from the Deal home of suspect Wayne Couzens, 48, who was arrested late on Tuesday night reportedly after a breakthrough from CCTV on a bus that passed Sarah on her route home to Brixton at 9.30pm on March 3.

90 minutes earlier Couzens, an armed officer with the Met's diplomatic protection squad, is said to have finished a shift guarding the US Embassy close to Battersea Power station, going home to Kent via an armoury to drop off his gun.

Metropolitan Police Commissioner Cressida Dick confirmed human remains have been found in the week-long search for 33-year-old marketing executive Sarah Everard

Metropolitan Police Commissioner Cressida Dick confirmed human remains have been found in the week-long search for 33-year-old marketing executive Sarah Everard

VANISHED AFTER VISITING FRIEND

The grim hunt unfolded a week after Miss Everard, a 33-year-old marketing manager, vanished as she walked home through south London. It is understood the police breakthrough came after officers examined CCTV footage.

Police spent days desperately trying to piece together Miss Everard's last known movements.

Last Wednesday she visited a friend's house in Leathwaite Road, Clapham, leaving there at about 9pm. The walk back to her flat in Brixton should have taken her about 50 minutes. But video footage from an estate agent's CCTV camera near her home showed no sign of her.

From her friend's house, Miss Everard is believed to have walked across Clapham Common. The ponds in the park were one of the first places searched, by officers in cold-water suits.

Wayne Couzens, pictured here holding a piece of cake, is understood to be currently sporting a beard like the one above

Wayne Couzens early in his career doing a breathalyser test

Wayne Couzens, left, is understood to be currently sporting a beard like the one above, and right early in his career

In her green rain jacket, blue and white diamond print trousers, blue and orange trainers and green earphones under a white beanie hat, Miss Everard cut a distinctive figure, and police appealed for anyone who might have seen her.

They issued an image of her from a supermarket CCTV camera buying wine on the way to her friend.

As she threaded her way through a network of residential streets, she spoke on the phone to her boyfriend Josh Lowth. Their conversation lasted about 15 minutes, ending shortly before 9.30pm.

Today it was claimed that Couzens, an armed diplomatic protection officer, worked a 2pm to 8pm shift guarding the US embassy close to Battersea Power station – less than three miles from where Miss Everard was last seen at 9.30pm.

My Met Police colleagues are all utterly appalled

Speaking outside Scotland Yard last night, a grim-faced Metropolitan Police Commissioner Cressida Dick broke the news of the tragic discovery of human remains.

I want to start by saying that my thoughts and prayers are with Sarah Everard's family and her friends at this very difficult and painful time.

As you are aware, a man has been arrested on suspicion of her murder.

This evening detectives and search teams investigating Sarah's disappearance have very sadly discovered what we believe at this stage to be human remains… The news today that it was a Metropolitan Police officer arrested on suspicion of Sarah's murder has sent waves of shock and anger through the public and through the whole of the Met.

I speak on behalf of all my colleagues in the Met when I say we are utterly appalled at this dreadful news.

Our job is to patrol the streets and to protect people… Sarah's disappearance in these awful and wicked circumstances is every family's worst nightmare.

I know Londoners will want to know that it is thankfully incredibly rare for a woman to be abducted from our streets.

But I completely understand that despite this, women in London and the wider public – particularly those in the area where Sarah went missing – will be worried and may well be feeling scared.

THE DESPERATION OF HER FAMILY

Miss Everard comes from York, studied at Durham University, and moved to the capital for work around 12 years ago. Intelligent and outgoing, she works for a company that organises trade shows. Her brother James and sister Katie also live in London.

Her gut-wrenching disappearance plunged her family into frantic worry. Her father Jeremy, a professor of electronics at the University of York, and mother Sue, left their £700,000 York home to join the round-the-clock search for their daughter.

They asked the media and the public for help, saying: 'With every day that goes by we are getting more worried about Sarah.

'She is always in regular contact with us and with her friends and it is totally out of character for her to disappear like this. We long to see her and want nothing more than for her to be found safe and well.

'No piece of information is too insignificant.'

Miss Everard's sister wrote on Facebook: 'No words. Please share and contact me if you hear anything.' Mr Lowth begged people to help locate his 'beautiful friend'.

DOORBELL CAMERA BREAKTHROUGH

Police upgraded the search to the murder squad, but stressed they were still treating it as a missing person case.

The breakthrough came on Poynders Road, a stretch of the capital's busy South Circular, in Clapham. An image of Miss Everard was captured by a doorbell camera on a house along the road at around 9.30pm.

Police have not released this image, but it is believed to be the last time she was sighted. Cameras further along the same street failed to capture her.

Detective Chief Inspector Katherine Goodwin, leading the investigation, had appealed for anyone with footage to come forward – especially anyone driving along Poynders Road.

The Met officer said: 'The evidence that you have on your dash-cam could be absolutely vital to finding Sarah.'

On Tuesday, a police cordon went up and officers wearing forensic suits conducted fingertip searches along Poynders Road and a nearby housing estate close to Clapham South Tube.

Specialist divers and officers with sniffer dogs were seen looking in ponds in nearby Agnes Riley Gardens. Drains were also inspected during the searches.

Police watchdog is set to probe the Sarah Everard investigation

The probe into Sarah Everard's disappearance has been referred to the police watchdog.

The Independent Office for Police Conduct confirmed it had received a referral from Scotland Yard regarding one of its officers arrested on suspicion of kidnap, murder and indecent exposure. It has also received a mandatory referral relating to the actions of police after Miss Everard was reporting missing.

An IOPC spokesman yesterday said it was assessing whether further action was needed regarding the conduct of investigators.

HELICOPTERS AND TORCHLIT SEARCHES

Events moved quickly on Tuesday night and Wednesday morning. Neighbours noticed a Land Rover parked close to policeman Wayne Couzens' house in the Kent coastal town of Deal, and thought it was being watched. Then around 9pm, some two dozen police swooped.

Locals reported the Couzens' family garden was being dug up and a police tent erected. Meanwhile, simultaneous searches were launched in scrubland at Betteshanger Park north of Deal and at Hoad's Wood, 30 miles away.

A homeowner near the latter said officers brandishing torches had descended on the former entrance of the now disused Great Chart Golf Course and adjacent derelict buildings around midnight.

He said: 'The police were searching ditches and outbuildings. They knocked on our door and asked to search our buildings which of course was fine.

'The officer said they were from the Met and looking for a 'high risk missing person'.They had the helicopters out with their searchlights on until about 4am.

'The area they're searching has been empty for a couple of years. It's so remote. Someone would have to know the area, to come here. We only ever get locals round here. It used to be a golf complex and a leisure facility with paintballing. It backs on to woods. There have been more than 20 officers here since last night and they had the sniffer dogs out.'

Miss Everard's uncle, Nick Everard, described the arrest as a 'shocking development'.

.(tagsToTranslate)dailymail(t)news(t)London(t)Crime

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.