Pékin émet une protestation après que le Japon a signalé qu'il se joindrait aux États-Unis pour défendre Taïwan en cas d'attaque chinoise

Pékin émet une protestation après que le Japon a signalé qu'il se joindrait aux États-Unis pour défendre Taïwan en cas d'attaque chinoise

Pékin a mis en garde Tokyo contre les relations bilatérales préjudiciables après que le vice-Premier ministre japonais Taro Aso a suggéré que son pays devrait travailler avec les États-Unis pour défendre Taïwan en cas d'invasion chinoise.

"Si un incident majeur se produisait [à Taïwan], il ne serait pas étrange du tout qu'il touche à une situation menaçant la survie", a-t-il ajouté. Aso a déclaré lors d'un discours à Tokyo lundi. « Si tel est le cas, le Japon et les États-Unis doivent défendre Taïwan ensemble. »

Il a affirmé qu'une attaque chinoise contre Taïwan menacerait la souveraineté territoriale du Japon, affirmant que « Okinawa pourrait être le prochain. »

Aso, qui est également ministre des Finances du Japon, est l'un des quatre membres du cabinet qui siègent au Conseil de sécurité nationale du pays.

Ses commentaires ont suscité la condamnation de Pékin. Mardi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré lors d'une conférence de presse que les remarques d'Aso « a porté atteinte aux fondements politiques des relations sino-japonaises."

"Personne ne devrait sous-estimer la détermination inébranlable, la volonté ferme et la formidable capacité du peuple chinois à défendre la souveraineté nationale", a-t-il ajouté. il a dit.

Pékin a revendiqué la souveraineté sur Taïwan et, dans le cadre de sa politique « Une seule Chine », cherche à « réunification pacifique » entre le continent et l'île.

Lors d'un discours marquant le centenaire du Parti communiste chinois, le président Xi Jinping a déclaré que « résoudre la question de Taiwan et réaliser la réunification complète de la Chine est une mission historique et un engagement inébranlable du parti ».

On ne sait pas si le Japon serait même en mesure de mobiliser son armée si Taïwan était attaqué. En vertu de la constitution du pays, Tokyo est autorisé à déployer ses forces d'autodéfense uniquement pour la défense nationale. Cependant, en 2015, le pays a adopté de nouvelles lois sur la sécurité qui ont permis une action militaire dans des situations considérées comme une menace pour la survie du Japon.

Dans une déclaration de suivi, Tokyo semblait réticent à doubler les propos provocateurs d'Aso. Lorsqu'on lui a demandé de commenter la politique à l'égard de Taïwan, le secrétaire en chef du Cabinet, Katsunobu Kato, a souligné que le Japon s'était engagé à « un dialogue direct entre les parties concernées de manière pacifique ».

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.