Tentative de coup d’État en Jordanie: «C’est plus un soulèvement de la rue qu’une ingérence étrangère»

libre info france

Y a-t-il eu une ingérence étrangère ciblant le roi de Jordanie? Décryptage de Fadi Assaf, ancien conseiller du Président du Liban et consultant en relations internationales, pour le Désordre mondial.

Le roi Abdallah de Jordanie, l’un des plus fidèles alliés des États-Unis et de l’Occident, a-t-il été la cible d’une tentative de coup d’État au début du mois?

Le 7 avril, les autorités jordaniennes ont perquisitionné le domicile du demi-frère du souverain, l’ancien prince héritier Hamza ben Hussein. Celui-ci a ensuite publié deux vidéos dans lesquelles il annonçait être assigné à résidence.

Deux hauts fonctionnaires du palais ont également été arrêtés lors d’une vague d’interpellations qui a touché plus d’une douzaine de personnes. L’un de ces assistants aurait servi d’intermédiaire avec l’Arabie saoudite. Le vice-Premier ministre jordanien, Ayman Safadi, a déclaré que «les enquêtes avaient surveillé les ingérences et les communications avec les parties étrangères sur le bon moment pour déstabiliser la Jordanie»

De quels acteurs pourrait-il s’agir? En effet, tous les États suspects –notamment Israël et l’Arabie saoudite– sont rapidement montés au créneau pour exprimer leur soutien au roi Abdallah. Et après ce drame, le souverain et son demi-frère accusé ont assisté ensemble, le 11 avril, aux cérémonies du centenaire de l’indépendance de la Jordanie, comme si de rien n’était. Mais après un tel tumulte, sont-ils vraiment réconciliés?

Fadi Assaf, ancien conseiller du Président du Liban et consultant en relations internationales, écarte l’idée de toute ingérence étrangère:

«Je ne pense pas, malgré les rumeurs, qu’il y a eu un complot ou une ingérence étrangère. Aucun de ceux qui sont cités comme ayant comploté contre le régime –Israël, Arabie saoudite– n’a intérêt à ce que la Jordanie se déstabilise. Entre le roi Abdullah et le Premier ministre israélien Netanyahou, tout ne se passe très bien mais l’alliance est stratégique entre les deux pays et s’il y a quelques désaccords passagers, cela ne se règle pas par un coup d’État. Idem pour l’Arabie saoudite, il n’y a pas la volonté de déstabiliser une monarchie voisine.»

Que s’est-il alors passé? Pour l’expert, le roi a longtemps su préserver un équilibre dans son pays. Cependant, crise du Covid, réfugiés syriens, évolutions géopolitiques régionales sont autant de paramètres qui concourent à une déstabilisation: 

«Je pense à une possible convergence entre la rue qui se soulève sincèrement pour demander le minimum vital maintenant –une crise économique, une crise du Covid mal gérée– et puis le demi-frère du roi, un prince charismatique qui défend les causes du peuple et va à leur rencontre. Cela ne peut qu’inquiéter le roi.»

D’après Fadi Assaf, ce qui s’est produit est plutôt «un drame familial»:

«Il est clair que le mal est fait: il y a une scission au sein de la famille, un clivage inquiétant. Il va falloir du temps pour faire oublier cela et surtout, il faut que le pouvoir exécutif ait la capacité de régler les problèmes fondamentaux: ceux de la rue.»

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.