Twitter suspend un ancien fonctionnaire du Trésor après avoir comparé Brian Stelter à Gimp de Pulp Fiction

GimpStelter

Le fondateur de l'Internet Accountability Project, Mike Davis, et l'ancien responsable du Trésor Will Upton ont été temporairement suspendus de Twitter pour avoir comparé le présentateur de CNN Brian Stelter au personnage "Gimp" du film "Pulp Fiction".

Twitter a suspendu Upton pour la première fois dimanche soir après avoir publié un message qui se moquait de l'ancre. Stelter avait a demandé à l'attachée de presse Jen Psaki ce qu'elle a cru les médias ne couvrent pas avec précision l'administration Biden, Le fédéraliste signalé.

"Fait amusant… @brianstelter est The Gimp de Pulp Fiction." Le tweet initial d'Upton a été lu, suivi d'un gif avec le personnage du film de 1994.

Upton a été suspendu peu de temps après la publication du tweet, mais son compte a été suspendu quelques heures plus tard après avoir fait appel avec succès de la suspension, a rapporté The Federalist.

Upton a tweeté qu'il "a simplement souligné que comparer un personnage public à un personnage de film de fiction ne viole pas leurs conditions d'utilisation".

Peu de temps après la reprise d'Upton, Davis a ensuite été temporairement suspendu de Twitter pour avoir défendu le message d'Upton, selon The Federalist, citant qu'il avait enfreint les règles contre les "conduites haineuses" sur le site. (CONNEXES : le Nigeria suspend Twitter après que Twitter a suspendu son président)

« Vous avez * vraiment * mis le critique #bigtech @wupton dans la prison de @Twitter pour avoir comparé @brianstelter de @CNN à The Gimp dans Pulp Fiction ? Je serais (très) contrarié si j'étais aussi The Gimp. Davis a tweeté.

Davis, qui a récemment aidé à lancer un nouveau groupe de plaidoyer appelé «Majorité non réduite au silence» qui cherche à lutter contre « l'annulation de la culture », n'a pas tweeté depuis sa suspension. On ne sait pas non plus s'il a également déposé un recours pour savoir s'il a été expulsé.

Twitter est actuellement dans le au milieu d'une bataille juridique, aux côtés de Google et Facebook, contre l'État de Floride au sujet de leur projet de loi interdisant la pratique de « déplateformer » les utilisateurs, affirmant que le projet de loi contenait un « assortiment de violations constitutionnelles ».

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.