« Torture, viol, stérilisation forcée » : les entreprises opérant au Xinjiang, en Chine, pourraient enfreindre la loi américaine, selon le département d'État

TOPSHOT-CHINA-RIGHTS-MINORITIES-XINJIANG

Le Département d'État rappelle aux entreprises qu'opérer au Xinjiang, en Chine, pourrait les amener à violer les lois sur les droits de l'homme au milieu des rapports continus de travail forcé et de génocide dans la région.

Les entreprises opérant au Xinjiang courent le risque de violer les lois interdisant «forcé travail, y compris en bénéficiant sciemment de participation à une entreprise… violations des sanctions…. contrôle des exportations violations; et violation de l'interdiction d'importer des marchandises produites en tout ou en partie avec le travail forcé ou le travail des condamnés », selon un consultatif publié mardi. L'avis n'a pas force de loi, mais rappelle aux entreprises leurs responsabilités légales.

Les administrations de l'ancien président Donald Trump et du président Joe Biden ont toutes deux confirmé que la Chine s'engage dans un génocide contre le groupe ethnique minoritaire ouïghour. Les actions du gouvernement chinois incluent «emprisonnement, torture, râpé, stérilisation forcée… restrictions draconiennes à la liberté de religion ou de conviction, à la liberté d'expression et à la liberté de mouvement », selon l'avis.

Malgré les sanctions contre les représentants du gouvernement chinois et les entreprises locales, certaines entreprises américaines continuent d'opérer au Xinjiang. Apple passe des contrats avec sept entreprises chinoises qui emploient des travailleurs esclaves chinois, selon un rapport de mai rapport de la publication technologique The Information. Le rapport était en conflit avec le témoignage du PDG d'Apple, Tim Cook, selon lequel Apple n'a pas recours au travail forcé. (EN RELATION : EXCLUSIF : le représentant Buck exige des réponses sur la relation d'Apple avec les entreprises accusées d'avoir recours au travail forcé)

Apple, la Chambre de commerce des États-Unis et plusieurs autres groupes commerciaux fait pression contre la loi ouïghoure sur le travail forcé en 2020 et 2021. facture est actuellement à l'étude au Sénat.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.