Un entretien avec le chef d'un gang coûte la vie à deux journalistes

Un entretien avec le chef d'un gang coûte la vie à deux journalistes

Les travailleurs des médias ont été ciblés par des membres d'un groupe criminel rival dans une zone agitée à l'extérieur de la capitale haïtienne

Deux journalistes ont été assassinés jeudi après avoir interviewé un chef de gang à la périphérie de Port-au-Prince, la capitale haïtienne, alors que des membres d'un groupe criminel rival ont ouvert le feu sur eux.

Trois journalistes, travaillant pour des sites de vente en ligne et une station de radio, sont arrivés ce jour-là dans le quartier de Laboule 12 pour une interview avec l'un des barons du crime local.

Peu de temps après la fin de la réunion, ils ont été attaqués par un gang rival. Deux journalistes identifiés comme Amady John Wesley et Wilkens Louissaint ont été abattus, tandis que leur collègue a eu la chance de s'échapper.

Les bandits ont ensuite brûlé les corps de leurs victimes, selon des informations parues dans les médias locaux.

Plusieurs bandes armées se battent actuellement pour le contrôle de Laboule 12, une zone stratégique, à travers laquelle se trouve l'une des principales routes vers le sud du pays des Caraïbes.

La situation chaotique du crime organisé s'est encore détériorée dans l'un des pays les plus pauvres du monde depuis l'assassinat du président haïtien Jovenel Moise il y a six mois.

Les gangs ont étendu leurs activités au-delà des quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince, la police n'ayant pas les ressources et les effectifs nécessaires pour les contrer.

Il y a eu au moins 950 enlèvements dans le pays rien qu'en 2021, selon des groupes de défense des droits humains.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.