Parole de soignant: «Nous étions des héros, et aujourd’hui nous sommes sur liste noire»

libre info france

France

URL courte

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/07/05/1045834397_0:218:3078:1950_1200x675_80_0_0_63fe9cda18ad1fc88ed7c9d92f5160cd.jpg

Sputnik France

https://cdnfr2.img.sputniknews.com/i/logo.png

https://fr.sputniknews.com/france/202107161045886752-parole-de-soignant–nous-etions-des-heros-et-aujourdhui-nous-sommes-sur-liste-noire/

Le 12 juillet, le Président de la République a décrété la vaccination obligatoire pour le personnel soignant. Au risque, pour les récalcitrants, d’une mise à pied, voire d’un licenciement. Soignant en Ehpad, Donovan Granger a décidé de prendre les devants en donnant sa démission si rien n’est fait d’ici à la date butoir du 15 septembre.

«Il y en a d’autres, je ne suis pas le seul», assure Donovan Granger à notre micro. Selon cet agent d’aide à la personne dans un Ehpad de Nouvelle-Aquitaine, ils sont cinq sur vingt-cinq soignants dans son service à démissionner «si vraiment il n’y a pas d’autre choix». En cause, l’obligation de vaccination pour les soignants et l’extension du passeport sanitaire annoncées par Emmanuel Macron lundi 12 juillet. «Nous en avons discuté avec mes collègues et pour eux aussi il est inadmissible de ne pas être libre de son corps», rétorque Donovan Granger à notre micro.

Notre interlocuteur déplore cette focalisation sur le personnel soignant «traité hier en héros et aujourd’hui sur liste noire». À l’accusation d’égoïsme portée à l’encontre des soignants, Donovan Granger répond qu’il n’a pas de leçon d’altruisme à recevoir.

«Parce que vous pensez que, pendant plus d’un an et demi, mes collègues et moi, qui avons fait plus de dix heures par jour de travail, nous n’avons pas pensé collectif? Nous avons tout donné, nous avons été épuisés, surchargés de travail comme jamais alors qu’il manquait à la fois personnel et matériel adéquat. Nous avons sacrifié beaucoup de choses…»

«Si la vaccination devient vraiment obligatoire, nous rendrons la blouse», annonce-t-il à notre micro. Il prévoit d’attendre la fin août pour juger de l’évolution de la situation avant de prendre une décision définitive.

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.