Pillage au Kazakhstan au milieu des protestations contre les prix du carburant (VIDEOS)

RT

Des images choquantes des manifestations en cours à travers le Kazakhstan suggèrent que les émeutes qui ont commencé à cause d'une flambée des prix du gaz de pétrole liquéfié ne prendront pas fin de si tôt. Le gouvernement a demandé l'aide de ses voisins alors que le chaos règne.

Des manifestations ont éclaté dans les grandes villes du Kazakhstan après que le prix du gaz de pétrole liquide (GPL) a grimpé en flèche en raison de l'expiration du contrôle des prix. Ils se sont propagés aux pillages et aux émeutes avec des attaques contre des bâtiments gouvernementaux et le principal aéroport du pays. L'état d'urgence national a été décrété mercredi.

L'aéroport international d'Almaty a été perquisitionné, forçant le réacheminement et l'annulation de plusieurs vols à destination du Kazakhstan, et des émeutiers auraient même saisi cinq avions, selon le président Kassym-Jomart Tokayev. Il n'a fourni aucune preuve de cette allégation.

Une vidéo de l'installation après sa reprise montre une partie de la destruction, avec des magasins pillés et du verre brisé jonchant le sol.

Un clip était censé montrer un groupe conduisant un bulldozer devant une banque.

Des policiers et des militaires ont apparemment été attaqués dans la rue, certains se sont fait voler leurs armes, tandis que les autorités ont tenté de maîtriser les émeutiers avec des grenades lacrymogènes et des canons à eau. La ville d'Almaty a subi l'une des pires violences, avec l'incendie de l'ancienne résidence présidentielle et du bâtiment administratif.

Alors que le président Tokayev a depuis accepté certaines des demandes des manifestants – s'engageant à rétablir les limites des prix du carburant pour six mois supplémentaires – les émeutes se sont poursuivies, conduisant Tokayev à jurer une réponse. « aussi dur que possible. » L'état d'urgence a considérablement élargi les pouvoirs de police du gouvernement et permet des peines plus sévères à ceux qui enfreignent la loi.

Pendant ce temps, Tokayev a également demandé à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), un bloc de pays voisins dirigé par la Russie, d'aider à lutter contre les troubles violents qui ne montrent aucun signe de ralentissement. Le président a cité un haut niveau d'organisation "les terroristes" qui semblait avoir été formé à l'étranger, mais n'a offert aucune preuve à l'appui de l'accusation.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.