L'UE recherche une politique commune sur le retour des demandeurs d'asile déboutés dans leur pays d'origine

(Photo par ARIS MESSINIS / AFP via Getty Images)

(Photo par ARIS MESSINIS / AFP via Getty Images)

Berlin (CNSNews.com) – Un plan de l'Union européenne visant à encourager les «retours volontaires» des migrants clandestins a soulevé des questions sur le rôle croissant de sa force frontalière, qui vient de voir son plan budgétaire reporté en raison de préoccupations en matière de droits de l'homme au milieu d'enquêtes pour faute.

La Commission exécutive de l'UE a dévoilé un plan mardi, qui vise à améliorer le taux de retour des migrants clandestins – ceux qui n’ont pas réussi à déposer leur demande d’asile – en établissant des procédures et des règles communes dans l’ensemble de l’Union et en améliorant la coordination des retours avec les pays d’origine des migrants.

Elle a cependant déjà suscité des critiques en raison du rôle de premier plan envisagé pour l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, connue sous le nom de Frontex.

L’agence fait actuellement l’objet d’une enquête du Parlement européen, de l’office antifraude de l’UE et du Médiateur européen pour des allégations de violations des droits de l’homme et d’inconduite. Frontex nie les affirmations selon lesquelles il aurait empêché les migrants d'atteindre l'UE. rivages par mer, dans les eaux grecques.

La plainte est née de vidéos de juin qui montraient un navire Frontex bloquant un petit bateau de migrants près de l’île grecque de Lesbos. Les critiques ont affirmé qu'il était complice d'un «refoulement» illégal dans lequel des bateaux des garde-côtes grecs ont tiré un radeau transportant des migrants des eaux grecques vers des bateaux turcs.

La proposition de retour volontaire verrait l'agence devenir «l'agence de retour de l'UE» et soutenir «toutes les étapes du processus de retour volontaire et de réintégration, y compris les conseils avant le retour, le soutien après l'arrivée et le contrôle de l'efficacité de l'aide à la réintégration».

Lors d'une conférence de presse mardi, E.U. La commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a rejeté la critique du rôle élargi de Frontex, citant une enquête du propre conseil d'administration de l'agence qui a conclu qu'aucune faute n'avait eu lieu.

Johansson a déclaré que Frontex était «bien placé» pour assumer la tâche de retour et s'acquitterait de ses responsabilités d'une manière «européenne, humaine et axée sur les valeurs».

Néanmoins, le Parlement européen a voté mercredi le report de la planification budgétaire de l'agence sur les allégations relatives aux droits de l'homme, avertissant qu'il doit apporter des éclaircissements, améliorer la transparence et expliquer son échec à embaucher 40 agents des «droits fondamentaux» avant la date limite de décembre 2020, fixée par une UE régulation en 2019.

«Si Frontex n'apporte pas d'améliorations d'ici l'automne, il y a un risque de coupes budgétaires», a prévenu Daniel Freund, un eurodéputé allemand avec les Verts.

La Commission européenne travaille depuis longtemps sur des propositions pour une politique migratoire coordonnée au sein de l'UE. niveau qui améliorerait le taux de retour des migrants dont les demandes d'asile sont rejetées, mais qui a eu du mal à surmonter les divisions entre les États membres sur la question.

Selon Johansson, seulement un tiers environ des migrants rejetés retournent effectivement dans leur pays d'origine, et «parmi ceux qui le font, moins de 30% le font volontairement».

Elle a déclaré que les retours volontaires étaient à la fois «un moyen plus digne pour les individus et moins cher pour les États membres».

La vice-présidente de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a déclaré mardi que toute politique européenne de migration et d'asile devrait avoir «une procédure de retour importante».

«L'Europe restera une destination d'asile pour ceux qui fuient la persécution et la guerre», a-t-il tweeté. «Cependant, ceux qui n’ont pas le droit de rester devront être renvoyés dans leur pays d’origine. Ne pas le faire sape la crédibilité de notre système et nous empêche de protéger ceux qui en ont besoin. »

Catherine Woollard, directrice du Conseil européen sur les réfugiés et les exilés, a déclaré que si le retour volontaire est préférable au retour forcé, il était risqué de donner des rôles supplémentaires à Frontex.

«Du point de vue des droits de l'homme, le retour volontaire est de loin préférable car c'est un processus qui implique moins de risques de violations, et moins de coercition et de perte de dignité», a déclaré Woollard. «Par exemple, le retour forcé implique invariablement la détention et implique souvent de la contention et même des abus lors de l'expulsion.»

Dans le même temps, a-t-elle déclaré, l’élargissement du rôle de Frontex soulève des inquiétudes à un moment où l’agence est sous les projecteurs en ce qui concerne «les violations fondamentales en Europe et aux frontières», ce qui suggère que ses mécanismes de responsabilisation semblent inadéquats.

«Dans les pays tiers, Frontex a tendance à mener une politique étrangère parallèle et qui reste très opaque, ce qui peut saper l'UE au sens large. politiques des affaires extérieures », a-t-elle déclaré.

Woollard a également déclaré que les taux de protection dans l'UE. varient considérablement et ont comparé les décisions d’asile en Europe à une «loterie».

Selon UE. statistiques, 416 600 premiers demandeurs d'asile ont déposé des demandes en 2020, contre 699 000 en 2019. Pour les deux années, la Syrie et l'Afghanistan étaient les principaux pays ou pays d'origine. La baisse a été attribuée aux restrictions de mouvement liées au COVID-19 et aux fermetures de frontières imposées par les États membres.

La semaine dernière, le gouvernement danois révoqué les permis de résidence de certains réfugiés syriens après avoir déclaré la région sûre l'été dernier malgré la guerre civile en cours – une évaluation qui a suscité de vives critiques.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.