Tambours de la guerre en Indo-Pacifique: «Les futurs marchés d’armement se situent dans cette zone»

libre info france

Asie

URL courte

Quel est l’intérêt pour la France et l’Europe de se positionner entre les États-Unis et la Chine en pleine montée de tensions dans la zone Indo-Pacifique? Analyse d’Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE), au micro de Rachel Marsden.

La France et l’Europe pourraient-elles être entraînées dans une guerre avec la Chine à l’autre bout du monde? Les tensions s’intensifient dans la région Indo-Pacifique en raison d’une confrontation entre la Chine et l’Occident, encouragée par les États-Unis.

Les responsables australiens de la Défense évoquent de plus en plus une potentielle guerre avec la Chine. Le major général Adam Finley a déclaré aux forces spéciales australiennes, dans un briefing confidentiel, qu’il y avait une «forte probabilité» de conflit avec Pékin. Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton, a lui évoqué un embrasement potentiel avec la Chine à cause des frictions autour de Taïwan. 
Canberra a également relayé les critiques de l’Administration Biden sur les violations présumées des droits de l’Homme de Pékin à l’encontre de sa minorité musulmane ouïghoure. La France et l’Union européenne suivent-elles l’initiative américaine en cherchant une confrontation avec la Chine? Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE), analyse la situation géopolitique en Indo-Pacifique:

«Si on écoute les Américains, un conflit est inéluctable et il sera localisé en mer de Chine méridionale, une zone qui nourrit des frictions avec les pays limitrophes, alliés pour certains des États-Unis. On a le sentiment depuis l’arrivée au pouvoir de Joe Biden que c’est sa ligne de conduite la plus déterminée. Mais selon moi, il y a trop d’intérêts commerciaux et stratégiques, de projets communs, pour que cela se produise.»

Est-ce un prétexte pour vendre des armes aux Australiens?

«Pas qu’à l’Australie. Les Américains ont invité l’Inde à une coopération stratégique (ce qui a courroucé la Russie, jusqu’à présent seul fournisseur d’armement au pays), ils veulent diversifier les importations d’armes de New Delhi. Il y a un enjeu qui consiste à dire que les futurs marchés d’armement se situent dans la zone Indo-Pacifique», explique Emmanuel Dupuy.

Comment la France et les États-Unis rentrent-ils dans la même lignée stratégique sur l’Indo-Pacifique? Le président de l’IPSE rappelle l’initiative qu’avait lancée George W. Bush:

«Un certain nombre de pays européens, occidentaux, essaient de créer une vieille chimère qui avait été lancée par George W. Bush. Cela consistait à créer –au-delà de la seule relation euratlantique basée sur l’OTAN et la reconstruction post-guerre– une sorte de coalition de démocraties. Bush l’avait appelée la coalition des 100 démocraties dans le monde. Biden va dans le même sens et Macron le suit dans l’idée d’élargir le G7 non pas en le rouvrant à la Russie, mais en l’étendant à deux pays de la zone Indo-Pacifique: l’Inde et l’Australie.»

L’UE a abordé la question de l’Indo-Pacifique cette semaine et veut avoir plus d’influence dans la région. Quel rôle peut jouer la France dans ce conflit? Emmanuel Dupuy explique que la France est la deuxième puissance navale après les États-Unis et sa puissance maritime se situe en Indo-Pacifique.

«C’est dans la partie orientale de l’océan Indien que se trouvent les plus grosses réserves gazières au monde. La France a des territoires d’outre-mer –Nouvelle-Calédonie, La Réunion, Mayotte, les îles de Polynésie française…–, elle a donc des troupes présentes et c’est une des principales puissances navales dans cette région.»

Et comment expliquer la préoccupation de l’Occident avec Taïwan?

«Cela remonte à 1949, quand la République populaire de Chine a été reconnue par un certain nombre de pays. Taïwan représente un intérêt stratégique. Elle se situe en face de la Chine et dans la prolongation du hub militaire que constituent les 25.000 soldats américains en Corée du Sud», explique le président de l’IPSE.

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.