L'UE double sa menace de bloquer les exportations de vaccins Covid vers le Royaume-Uni

La commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, a déclaré que «tout est sur la table» et que l’UE se concentre sur la «protection de nos citoyens».

L'UE a aujourd'hui doublé sa menace de bloquer les exportations de vaccins Covid vers le Royaume-Uni alors que le gouvernement britannique a averti Bruxelles que «le monde regarde».

La commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, a déclaré que "tout est sur la table" et que l'UE se concentre sur la "protection de nos citoyens".

Elle a également déclaré qu'il était nécessaire que les deux parties se «  calment '' au milieu de l'escalade de la guerre des mots pour l'approvisionnement en vaccins, mais sa décision de répéter la menace d'Ursula von der Leyen ne devrait pas apaiser les tensions.

Elle est intervenue alors que le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, avait averti Bruxelles qu’une interdiction d’exportation «porterait atteinte à la réputation de l’UE dans le monde».

Il a déclaré que l'UE était «soumise à une pression politique énorme» en raison de son déploiement bâclé de vaccins et a insisté sur le fait que «le reste du monde regarde la Commission sur la façon dont elle se comporte».

Les tensions avec l'UE ont continué d'augmenter alors que le Royaume-Uni a battu hier son record du nombre de vaccinations quotidiennes.

Dans un geste dramatique, Mme von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a menacé de s'associer aux gouvernements français et allemand pour prendre en otage plus de 19 millions de doses du AstraZeneca le vaccin devrait être expédié au Royaume-Uni dans les semaines à venir.

L'UE continue de faire face à des critiques concernant la vitesse glaciale de son programme de vaccination et nombre de ses membres ont été plongés dans de nouveaux verrouillages alors que Covid-19 les cas montèrent en flèche.

Pendant ce temps, le Royaume-Uni a livré 711 156 jabs en 24 heures – un nouveau record qui signifie que plus de la moitié de tous les adultes ont reçu au moins une dose de vaccin.

Boris Johnson a salué le succès en tweetant: «  Un grand merci à toutes les personnes impliquées dans cette fantastique réalisation. Continuons!'

Cela survient alors que le gouvernement a commencé à travailler sur des plans pour déplacer la majorité de la production de vaccins contre le coronavirus au Royaume-Uni à terre pour rendre la Grande-Bretagne plus autosuffisante, le Télégraphe signalé.

Le secrétaire aux affaires Kwasi Kwarteng aurait eu des entretiens avec Nadhim Zahawi, le ministre des Vaccins, sur la manière d'accélérer la production au Royaume-Uni – et de réduire le risque que d'autres pays perturbent le déploiement.

Un initié a déclaré: «Il y a déjà beaucoup de production nationale. Nous cherchons toujours des moyens d'augmenter la production de vaccins au Royaume-Uni. Le gouvernement cherche des moyens d'augmenter en permanence l'approvisionnement en vaccins ».

La commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, a déclaré que «tout est sur la table» et que l’UE se concentre sur la «protection de nos citoyens».

La commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, a déclaré que «  tout est sur la table '' et que l'UE se concentre sur la «  protection de nos citoyens ''

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a menacé de s'associer aux gouvernements français et allemand pour retenir en otage plus de 19 millions de doses du vaccin AstraZeneca qui devraient être expédiées au Royaume-Uni dans les semaines à venir.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a menacé de s'associer aux gouvernements français et allemand pour retenir en otage plus de 19 millions de doses du vaccin AstraZeneca qui devraient être expédiées au Royaume-Uni dans les semaines à venir.

Le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, a averti Bruxelles qu'une interdiction d'exportation porterait atteinte à la réputation de l'UE dans le monde.

Le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, a averti Bruxelles qu'une interdiction d'exportation «porterait atteinte à la réputation de l'UE dans le monde»

Bruxelles affirme qu'AstraZeneca n'a livré qu'un tiers des 90 millions de doses de vaccin qu'elle avait promis à l'UE au cours du premier trimestre de cette année, mais a rempli son contrat pour approvisionner intégralement le Royaume-Uni.

En colère, Mme von der Leyen a déclaré que le bloc se réservait le droit de riposter en interdisant l'exportation de lots fabriqués par le géant pharmaceutique anglo-suédois vers le Royaume-Uni. Ils représentent environ 20 pour cent des approvisionnements futurs de la Grande-Bretagne.

Le plan explosif sera discuté lors d'un sommet du Conseil européen jeudi, mais bénéficie déjà du soutien du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel.

Mme McGuinness a déclaré au Andrew Marr Show de la BBC que les dirigeants de l'UE «évalueraient la situation actuelle» lorsqu'ils discuteraient de la question.

"Je pense que ce qui est extrêmement important cette semaine, comme vous le dites, il y a une augmentation des infections à travers l'Europe, alarmant pour tout le monde", a-t-elle déclaré.

«Mais les dirigeants se réuniront cette semaine et ils évalueront la situation actuelle concernant le déploiement des vaccins et prendront peut-être des décisions.

"Mais comme la présidente de la Commission l’a dit elle-même, tout est sur la table mais il n’ya pas de décision."

Cherchant à apaiser les tensions, elle a ajouté: «Franchement, aucun d’entre nous n’a eu un grand Covid. Je pense que nous devrions tous lever la main et dire que nous n’étions pas préparés à cette pandémie mondiale, que nous n’avons pas fait de notre mieux au début, mais nous faisons de notre mieux maintenant pour protéger nos citoyens.

«Je pense que c’est exactement ce sur quoi l’Europe se concentre, c’est la protection de nos citoyens et une fois que tout le monde est protégé, nous sommes en sécurité.

«Je pense que nous devons tous, si vous voulez, nous calmer, regarder très attentivement, si vous le souhaitez, sans passion la situation autour des matières premières pour les vaccins, autour de leur lieu de production et de la manière dont nous pourrions augmenter cette production.»

Les ministres du gouvernement ont été cinglants dans leur réaction à la menace d'interdiction des exportations et M. Wallace a ajouté aujourd'hui sa voix au chœur de hauts responsables critiquant l'approche de l'UE.

Il a déclaré à Sophy Ridge sur Sky News: «Je vais prendre la parole de la présidente de la Commission européenne qu’elle a donnée au Premier ministre il y a quelques mois, selon laquelle l’Europe, la Commission européenne et l’Europe n’allaient pas s’engager à rompre des contrats.

«Nous reconnaissons tous l’importance du droit international et du respect du droit des contrats dans le monde.

«L’Union européenne saura que le reste du monde regarde la Commission sur la manière dont elle se comporte.

«Si des contrats sont rompus et des engagements, c’est une chose très dommageable pour un bloc commercial qui se targue de l’état de droit, se targue de suivre les contrats et d’être un bloc commercial ouvert.

«La Commission sait au fond du monde que le monde regarde ce qui se passe et que cela serait également contre-productif car la seule chose que nous savons sur la production et la fabrication de vaccins est qu’elle est collaborative.»

M. Wallace a déclaré que la Commission européenne était «soumise à d'énormes pressions politiques» et a averti que sa réputation était en jeu.

Il a déclaré: «  Je pense que c'est vraiment une question pour eux de savoir comment ils y font face. Mais les valeurs qu'ils épousent de l'Union européenne, à savoir le respect de l'État de droit, en tant que bloc commercial, tout cela signifie que vous suivez ces contrats, que vous les honorez comme vous l'avez accepté, et je pense que cela nuirait à la réputation de l'UE dans le monde. ils renient ces choses.

Un haut responsable du gouvernement britannique a averti hier soir que toute mesure visant à interdire les exportations de jab serait illégale. "La réalité est que notre contrat avec AstraZeneca est solide et meilleur que celui de l'UE", a déclaré le responsable. «Et nous n'obtenons que ce que nous avons contribué à développer et pour lequel nous avons payé.

Le déploiement désastreux du vaccin dans l'UE signifie qu'à peine 12 pour cent des adultes en France, en Allemagne et en Italie ont jusqu'à présent eu des piqûres. Des pans de l'Europe sont maintenant bloqués, avec près des trois quarts des 27 États membres de l'UE souffrant de taux d'infection à Covid-19 en flèche.

En revanche, le nombre de vaccinations de première dose administrées au Royaume-Uni a grimpé à un total de 26 853 407 – 51 pour cent de tous les adultes britanniques – avec 2 132 551 personnes ayant eu un deuxième vaccin.

La dépendance de la Grande-Bretagne à l'égard des importations devrait également être réduite, car une usine d'Oxford capable de produire jusqu'à 70 millions de doses en moins de six mois est prête à ouvrir un an plus tôt que prévu.

La situation désastreuse en Europe a mis en doute les espoirs de vacances d'été de millions de Britanniques.

Les scientifiques du gouvernement craignent que les voyageurs n'apportent la souche mutante sud-africaine au Royaume-Uni tandis que le secrétaire à la Santé, Matt Hancock, a confié en privé son pessimisme croissant à propos de la reprise des voyages à l'étranger après le 17 mai, la première date de sortie de la feuille de route du Premier ministre.

Dans d'autres développements:

  • Les tests Covid positifs ont chuté de 7,5% au cours des sept derniers jours à 5 587 par jour; les admissions à l'hôpital ont chuté de 23% à 496 et les décès de 36,9% à 96, le premier samedi avec moins de 100 décès depuis octobre;
  • PLes lans pour «  Alfresco April '' se sont accélérés avec la brasserie de Marston, affirmant que 700 de ses pubs ouvriraient le 12 avril;
  • Les experts ont prédit une aubaine de mariage de 11,5 milliards de livres une fois les restrictions assouplies, tandis que certains coiffeurs rapportent des carnets de rendez-vous complets jusqu'au début de l'été;
  • Le Japon a annoncé que dans un «grand sacrifice», les supporters internationaux seraient interdits d'assister aux Jeux olympiques de Tokyo plus tard cette année;
  • Une enquête Mail on Sunday a nommé des magnats très riches – y compris des héritiers de la mode Gucci et des fortunes de diamants Graff – dont les entreprises ont utilisé le programme de congés payés par les contribuables pour payer le personnel;
  • Des milliers de manifestants anti-lockdown ont défilé à travers Londres avec la police effectuant au moins 13 arrestations.
Bruxelles affirme qu'AstraZeneca n'a livré qu'un tiers des 90 millions de doses de vaccin qu'elle avait promis à l'UE au cours du premier trimestre de cette année, mais a rempli son contrat pour approvisionner intégralement le Royaume-Uni. Sur la photo: le président français Emmanuel Macron

Bruxelles affirme qu'AstraZeneca n'a livré qu'un tiers des 90 millions de doses de vaccin qu'elle avait promis à l'UE au cours du premier trimestre de cette année, mais a rempli son contrat pour approvisionner intégralement le Royaume-Uni. Sur la photo: le président français Emmanuel Macron

Le déploiement désastreux des vaccins dans l'UE signifie qu'à peine 12 pour cent des adultes en France, en Allemagne et en Italie ont jusqu'à présent reçu des vaccins. Sur la photo: la chancelière allemande Angela Merkel

Le déploiement désastreux du vaccin dans l'UE signifie qu'à peine 12 pour cent des adultes en France, en Allemagne et en Italie ont jusqu'à présent eu des piqûres. Sur la photo: la chancelière allemande Angela Merkel

La menace renouvelée de Mme von der Leyen est venue dans une interview avec le groupe de médias allemand Funke. Elle a admis avoir discuté de «l'option d'interdire une exportation planifiée», ajoutant: «C'est le message adressé à AstraZeneca: vous remplissez votre contrat avec l'Europe avant de commencer à approvisionner d'autres pays.

"Nous n'avons rien reçu des Britanniques pendant que nous leur fournissons des vaccins."

Son approche dure a obtenu le soutien du ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune, qui a déclaré: "Nous avons besoin d'un principe de réciprocité: approvisionner les autres s'ils nous fournissent conformément aux contrats signés." La position est également soutenue par l'Italie et le Danemark, mais contrée par les Pays-Bas, la Belgique, la Pologne, la Suède et l'Irlande qui craignent l'impact plus large d'une guerre commerciale des vaccins.

Klaus Hinterding, directeur adjoint d'AstraZeneca Allemagne, a déclaré que les pénuries étaient «dues à la complexité du processus de production». L'ingrédient actif du vaccin est fabriqué en Belgique et aux Pays-Bas et placé dans des flacons en Italie.

Pfizer a averti l'UE de ne pas chercher à bloquer la circulation de ses approvisionnements. Un porte-parole a déclaré: "Nous avons clairement indiqué à toutes les parties prenantes que la libre circulation des marchandises et l'approvisionnement à travers les frontières est absolument essentielle pour Pfizer et les patients que nous servons."

La menace survient après que plusieurs pays de l'UE ont suspendu l'utilisation du vaccin AstraZeneca en raison de la crainte qu'il puisse provoquer des caillots sanguins. Le régulateur de l'Agence médicale européenne l'a déclaré jeudi «  sûr et efficace '', mais la France refuse toujours de l'administrer aux personnes de moins de 55 ans – après avoir déclaré qu'il ne convenait pas aux personnes de plus de 65 ans.

Le professeur Sir John Bell, le scientifique qui a dirigé les travaux sur le vaccin à Oxford, a décrit hier la décision de la France comme «complètement crackers».

Lui et Kate Bingham, le tsar britannique du vaccin, ont également qualifié les dirigeants européens d'irresponsables pour avoir «sapé» la confiance du public dans le vaccin AstraZeneca.

Les chiffres du NHS England montrent que 79% des personnes de plus de 55 ans dans le pays avaient au moins une dose du vaccin avant le 14 mars, mais Londres est nettement en retard en termes d'adoption.

Quelque 26,2 millions de Britanniques ont maintenant reçu leur première dose d'un vaccin Covid-19, soit l'équivalent de la moitié de la population adulte en Grande-Bretagne, et 2 millions ont reçu les deux injections.

Quelque 26,2 millions de Britanniques ont maintenant reçu leur première dose d'un vaccin Covid-19, soit l'équivalent de la moitié de la population adulte en Grande-Bretagne, et 2 millions ont reçu les deux injections.

On craint que les histoires de peur européennes ne dissuadent les Britanniques de se faire vacciner.

Une source gouvernementale a déclaré que le n ° 10 était prêt à sacrifier des vacances à l'étranger pour protéger la réouverture nationale. On avait espéré qu'une feuille de route pour les vacances, qui devait être publiée le 12 avril, permettrait des voyages à partir du 17 mai, mais des sources ont déclaré que les ministres étaient «  de plus en plus sceptiques '' quant aux restrictions prenant fin ce mois-là, même le début de l'été semblant improbable.

La propagation de la variante sud-africaine en France, estimée à présent représenter environ 5% des cas, suscite des inquiétudes particulières. Un député conservateur a déclaré: «  S'il a une emprise en France, vous pouvez garantir qu'il aura une emprise au Royaume-Uni. La grande question est: "Cette nouvelle variante pourrait-elle tuer les vacances à l'étranger?" Il ne s'agit pas de la variante venant d'Afrique du Sud elle-même – c'est la connexion française.

Downing Street serait préoccupé par une répétition de l'été dernier lorsque des touristes revenant de Grèce, de Croatie et d'Espagne auraient ramené une variante de Covid.

Le conseiller gouvernemental, le Dr Mike Tildesley, a déclaré à l'émission Today de Radio 4 que la perspective que les Britanniques prennent des vacances à l'étranger cet été semblait «  extrêmement improbable ''.

Une super-usine produira des doses de jab d'Oxford de 70m en Grande-Bretagne

La perspective d'un blocus de l'UE qui pourrait empêcher 19 millions de doses d'atteindre le Royaume-Uni – en plus des perturbations des approvisionnements en vaccins en provenance de l'Inde – survient alors que la Grande-Bretagne se prépare à devenir autosuffisante en approvisionnements en vaccins.

Le Vaccine Manufacturing Innovation Center d'Oxford – créé en 2018 «  pour promouvoir, développer et accélérer la croissance de l'industrie britannique des vaccins '' – est une super-usine sur le point de commencer la production de plus de 70 millions de doses du vaccin AstraZeneca sur quatre à une période de six mois.

La pandémie a déclenché une énorme augmentation du financement du VMIC – de 131 millions de livres sterling à 196 millions de livres sterling – en échange de l'élaboration d'un plan visant à augmenter la quantité de vaccins qu'ils pourraient produire dans leur nouvelle usine de millions de doses à des dizaines de millions et avance d'un an l'ouverture de l'usine.

Le Dr Matthew Duchars, directeur général du VMIC, basé au Harwell Science & Innovation Campus dans l'Oxfordshire, a déclaré qu'il était équipé pour modifier les vaccins afin de tenir compte des variantes mutantes.

Le Dr Duchars a déclaré: «Les nouvelles variantes de Covid font absolument partie de la réflexion.

«Nous devrons probablement créer des variantes de vaccins saisonniers car il pourrait bien y avoir des mutations dans le virus, ainsi que des vaccins contre d’autres maladies.

"Vous ne savez jamais ce qui va suivre."

L'UE paie le prix du fiasco des jabs: des millions de personnes se réveillent face à de nouveaux verrouillages draconiens alors que la variante du Kent balaie le continent

Près des trois quarts des pays de l'UE connaissent une spirale des taux d'infection à Covid, obligeant de vastes pans du continent à se replier sur eux.

Alors qu'une troisième vague déferle à travers l'Europe, les Britanniques ont été avertis hier que les vacances d'été à l'étranger étaient «extrêmement improbables».

Rien qu'en France, 21 millions de personnes se sont réveillées hier avec un nouveau verrouillage draconien. Des millions d'autres en Italie, en Allemagne, en Pologne et en Grèce font face à de sévères restrictions.

Sur les 27 États membres de l'UE, 20 ont connu une augmentation du nombre de cas de Covid ces dernières semaines. Quinze ont mis en garde contre une augmentation spectaculaire des admissions en soins intensifs en raison du virus.

Malgré la levée de l'interdiction du vaccin Oxford-AstraZeneca, on craint que la suspension n'ait ralenti le déploiement de l'UE, déjà au rythme d'escargot.

Malgré la levée de l'interdiction du vaccin Oxford-AstraZeneca, on craint que la suspension n'ait ralenti le déploiement déjà accéléré de l'UE.

Un scientifique du gouvernement a averti que les voyages à l'étranger étaient `` extrêmement improbables '' cet été, alors que l'Europe avait du mal à contrôler une augmentation des cas de coronavirus. Sur la photo: Benidorm aujourd'hui

Un scientifique du gouvernement a averti que les voyages à l'étranger étaient «  extrêmement improbables '' cet été, alors que l'Europe avait du mal à contrôler une augmentation des cas de coronavirus. Sur la photo: Benidorm aujourd'hui

La France a enregistré 35 000 nouveaux cas jeudi, avec un taux d'occupation des soins intensifs jusqu'à 4 246 – plus élevé qu'en novembre. Un quart d'entre eux se trouvent à Paris, où les rues étaient étrangement calmes ce week-end, avec des magasins non essentiels forcés de fermer pendant au moins un mois.

En Pologne, la plupart des magasins seront fermés pendant les trois prochaines semaines, ainsi que les hôtels et les cinémas. Des mesures similaires ont été introduites à Kiev, la capitale de l'Ukraine.

Les rues de Rome et de Milan, où les magasins, les restaurants et les écoles ont été contraints de fermer, étaient vides, mais les routes des villes d'Allemagne, de Suède et des Pays-Bas étaient remplies de manifestations anti-lockdown, dont certaines sont devenues violentes.

À Yerres, une ville située juste à l'extérieur de la capitale française, le maire a déclaré qu'il avait ordonné aux entreprises de rester ouvertes, défiant les restrictions «  totalement incompréhensibles ''.

Bien que l'interdiction du vaccin Oxford-AstraZeneca soit en grande partie levée, on craint que la suspension n'ait ralenti le déploiement déjà rythmé par l'UE.

La Commission européenne a exhorté les pays à intensifier les vaccinations, avec des chiffres montrant que les gouvernements se reposent sur un stock de millions de doses inutilisées.

L'Europe compte 9,7% de la population mondiale, mais la semaine dernière a représenté 39,5% des cas de Covid. L'Estonie est actuellement le pays le plus touché au monde avec 1 130,12 cas par million d'habitants. En comparaison, le Royaume-Uni en a 79,55 par million.

Les nouvelles infections ont bondi de 24% dans le bloc la semaine dernière, la variante de Kent représentant 75% des nouveaux cas. Il existe également des inquiétudes concernant des poches de souche sud-africaine, des études suggérant que les vaccins fonctionnent moins bien contre elle.

Le Dr Mike Tildesley a déclaré qu'il y avait un danger que les voyageurs pourraient ramener de nouvelles variantes moins sensibles aux vaccins (photo:  u00A0Un cycliste passe sur la Grand-Place vide de Lille, dans le nord de la France aujourd'hui)

Le Dr Mike Tildesley a déclaré qu'il y avait un danger que les voyageurs pourraient ramener de nouvelles variantes moins sensibles aux vaccins (photo: un cycliste passe sur la Grand-Place vide de Lille, dans le nord de la France aujourd'hui)

L'augmentation du nombre de cas a freiné les espoirs des vacanciers britanniques se rendant sur le continent cet été. Le Dr Mike Tildesley, membre du groupe de mannequins Spi-M qui conseille le gouvernement, a déclaré hier à l'émission Today de BBC Radio 4: «  Je pense que les voyages internationaux cet été sont, pour le vacancier moyen, malheureusement, je pense, extrêmement improbables. ''

En Italie, où le taux de R – ou de reproduction – a grimpé à 1,6, l'objectif de vacciner tous les plus de 80 ans d'ici la fin du mois semble manquer.

Les nouvelles règles signifient que les personnes dans plus de la moitié du pays ne peuvent quitter leur domicile que pour le travail, la santé ou d'autres raisons essentielles. Le Premier ministre italien Mario Draghi menace maintenant que le pays adopte sa propre stratégie de vaccination, y compris l'évaluation du jab russe Spoutnik, si la réponse de l'UE ne s'améliore pas.

En Espagne, les chiffres montrent que le nombre de touristes a chuté de 80 pour cent à 19 millions l'an dernier, le plus bas depuis 1969. Le pays a été l'un de ceux qui ont fait pression pour obtenir un certificat de vaccination de l'UE dans le but d'arrêter une deuxième saison de vacances perdue.

En Grèce, un cinquième de la population active a des moyens de subsistance liés au tourisme. Ils avaient également désespérément voulu accueillir de nouveau les Britanniques au cours de l'été, mais le pays a un taux de 220,1 cas quotidiens par million.

La fureur des scientifiques britanniques face à l'alarmisme de l'UE AstraZeneca alors que Bruxelles stocke sept millions de doses du jab d'Oxford, craignant qu'il ne coûte la vie à des Britanniques

Un retour de bâton contre les histoires effrayantes européennes sur la AstraZeneca Le vaccin s'accélérait la nuit dernière, un expert du gouvernement décrivant la position du gouvernement français comme des «crackers».

Au milieu de la crainte que les Britanniques ne soient dissuadés de recevoir le vaccin suite à la réaction des dirigeants européens face aux craintes exagérées que cela puisse provoquer des caillots sanguins chez un petit nombre de receveurs, des scientifiques et des experts ont accusé le président français Emmanuel Macron et chancelier allemand Angela Merkel d'être «complètement irresponsable».

La France faisait partie de plusieurs pays de l'UE qui ont suspendu l'utilisation du vaccin AstraZeneca. Bien que l'Agence européenne des médicaments ait réitéré sa confiance dans le vaccin, son gouvernement en interdit toujours l'utilisation pour les moins de 55 ans.

Interrogé sur l'approche de la France, Sir John Bell, membre du groupe de travail sur les vaccins du gouvernement britannique, a déclaré BBC L'émission Today de Radio 4: «Cela n'a aucun sens – le tout a l'air complètement craquelé. Ils changent les règles presque chaque semaine.

Sir John Bell, membre du groupe de travail sur les vaccins du gouvernement britannique, a qualifié l'approche de la France de `` crackers ''

Sir John Bell, membre du groupe de travail du gouvernement britannique sur les vaccins, a qualifié l'approche de la France de «  crackers ''

«Ils nuisent vraiment à la confiance des gens dans les vaccins en général – pas seulement le vaccin AstraZeneca.

«  Et ils sont assis sur un stock massif de vaccins qu'ils n'ont pas encore déployé et pourtant en même temps, ils ont une vague massive de la nouvelle variante à travers le pays. Je veux dire, tu ne pouvais pas inventer, n'est-ce pas?

Le professeur Bell a également minimisé les rapports «  très anecdotiques '' de Norvège sur les caillots sanguins et AstraZeneca, en disant: «  Si vous voulez mourir d'un caillot, vous obtenez Covid. C'est la meilleure façon dont je puisse penser de le faire.

Il a également soutenu les commentaires de l'ancienne tsar des vaccins Kate Bingham selon lesquels l'échec de M. Macron et de Mme Merkel à soutenir le vaccin avait été «  complètement irresponsable ''.

Mme Bingham a déclaré au Daily Telegraph: «  Si j'étais assis dans ces pays, je ne serais pas heureux d'avoir des dirigeants qui sapent un vaccin qui pourrait réellement protéger … Si vous avez des dirigeants qui disent essentiellement: «  Je ne suis pas prendre ce vaccin ', c'est complètement irresponsable.'

Le Dr Michael Head, maître de conférences en santé publique mondiale à l'Université de Southampton, a déclaré que les suspensions européennes avaient été «  une erreur '' qui a inutilement aggravé les craintes des gens face à la vaccination. "Si vous arrêtez le déploiement pendant une pandémie, vous avez besoin d'une très, très bonne raison pour le faire", a-t-il ajouté.

«Vous pouvez enquêter sans retirer complètement le produit. Cela aura coûté des vies – à cause du grand nombre de personnes laissées sans protection (par les arrêts) et de l'impact supplémentaire de l'hésitation.

Des experts ont accusé le président français Emmanuel Macron (photo) et la chancelière allemande Angela Merkel d'être complètement irresponsables  u00BF

Des experts ont accusé le président français Emmanuel Macron (photo) et la chancelière allemande Angela Merkel d'être «  complètement irresponsables ''

Johnny Heald, de la société de sondage ORB International, qui travaille sur le Vaccine Confidence Project avec la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a averti que l'impact de la peur ne serait pas limité à l'Europe.

"Cela jouera directement entre les mains de ceux qui répandent la désinformation sur les vaccins occidentaux, entre les mains des Russes et des Chinois", a-t-il déclaré.

Les patrons du NHS espèrent que la peur ne diminuera pas de manière significative la confiance du public en Grande-Bretagne, mais cela semble avoir incité les hésitants à réfléchir à nouveau. Le Mail on Sunday a trouvé des preuves que des messages mitigés en provenance d'Europe avaient un effet sur certaines personnes dans les zones à faible taux de participation.

Une femme de Newcastle, qui a refusé d'être nommée, a déclaré qu'elle ne recevrait pas le coup. «  C'est un peu étrange que tous ces pays d'Europe aient suspendu l'utilisation du vaccin AstraZeneca parce qu'ils étaient préoccupés par les effets secondaires et les décès, puis en quelques jours, le vaccin est déclaré sûr. ''

Une autre femme de Hackney, dans l'est de Londres, a déclaré: «  Je suis censée avoir mon jab la semaine prochaine, mais je ne suis toujours pas sûre à 100%. Il doit y avoir une raison pour laquelle les autres pays ne sont pas satisfaits de ce coup.

La peur a commencé plus tôt ce mois-ci lorsque les autorités autrichiennes ont exprimé leurs inquiétudes. Une série de pays a ensuite suspendu le vaccin AstraZeneca, bien que l'EMA et l'OMS continuent de soutenir le vaccin. La plupart des pays ont fait volte-face vendredi après qu'un examen de l'EMA a conclu que le vaccin «n'est pas associé à une augmentation du risque global d'événements thrombotiques ou de caillots sanguins».

Pourquoi Ursula von Der Leyen semble-t-elle tellement détester la Grande-Bretagne? En tant qu'étudiante, elle a cherché refuge à Londres auprès du gang Baader-Meinhof. Maintenant, 40 ans plus tard, beaucoup de choses ont changé …

C'était le petit matin et une jeune étudiante avait oublié de fermer sa porte d'entrée après son retour dans son Ouest Londres plat.

Sa maladresse était si fréquente que sa logeuse avait attaché une chaîne de cloches à la porte pour lui rappeler de la fermer.

Ce qui était beaucoup plus remarquable à propos de cette jeune Allemande, c'est qu'à l'époque, en 1978, elle étudiait à Londres sous un pseudonyme en raison d'une menace d'enlèvement de la part de la faction de l'Armée rouge, également connue sous le nom de Baader-Meinhof Gang.

En tant que fille d'un riche homme politique allemand, elle était la cible du célèbre groupe de guérilla d'extrême gauche. Aujourd'hui, quatre décennies plus tard, le monde connaît sa maladresse sous une forme très différente.

Pour la fille qui aimait le groupe punk britannique, les Buzzcocks n'est autre qu'Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne et aujourd'hui face à une tentative de saboter l'approvisionnement en vaccins de la Grande-Bretagne.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a étudié à Londres sous un pseudonyme en raison d'une menace d'enlèvement de la part de la faction de l'Armée rouge

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a étudié à Londres sous un pseudonyme en raison d'une menace d'enlèvement de la part de la faction de l'Armée rouge

Dans ses jours d'étudiant à Londres, selon une amie, elle portait des jeans et des pulls débraillés.

Maintenant, la mère de sept enfants de 62 ans a été décrite comme ayant des cheveux «  royalement coiffés dans un style rappelant Margaret Thatcher avec un soupçon de princesse Diana ''.

Compte tenu de son plaisir juvénile de la scène londonienne, ses tactiques agressives face au succès du déploiement des vaccins en Grande-Bretagne semblent étranges.

Londres était le sanctuaire d'Ursula car la faction de l'Armée rouge, qui avait tué plus de 30 personnes, en faisait une cible, elle et sa famille aristocratique.

La jeune Ursula a été envoyée en Angleterre pour mentir, sous le pseudonyme de Rose Ladson (une combinaison de son surnom d'enfant, «  Röschen '', ou «  Little rose '', et du nom de famille de son arrière-grand-mère américaine, Ladson).

Compte tenu de son plaisir juvénile de la scène londonienne, ses tactiques agressives face au succès du déploiement des vaccins en Grande-Bretagne semblent étranges.

Compte tenu de son plaisir juvénile de la scène londonienne, ses tactiques agressives face au succès du déploiement des vaccins en Grande-Bretagne semblent étranges.

Pendant ses études à la London School of Economics, elle s'est mêlée à la scène punk de la capitale et a fréquenté les disquaires de Camden et les bars Soho.

«J'ai vécu plus que j'étudiais», a-t-elle dit un jour. Elle avait aussi «un peu le mal d'amour», disent des amis, après avoir laissé son petit ami en Allemagne.

Lors d'une visite à la LSE l'année dernière, elle a déclaré que son séjour là-bas lui avait «  ouvert les yeux '', ajoutant: «  J'ai appris à connaître une société multiculturelle chaleureuse, vibrante, colorée et que je n'avais jamais connue auparavant. ».

En comparaison, dit-elle, l'Allemagne était «plutôt monotone».

Les ancêtres d'Ursula ont fait fortune dans le commerce du coton.

Née en Belgique – où elle a fréquenté la même école que Boris Johnson (bien que le couple ne se soit jamais rencontré), dont le père travaillait à Bruxelles – sa famille a déménagé en Allemagne à l'âge de 13 ans.

Elle et ses cinq frères et sœurs ont interprété des chansons écrites par leur mère, Heidi, et ont été comparées à une famille allemande von Trapp. Ils ont sorti un single, Welcome To God's Beautiful World, l'année où elle s'est réfugiée à Londres.

Son père, le gouverneur de l'État allemand de Basse-Saxe, faisait partie des politiciens visés par les terroristes.

Ursula s'est inscrite à la LSE à l'âge de 20 ans, la vie à Londres étant en contraste frappant avec l'atmosphère stricte et luthérienne de son enfance.

La Grande-Bretagne aussi était en proie à des troubles politiques. Les extrémistes de droite du Front national se sont affrontés avec la Ligue antinazie et l'hiver du mécontentement a provoqué des troubles industriels.

De son côté, Ursula a pu vivre librement, malgré la menace d'enlèvement. Elle est restée au deuxième étage d'une maison à Earl's Court avec son oncle maternel, Erich Stromeyer.

La propriété appartenait à une Polonaise dont le fils, Jacek Rostowski, est devenu vice-Premier ministre de Pologne.

«  Elle revenait assez souvent vers 1h et 2h du matin. Mais elle avait l'habitude exaspérante de laisser la porte ouverte '', a déclaré dimanche M. Rostowski au Mail.

«  Cela semblait un comportement légèrement imprudent pour quelqu'un poursuivi par le gang Baader-Meinhof. Les cloches grecques devaient lui rappeler de fermer la porte.

Une autre contemporaine a déclaré qu'elle allait souvent à des concerts punk et qu'elle «  aimait les Buzzcocks ''.

À l'époque, la LSE était un foyer de marxisme révolutionnaire. Quelques mois à peine avant son inscription, le journal étudiant publiait un éditorial vantant les actions de Baader-Meinhof.

Le radiodiffuseur de la BBC, Robert Elms, qui a écrit sur la vie de la LSE à la fin des années 1970 dans The Way We Wore, a rappelé qu'il dirigeait un gant de maoïstes,

Trots et «divers fous d'extrême gauche offrant des tracts et prophétisant l'effondrement imminent du capitalisme».

Elms a déclaré qu'il n'avait aucun souvenir d'avoir rencontré la jeune Ursula. Un autre contemporain, l'acteur Ralph Brown qui a joué le trafiquant de drogue Danny dans le film Withnail And I, a déclaré qu'il ne pouvait pas être certain s'ils s'étaient rencontrés, mais a plaisanté: «  Je suis assez sûr que nous n'avons pas eu de relations sexuelles. ''

Née en Belgique  u00BF où elle a fréquenté la même école que Boris Johnson (bien que le couple ne se soit jamais rencontré), dont le père travaillait à Bruxelles  u00BF sa famille a déménagé en Allemagne quand elle avait 13 ans

Née en Belgique – où elle a fréquenté la même école que Boris Johnson (bien que le couple ne se soit jamais rencontré), dont le père travaillait à Bruxelles – sa famille a déménagé en Allemagne à l'âge de 13 ans.

Il a ajouté: «  À l'époque, LSE était plein de hippies non réformés, de beatniks, de groovers et de nouveaux punks étudiants. ''

C'est dans cette atmosphère enivrante qu'Ursula a passé un an à se débarrasser des chaînes de sa jeunesse.

L'année dernière, lors d'une conférence intitulée Old Friends, New Beginnings: Building Another Future for the EU-UK Partnership, elle a déclaré que son séjour à Londres l'avait transformée en une anglophile de toujours.

Cela semble difficile à croire après qu'elle a intensifié la rhétorique sur le blocage de l'approvisionnement du coup AstraZeneca pour la Grande-Bretagne.

Mais au milieu de l'irritation à Downing Street, elle aura peut-être bientôt lieu de penser à London Calling by The Clash.

Preuve que les histoires effrayantes d'AstraZeneca de l'UE mettent déjà en danger la vie des Britanniques, selon les mots d'un GP de Londres: «Les gens sortent s'ils ne peuvent pas obtenir le coup de Pzifer. Nous avons du mal à remplir les créneaux horaires

La question est réglée – du moins pour le moment.

Après que 13 pays européens aient arrêté l'utilisation du vaccin AztraZeneca Covid alors qu'il prétendait avoir causé un type rare de caillot sanguin mortel, les régulateurs de l'UE ont enquêté et déclaré qu'il était «  sûr et efficace ''.

Selon l'écrasante majorité des experts médicaux qui ont commenté publiquement au cours de la semaine dernière, il n'y a jamais eu de doute.

Vendredi, de nombreux pays avaient levé leur interdiction et d'autres suivront cette semaine.

Les responsables de la santé allemands ont insisté sur le fait que la suspension était une tentative de «  maintenir la confiance du public ''. Mais leurs propres médecins ont riposté, avertissant que cela aurait probablement l'effet inverse, faisant écho aux préoccupations d'experts au Royaume-Uni et à travers le continent.

D'autres pays de l'UE, dont l'Italie et la France, sont désormais replongés dans des verrouillages, frappés par une troisième vague.

Les gens attendent de recevoir leur injection d'un vaccin Covid-19 au centre de vaccination de masse de Robertson House à Stevenage, au nord de Londres, le 11 janvier

Les gens attendent de recevoir leur injection d'un vaccin Covid-19 au centre de vaccination de masse de Robertson House à Stevenage, au nord de Londres, le 11 janvier

La crise fait que les décisions des ministres des Affaires étrangères de ralentir leurs programmes de vaccination, même momentanément, semblent inexplicables.

Le taux d'infection de la Grande-Bretagne continue de baisser et le Premier ministre a pris les ondes jeudi pour assurer au pays que nous sommes toujours sur la bonne voie pour assouplir les restrictions au début du mois prochain.

Boris Johnson, qui avait lui-même reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca vendredi, a ajouté: «  Il est si important que nous recevions tous nos jabs dès que notre tour arrive – le jab d'Oxford est sûr, le jab Pfizer est sûr, ce qui n'est pas sûr. attrape Covid.

Mais la fureur a-t-elle entamé la confiance dans le vaccin ici? Fait inquiétant, la réponse peut être oui.

Les médecins et les pharmaciens ont déclaré à ce journal qu'ils avaient vu une vague d'annulations de coups en raison des craintes des patients concernant les caillots sanguins.

Le Dr Nisa Aslam, médecin généraliste de l'arrondissement londonien de Tower Hamlets, a déclaré que les inquiétudes avaient un «  impact énorme '' sur le programme de vaccination de l'arrondissement.

Elle a déclaré: «  Les gens quittent leur rendez-vous s'ils ne peuvent pas recevoir le coup Pfizer. Nous en sommes maintenant au point où nous avons du mal à remplir les créneaux. ''

Tower Hamlets a l'un des taux de vaccination les plus bas de toutes les régions du pays, avec seulement 70% des plus de 75 ans qui se sont présentés pour leur vaccin, contre un taux national de 95%.

Les Noirs, les Asiatiques et les autres groupes ethniques minoritaires de la région ont été particulièrement difficiles à atteindre.

Un homme à la retraite debout avec une pancarte en carton de la forme d'un vaccin Covid devant la tour penchée de Pise, Italie, le 18 mars

Un homme à la retraite debout avec une pancarte en carton de la forme d'un vaccin Covid devant la tour penchée de Pise, Italie, le 18 mars

Le Dr Aslam a déclaré: «  Nous avons travaillé incroyablement dur pour lutter contre l'hésitation à la vaccination dans la communauté. Nous avons travaillé avec les dirigeants locaux pour essayer de faire passer le message que ces vaccins sont sûrs.

«Maintenant, à cause de ce que les dirigeants d'autres pays ont dit, les gens sont plus inquiets que jamais. C'est comme si nous avions fait tellement de pas en arrière.

Jignesh Mehta, de la Woolwich Late Night Pharmacy, a déclaré qu'au cours de la semaine dernière, jusqu'à 20 patients par jour appelaient pour annuler, tandis que d'autres ne se sont tout simplement pas présentés.

«De nombreuses personnes ont demandé le vaccin Pfizer au lieu du vaccin AstraZeneca», a-t-il ajouté, affirmant que les inquiétudes concernant les caillots sanguins en étaient la raison. «Nous essayons de rassurer les gens sur le fait qu'il n'y a pas de lien direct».

Azim Ashraf de la Woodside Pharmacy à Telford, Shropshire, a déclaré: «  Nous avons vu de nombreuses annulations depuis que la nouvelle a éclaté, une femme nous a dit qu'elle ne faisait pas confiance aux régulateurs de la santé britanniques, mais qu'elle faisait confiance à la Norvège. ''

La pharmacie Acklam à Middlesbrough a vu les non-présentations passer de un à cinq pour cent au cours de la semaine dernière. Mais la chroniqueuse du GP du Mail on Sunday, le Dr Ellie Cannon, qui travaillait dans son hub local du nord de Londres, a déclaré que l'image était plus stable.

«Nous avons eu quelques annulations vendredi dernier», a-t-elle déclaré, «mais les affaires se sont déroulées comme d'habitude autrement. Mon gros souci n'est pas les annulations.

«C'est que les gens qui ne prendront pas de rendez-vous en premier lieu à cause de ce drame inutile, et que cela pourrait entraîner la mort.

Ravi Sharma, directeur de la Royal Pharmaceutical Society, a déclaré qu'ils n'avaient pas eu de rapports d'annulations massives, mais que «  les gens sont définitivement inquiets '' et posent des questions sur la sécurité.

Boris Johnson, qui avait lui-même reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca vendredi, a ajouté:  'Il est si important que nous recevions tous nos jabs dès que notre tour arrive  u00BF le jab d'Oxford est sûr, le jab Pfizer est sûr, ce qui n  'est pas sûr d ' attraper Covid  '

Boris Johnson, qui avait lui-même reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca vendredi, a ajouté: «  Il est si important que nous recevions tous nos jabs dès que notre tour arrive – le jab d'Oxford est sûr, le jab Pfizer est sûr, ce qui n'est pas sûr. attrape Covid '

Il a ajouté: "Cela n'a pas aidé nos communautés ethniques, où de nombreuses personnes hésitent déjà à propos des vaccins."

Et qu'en est-il de l'affirmation initiale – y avait-il quelque chose à craindre, en ce qui concerne les caillots sanguins, en premier lieu?

Après avoir évalué toutes les données disponibles, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a conclu que le vaccin «peut» être associé à «de très rares caillots sanguins associés à de faibles taux de plaquettes sanguines».

Le comité de sécurité de l'EMA et l'organisme de surveillance des médicaments du Royaume-Uni, l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA), mènent des examens dans cinq cas au Royaume-Uni.

Mais toutes les autorités médicales soulignent que, jusqu'à présent, il ne semble y avoir aucune preuve d'un lien direct avec le coup.

En Norvège, l'un des premiers pays à noter des cas de caillots sanguins et à soulever des inquiétudes, les médecins ont émis l'idée qu'une réaction immunitaire défectueuse pourrait être à blâmer.

D'autres ont suggéré que le problème pourrait résider dans la manière dont le vaccin a été administré – car le fait de piquer la mauvaise partie du bras pourrait, dans de rares cas, provoquer un caillot.

Des scientifiques de premier plan, cependant, disent que c'est «entièrement spéculatif».

S'adressant au podcast The Mail on Sunday's Medical Minefield, Adam Finn, professeur de pédiatrie à l'Université de Bristol et membre du comité conjoint du gouvernement sur la vaccination et l'immunisation, a déclaré: «  À ce stade, personne ne sait pourquoi ces personnes tombent malades, et quoi le mécanisme pourrait être. C'est donc simplement qu'il y a eu un groupe de cas inhabituels signalés.

"Il est également possible que ces cas inhabituels ne soient en aucun cas liés à la vaccination, ou que ces problèmes aient été causés par une infection à Covid."

Les experts disent que des effets secondaires ultra-rares sont théoriquement possibles avec n'importe quel coup, mais il est souvent difficile de savoir dans ces cas sur un million s'ils se seraient produits de toute façon.

L'expert en statistiques de l'Université de Cambridge, le professeur Sir David Spiegelhalter, a déclaré que les risques étaient clairement compensés par les avantages de la vaccination: «  La MRHA enquête sur ces cinq événements graves survenus après 11 millions de vaccins AstraZeneca.

«Supposons que le lien soit causal, bien que cela ne soit pas prouvé. Supposons donc qu'il y ait environ une chance sur deux millions de cet événement grave. Mais supposons que deux millions de personnes n'aient pas reçu leur vaccin.

«  Aux taux actuels du Royaume-Uni, (dans une semaine), nous pourrions nous attendre à ce que 2000 attrapent le virus, 20 à 30 soient hospitalisés et environ cinq décèdent. C'est juste une semaine. Ces personnes non vaccinées continuent à courir ce risque pour chaque semaine suivante, leur vaccination est retardée ».

Surtout, pour ceux qui contractent Covid, le risque de souffrir d'un caillot sanguin dangereux est de un sur trois, selon des études récentes. Et un patient sur dix – même ceux qui ont une maladie initiale légère – peut être touché par des mois de symptômes persistants.

De telles statistiques montrent clairement pourquoi les chefs de la santé britanniques ont choisi de poursuivre avec confiance le coup d'AstraZeneca, contrairement à nos voisins européens.

«Le vaccin est ce qui réduira votre risque de tomber gravement malade ou de mourir, car votre risque de contracter Covid est toujours important», déclare le professeur Finn. "(Pour l'Europe) refuser le vaccin coûte la santé des gens et cause des décès inutiles."

Compte tenu du poids de l'opinion médicale sur la question, pourquoi les dirigeants européens ont-ils décidé de saboter leurs propres chances?

Les experts français et norvégiens affirment que les décisions n'étaient pas seulement non scientifiques, mais sans aucun doute «politiques».

Dans les deux pays, l'hésitation à la vaccination est répandue – la France, en particulier, a l'un des niveaux de méfiance les plus élevés au monde, avec jusqu'à 41% de la population estimant que la vaccination n'est pas sûre, selon une étude. Seuls 9% des Britanniques expriment des appréhensions similaires.

La saga des caillots sanguins a commencé à se dérouler le 7 mars, lorsque les autorités médicales autrichiennes ont signalé que deux femmes avaient subi une réaction dans les deux semaines suivant la réception du vaccin. Un, âgé de 49 ans, aurait souffert de thromboses multiples – caillots dans les vaisseaux sanguins – et serait décédé.

L'autre, âgé de 35 ans, avait été hospitalisé pour un caillot dans les poumons, également connu sous le nom d'embolie pulmonaire.

Les deux femmes avaient reçu des doses du même lot de vaccins AstraZeneca, qui avait été distribué dans 17 pays de l'UE.

Deux jours plus tard, les autorités danoises ont annoncé le décès d'une femme de 60 ans liée à des caillots sanguins – peu de temps après avoir reçu une dose de ce lot.

A health worker prepares a dose of AstraZeneca vaccine today in Ede,u00A0Netherlands

A health worker prepares a dose of AstraZeneca vaccine today in Ede, Netherlands

This initially led to a theory of a 'bad batch' in circulation.

In the following days, Norway reported three patients, all under 50, with what doctors described as 'an unusual combination' of blood pathologies, including clots, following injection with a completely different batch of the AstraZeneca vaccine – disproving the 'bad batch' theory. One, in her 40s, later died.

On March 12, Norwegian officials announced another death – a health worker in her 30s who suffered a burst artery in the brain soon after her AstraZeneca jab. No blood clot was involved.

But one by one, European countries began to suspend use of the AstraZeneca vaccine.

Dr Gunnveig Grodeland, an expert in immunology at Oslo University, said her government was forced to act as there was already 'a lot of anxiety' about vaccination there.

She points to the 2009 swine flu vaccine controversy, in which the rapidly developed jab called Pandemrix was linked to a handful of cases of the sleep disorder narcolepsy among children.

Although extremely rare – occurring in roughly one in every 55,000 who'd had the vaccine – later studies showed the complication was more common in Scandinavians.

Dr Grodeland agreed the suspension of the AstraZeneca jab was 'largely political' and that 'nobody' in the scientific community that she knew believed that blood clots were a side-effect of the vaccine.

But she still felt it was the right move: 'If the authorities had not (addressed) the anxiety then we would have a bigger problem with trust in the future.'

However she also worried that their actions 'may be interpreted differently, internationally' and feared it may have undermined confidence in other countries.

Meanwhile, French immunologist Dr Francoise Salvadori, from Burgundy University, admitted: 'Anti-vaccine sentiment has been very strong in France for maybe 15 or 20 years. The French have a distrust of (politicians) in general and health policies in particular.'

Germany, she added, has its own issues. Last summer saw a surge of anti-lockdown protests and, in a poll in December, a third of Germans said they'd refuse a Covid vaccine. Authorities already have difficulties persuading over-65s to have a flu shot.

Figures from 2019 show just 35 per cent of them had a jab, compared with 72 per cent of the British.

Germany has a long history of mandatory vaccination – in the 19th Century, citizens were legally obliged to have a smallpox vaccine, and in the 1960s, East Germany required vaccination for diphtheria, tuberculosis and polio. This was enforced with fines.

Historians say that these events have played into a view held by some Germans that having a vaccination – or not having one – is a political statement.

A larger issue, claims Dr Salvadori, may be the ongoing row over the supply of vaccines between the UK and European states.

The EU has approved four vaccines so far u00BF the AstraZeneca, Pfizer, Moderna and Johnson & Johnson jabs

The EU has approved four vaccines so far – the AstraZeneca, Pfizer, Moderna and Johnson & Johnson jabs

The EU has approved four vaccines so far – the AstraZeneca, Pfizer, Moderna and Johnson & Johnson jabs – but manufacturing problems have slowed the bloc's programme.

The EU has also accused AstraZeneca of breaking its contract by not supplying enough doses. The company blames production delays.

Last week, European Commission President Ursula Von der Leyen admitted they were facing 'the crisis of this century' – and have threatened to halt further vaccine exports from the bloc.

Italy's deputy health minister Pierpaolo Sileri admitted: 'We have fewer than 50 per cent of the expected doses. But I think the same happened everywhere in Europe.'

At present, just under nine per cent of Europeans have received a dose of a Covid vaccine, according to the European Centre for Disease Prevention and Control, compared with half of all British adults.

Dr Salvadori says: 'The French are very disappointed not to have a vaccine (of their own), and so France will make political choices. The moves (to suspend use of the AstraZeneca jab) I think, are mostly political because, scientifically speaking, it doesn't hold water.'

Indeed, on Tuesday Italian scientists had already declared that both of the deaths they had initially reported were not likely to have been caused by the Covid jab.

In one case, no blood clots were detected and, in the other, the cause of death was a heart attack. Sad, unexpected, but coincidental events.

Dr Salvadori believes the posturing will have done nothing to help improve Europe's spiralling antivax problem.

She added: 'It's very delicate. In France, people would have been suspicious if we hadn't acted in the same way as other European countries, but by stopping, it can also add to doubts.

'People will think, there's no smoke without fire.'

Clashes with police as thousands, including Laurence Fox, protest against lockdown in London amid calls for protests to be ALLOWED after Sarah Everard vigil – and anti-restriction demos sweep Europe

Anti-lockdown protesters ran riot in central London today, pelting bottles and cans at police who were forced to retreat to their vans.

The thuggery in Hyde Park saw members of the public get up and leave, with parents hurriedly carrying their small children away from the clashes.

Officers wielding batons were seen steadily backing off while projectiles rained down on them – before gathering in number and charging back at the hooligans.

The ugly scenes came after thousands of lockdown-sceptics, including the actor Laurence Fox and the activist Piers Corbyn, rallied in the heart of the capital to rail against the Government's Covid restrictions.

It coincided with similar protests in European states such as Germany, Italy and Austria, which are bracing for a third wave of the virus.

Protesters waving placards reading 'stop destroying our kids' lives' marched down Oxford Street and blocked off Park Lane.

Riot police were still out in force on the streets of the capital tonight as pockets of protesters continued to gather.

Although the march was largely believed to be peaceful – albeit brazenly breaking lockdown, which bans large gatherings – police confirmed they have so far made 33 arrests.

Britain's police has been thrust into the spotlight recently in the wake of the controversial handling of Sarah Everard's vigil, where women were pinned down and arrested at Clapham Common.

The Government's Policing Bill, which passed its first vote in the Commons this week and would hand officers more powers to deal with demonstrations, has also caused anger.

Demonstrations in London, Manchester and Brighton saw activists hold banners urging the ministers to 'kill the bill'.

Today politicians of all stripes have called for Priti Patel changer coronavirus legislation to allow protests.

Des centaines de manifestants brandissant des pancartes ont défilé dans le centre de Londres aujourd'hui après s'être rencontrés plus tôt dans l'après-midi à Hyde Park

Des centaines de manifestants brandissant des pancartes ont défilé dans le centre de Londres aujourd'hui après s'être rencontrés plus tôt dans l'après-midi à Hyde Park

Police officers detain a demonstrator in Hyde Park, London, during a protest against lockdown today

Police officers detain a demonstrator in Hyde Park, London, during a protest against lockdown today

Laurence Fox est vu assister à un rassemblement à Hyde Park à Londres. L'acteur se bat pour devenir le prochain maire de Londres

Riot police were still out in force on the streets of the capital tonight as pockets of protesters continued to gather

Riot police were still out in force on the streets of the capital tonight as pockets of protesters continued to gather

The thuggery in Hyde Park saw members of the public get up and leave, with parents hurriedly carrying their small children away from the clashes

The thuggery in Hyde Park saw members of the public get up and leave, with parents hurriedly carrying their small children away from the clashes

Police in Hyde Park this afternoon as clashes with anti-lockdown protesters turned violent

Police in Hyde Park this afternoon as clashes with anti-lockdown protesters turned violent

A police officer raising his baton as people film him in Hyde Park, central London this afternoon

A police officer raising his baton as people film him in Hyde Park, central London this afternoon

Des policiers se tiennent autour d'une statue du plus grand Premier ministre britannique, Sir Winston Churchill, lors d'une manifestation contre le verrouillage aujourd'hui

Des policiers se tiennent autour d'une statue du plus grand Premier ministre britannique Sir Winston Churchill lors d'une manifestation contre le verrouillage aujourd'hui

Un homme est retenu par cinq policiers alors que d'autres retiennent les manifestants filmant l'arrestation

Un homme est retenu par cinq policiers alors que d'autres retiennent les manifestants filmant l'arrestation

A demonstrator is pushed to the ground by policeu00A0after outrage at Metropolitan Police's handling of the Sarah Everard vigil last week

A demonstrator is pushed to the ground by police after outrage at Metropolitan Police's handling of the Sarah Everard vigil last week

Un manifestant anti-lockdown est arrêté et emmené par des agents à Hyde Park, à Londres, aujourd'hui

Un manifestant anti-lockdown est arrêté et emmené par des agents à Hyde Park, à Londres, aujourd'hui

Le théoricien du complot Piers Corbyn - le vieux frère de Jeremy - se tient devant la police alors qu'il assiste à un autre rassemblement illégal

Le théoricien du complot Piers Corbyn – le vieux frère de Jeremy – se tient devant la police alors qu'il assiste à un autre rassemblement illégal

Thousands of protesters holding flares and signs reading 'fear Westmonster not the virus' march through Hyde Park

Thousands of protesters holding flares and signs reading 'fear Westmonster not the virus' march through Hyde Park

MANCHESTER: Activists in Manchester rail against the Policing, Crime, Sentencing and Courts Bill going through the Commons

MANCHESTER: Activists in Manchester rail against the Policing, Crime, Sentencing and Courts Bill going through the Commons

CORNWALL: A demonstration in Cornwall demanding the Policing Bill, which would hand the police more powers to deal with protests, be scrapped

CORNWALL: A demonstration in Cornwall demanding the Policing Bill, which would hand the police more powers to deal with protests, be scrapped

BRIGHTON: Similar protests happened in Brighton today.u00A0Britain's police has been thrust into the spotlight recently

BRIGHTON: Similar protests happened in Brighton today. Britain's police has been thrust into the spotlight recently

GERMANY: Protests against coronavirus restrictions also broke across Europe. In Kassel, a man holds a giant puppet depicting a devil with a vaccine

GERMANY: Protests against coronavirus restrictions also broke across Europe. In Kassel, a man holds a giant puppet depicting a devil with a vaccine

London Metropolitan Police said: 'As of 3.45pm, 13 people have been arrested by officers policing the protests in central London. Most of the arrests have been for breaching Covid regulations.

'Our officers are continuing to engage with people attending the ongoing protests in Central London. Those gathering in crowds are being encouraged to disperse and go home.

'Officers will take enforcement action where necessary. This could be a fixed penalty notice, or arrest.'

Police officers pulled protesters down to the ground and cuffed them while other demonstrators shouted 'shame on you'. Un homme – vêtu d'une combinaison de protection contre les matières dangereuses et d'un masque à gaz – a été retiré de la démonstration par la police.

Des milliers de personnes ont défilé dans le populaire Hyde Park, déclenchant des fusées éclairantes et agitant des panneaux indiquant: «  Craignez Westminster, pas le virus. ''

Another woman at the protest held up a placard which said: 'Yes sex is great, but have you ever been f***ed by the Government?'

Un témoin a déclaré: «  Des fusées éclairantes sont déclenchées sur Oxford Street devant la police, environ 4000 manifestants s'unissent pour la marche pour la liberté qui défilent à travers Londres. ''

Ils ont continué à traverser le centre de Londres, la police suivant de près le rassemblement illégal. L'un des groupes présents dans le parc aujourd'hui, Jam For Freedom, a déclaré sur ses abonnés Twitter qu'ils devraient se réunir à 12 h 45.

Le groupe a déclaré qu'il y aurait un flash-mob organisé, a dit aux gens de «  chercher les torches de fumée '' et a déclaré qu'il y aurait une «  marche de veille '' à 13 heures.

It told its members: 'You may want to link arms as we march, especially if police are close or trying to take someone.' Il a ajouté: «  Restez serré, restez conscient, restez calme et poli. ''

On s'attendait également à ce qu'il y ait des manifestations contre les projets visant à donner à la police en Angleterre et au Pays de Galles plus de pouvoir pour imposer des conditions aux manifestations non violentes, y compris celles jugées trop bruyantes ou nuisibles.

Les personnes condamnées en vertu du projet de loi figurant dans le projet de loi sur la police, la criminalité, la détermination de la peine et les tribunaux pourraient faire face à une amende ou à une prison.

People opposed to the legislation were urged on social media to take to the streets over the weekend, using the hashtag #KillTheBill.

Le Met a déclaré vendredi qu'il était au courant de plusieurs manifestations prévues pour samedi en violation des règles de verrouillage interdisant les rassemblements de plus de deux personnes de ménages différents.

La force a déclaré qu'une «  opération de police importante '' serait en place dans le centre de Londres tout au long de la journée.

«Ceux qui se rassemblent seront encouragés à rentrer chez eux, s'ils ne le font pas, ils devront faire face à des mesures d'exécution nécessaires et proportionnées. Il peut s'agir d'un avis de pénalité fixe ou d'une arrestation.

Protests in London continued into the night and were seen being confronted by riot police

Protests in London continued into the night and were seen being confronted by riot police

Police clash with protesters in central London this afternoon amid demonstrations across Europe

Police clash with protesters in central London this afternoon amid demonstrations across Europe

Des manifestants brandissant une banderole disant «arrêtez de détruire la vie de nos enfants» défilent dans Hyde Park cet après-midi

Des manifestants tenant une banderole disant «  Arrêtez de détruire la vie de nos enfants '' défilent dans Hyde Park cet après-midi

Une femme tenant une pancarte et un homme sont confrontés aujourd'hui à la police dans le centre de Londres alors que les manifestations ont accéléré le rythme

Une femme tenant une pancarte et un homme sont confrontés aujourd'hui à la police dans le centre de Londres alors que les manifestations ont accéléré le rythme

Une personne tient une pancarte lors d'une manifestation contre le verrouillage, au milieu de la propagation de la maladie à coronavirus à Londres

Une personne tient une pancarte lors d'une manifestation contre le verrouillage, au milieu de la propagation de la maladie à coronavirus à Londres

Des manifestants tenant des fusées éclairantes se rassemblent à Hyde Park à Londres lors d'une manifestation contre le verrouillage du coronavirus aujourd'hui

Des manifestants tenant des fusées éclairantes se rassemblent à Hyde Park à Londres lors d'une manifestation contre le verrouillage du coronavirus aujourd'hui

Des policiers traînent un manifestant au sol avant de le menotter à Hyde Park lors d'une manifestation contre le verrouillage du coronavirus aujourd'hui

Des policiers traînent un manifestant au sol avant de le menotter à Hyde Park lors d'une manifestation contre le verrouillage du coronavirus aujourd'hui

Des manifestants tenant une banderole disant `` arrêtez de détruire la vie de nos enfants '' et ne portant pas de masque facial défilent dans les rues de Londres cet après-midi

Des manifestants tenant une banderole disant «  Arrêtez de détruire la vie de nos enfants '' et ne portant pas de masque facial défilent dans les rues de Londres cet après-midi

Referring to the protests planned for this weekend, Deputy Assistant Commissioner Laurence Taylor, said: 'The Met is committed to working with groups who wish to assemble to protest or for other purposes'

Faisant référence aux manifestations prévues pour ce week-end, la sous-commissaire adjointe Laurence Taylor, a déclaré: «  Le Met s'est engagé à travailler avec des groupes qui souhaitent se rassembler pour protester ou à d'autres fins ''

Un homme est allongé par terre alors qu'il est menotté par des officiers lors des manifestations qui ont vu des centaines de personnes affluer vers le centre de Londres aujourd'hui

Un homme est allongé par terre alors qu'il est menotté par des officiers lors des manifestations qui ont vu des centaines de personnes affluer vers le centre de Londres aujourd'hui

Des milliers de personnes passent devant des bus dans le centre de Londres et brandissent des pancartes sur leur chemin à travers la capitale pendant les manifestations d'aujourd'hui

Des milliers de personnes passent devant des bus dans le centre de Londres et brandissent des pancartes sur leur chemin à travers la capitale pendant les manifestations d'aujourd'hui

La police fait la queue pendant la manifestation anti-lockdown à Londres. Des manifestations dans le cadre des restrictions anti-vaccin anti-coronavirus  'Des rassemblements mondiaux pour la liberté et la démocratie ' ont lieu aujourd'hui dans le monde entier

La police fait la queue pendant la manifestation anti-lockdown à Londres. Des manifestations dans le cadre des restrictions anti-vaccin anti-coronavirus Des rassemblements du «  Rassemblement mondial pour la liberté et la démocratie '' ont lieu aujourd'hui dans le monde entier

Un homme porte un masque facial contre le coronavirus sur les yeux lors de la manifestation anti-lockdown dans le centre de Londres cet après-midi

Un homme porte un masque facial contre le coronavirus sur les yeux lors de la manifestation anti-lockdown dans le centre de Londres cet après-midi

ITALY: In Turin, Italy, demonstrators attend an anti-lockdown protest holding signs that say 'freedom' and 'truth'

ITALY: In Turin, Italy, demonstrators attend an anti-lockdown protest holding signs that say 'freedom' and 'truth'

Les masses bloquent les routes alors qu'elles se promènent dans les rues du centre de Londres lors des manifestations généralisées de samedi.

Les masses bloquent les routes alors qu'elles se promènent dans les rues du centre de Londres lors des manifestations généralisées de samedi.

Un manifestant tient une pancarte indiquant: «L'empereur n'a pas de vêtements! Les verrouillages et les masques ne fonctionnent pas. 99.7% survival from Covid. Let's get back to normal'

Un manifestant tient une pancarte indiquant: «L'empereur n'a pas de vêtements! Les verrouillages et les masques ne fonctionnent pas. 99.7% survival from Covid. Revenons à la normale '

Des manifestants tenant des fusées éclairantes et filmant avec leurs téléphones entourent des policiers lors de la manifestation de verrouillage anti-coronavirus à Londres aujourd'hui

Des manifestants tenant des fusées éclairantes et filmant avec leurs téléphones entourent des policiers lors de la manifestation de verrouillage anti-coronavirus à Londres aujourd'hui

Certains portaient de grands drapeaux de l'Union alors qu'ils descendaient dans les rues et bloquaient les routes lors de la manifestation sans masque de samedi.

Certains portaient de grands drapeaux de l'Union alors qu'ils descendaient dans les rues et bloquaient les routes lors de la manifestation sans masque de samedi.

Deux femmes brandissent leurs pancartes alors qu'elles traversent le centre-ville lors des manifestations illégales de samedi après-midi

Deux femmes brandissent leurs pancartes alors qu'elles traversent le centre-ville lors des manifestations illégales de samedi après-midi

Des manifestants défilent à travers St James's Park jusqu'au palais de Buckingham lors de la manifestation de verrouillage anti-coronavirus à Londres aujourd'hui

Des manifestants défilent à travers St James's Park jusqu'au palais de Buckingham lors de la manifestation de verrouillage anti-coronavirus à Londres aujourd'hui

A protester sits in the middle of the road blocking traffic amid the demonstrations in London

A protester sits in the middle of the road blocking traffic amid the demonstrations in London

Des policiers se tiennent aux côtés des manifestants lors d'une manifestation contre le «World Wide Rally for Freedom» samedi après-midi à Londres

Police officers stand by protesters marching during a 'World Wide Rally For Freedom' protest on Saturday afternoon in London

Referring to the protests planned for this weekend, Deputy Assistant Commissioner Laurence Taylor, said: 'The Met is committed to working with groups who wish to assemble to protest or for other purposes.

'Mais ce ne sont pas des temps normaux.' Il a ajouté: «  Les personnes qui se rassemblent dans le cadre de la manifestation risquent la santé des Londoniens.

C'est pourquoi nous avons mis en place un plan de maintien de l'ordre pour disperser les foules et, si nécessaire, prendre des mesures d'application proportionnées.

«  Ce ne sera pas seulement les organisateurs des manifestations, mais aussi les participants – à présent, tout le monde sait son rôle à jouer pour arrêter la propagation du virus et des milliers de personnes ont beaucoup sacrifié au cours des 12 derniers mois pour le faire. ''

The protest in London today occurred at the same time as hundreds of protesters took to the streets of Manchester and marched to the Police Headquarters after branding the lockdown a 'crime against humanity'.

Anti-lockdown protests were scheduled today around the country as the UK approaches the anniversary of the first lockdown due to Covid.

Protesters marched three miles from the National Football Museum to the Greater Manchester Police Headquarters in Newton Heath.

They carried with them police reports outlining the 'crimes the government are committing' and expect the force to process each report individually.

Around 500 protesters who rallied together could heard chanting 'freedom' and 'take off your masks'.

One of the protesters, Luke Scott, said he lost his source of income this year due to the lockdown and lambasted the government's decision-making which had 'no basis in science'.

Mr Scott, who runs an events company, said that the lockdown was a 'crime against humanity' which has caused people to suffer financially, physically and emotionally.

Protesters also took to the streets of Manchester and marched to the Police Headquarters after branding the lockdown a 'crime against humanity' today

Protesters also took to the streets of Manchester and marched to the Police Headquarters after branding the lockdown a 'crime against humanity' today

Hundreds of anti-lockdown protesters march through Manchester City Centre to Greater Manchester Police HQ to hand in crime reports

Hundreds of anti-lockdown protesters march through Manchester City Centre to Greater Manchester Police HQ to hand in crime reports

A demonstrator in Manchester wearing a wig, ski mask and face covering holds a sign reading: 'Mask wearing zombies wake up or comply and die'

A demonstrator in Manchester wearing a wig, ski mask and face covering holds a sign reading: 'Mask wearing zombies wake up or comply and die'

Protesters swarm around Greater Manchester Police HQ this afternoon.u00A0They carried with them police reports outlining the 'crimes the government are committing' and expect the force to process each report individually

Protesters swarm around Greater Manchester Police HQ this afternoon. They carried with them police reports outlining the 'crimes the government are committing' and expect the force to process each report individually

BELGRADE: People take part in a protest against coronavirus restrictions in the Serbian capital of Belgrade

BELGRADE: People take part in a protest against coronavirus restrictions in the Serbian capital of Belgrade

The 33-year-old said: 'Today we are urging the government to change their regulations around the lockdown.

'We are handing in crime reports at the headquarters to report the crimes the government are committing.

'We are marching against the dangerous language they are using which are causing mental health issues, physical issues, closing businesses.

'No scientific evidence, we don't know if this virus is the threat they say it is.

'My business was destroyed by the lockdown. I lost my income, I have an eight month old child, I have a wife. I've made no money this year.

'These are crimes against humanity.'

And anti-lockdown protesters also took to the streets of Newcastle today, prompting a huge police response in the city centre.

Close to a hundred officers lined a guard surrounding Grey's Monument to prevent any groups from gathering during ongoing Covid-19 restrictions.

The response comes after Northumbria Police issued a statement earlier urging people not to meet in groups over the weekend.

A spokesperson said: 'We have become aware that a range of groups plan to gather to protest in the centre of Newcastle this weekend.

'We are taking this opportunity to remind people that protests are not exempt from the current Covid legislation. Such public gatherings remain unlawful due to the risk they pose to public safety.

'We recognise the right to protest is extremely important but this right has always had to be balanced against the rights of the wider community.

'We would therefore urge people to take heed of the regulations and Public Health advice. Anyone thinking of visiting the city centre to take part in protest activity should reconsider.

'The safety of everyone, including those participating in protests, other members of the public and our officers will always be our upmost priority.

'People can expect to see an increased presence from officers and we will deliver a proportionate policing response to any activity taking place.'

Le Met a été critiqué cette semaine pour son maintien de l'ordre sévère lors d'une veillée à Clapham Common samedi à la mémoire de Mme Everard, la commissaire Cressida Dick faisant face à des appels à démissionner.

L'événement avait été planifié par le groupe de protestation Reclaim These Streets, mais il est passé à un événement en ligne après avoir été averti qu'il enfreindrait les règles de Covid-19.

Mais les foules se sont encore rassemblées pour exprimer leur colère et leur chagrin à la mort de l'homme de 33 ans. Bien que largement pacifique, il a été marqué par des échauffourées avec la police et des images de certaines femmes entassées au sol et menottées.

Ailleurs aujourd'hui, la police de Norfolk a averti que les gens qui se rassemblaient pour une veillée de Sarah Everard dans une petite ville ce soir risquaient d'enfreindre les lois Covid sur les rassemblements.

Les organisateurs de la veillée – prévue pour le marché de King's Lynn – affirment que la police locale a été «  consultée et en est informée ''.

A Norfolk police spokesman said 'We understand the strength of feeling and people's desire to come together to mourn the death of Sarah Everard and make a statement on the issues of women's safety.

'However, large gatherings are not currently permitted under the COVID-19 regulations to prevent the spread of the virus.

'Many people have made sacrifices during lockdown and we must take a consistent approach to policing the regulations and cannot wave the regulations for any one type of gathering.

'We will continue to follow the four Es…to engage, explain and encourage, using enforcement where there are breaches of the law.' The vigil is planned at 6pm tonight.

Des milliers de manifestants se sont réunis dans le parc pour écouter les orateurs avant de défiler dans le centre de Londres cet après-midi

Des milliers de manifestants se sont réunis dans le parc pour écouter les orateurs avant de défiler dans le centre de Londres cet après-midi

Des manifestants défilent lors d'une manifestation contre le verrouillage du coronavirus à Hyde Park, à Londres, aujourd'hui. La police métropolitaine de Londres a déclaré qu'elle arrêterait les manifestants lors de l'événement illégal

Des manifestants défilent lors d'une manifestation contre le verrouillage du coronavirus à Hyde Park, à Londres, aujourd'hui. La police métropolitaine de Londres a déclaré qu'elle arrêterait les manifestants lors de l'événement illégal

Police wearing face masks arrest and hold down a protester in near Oxford Street in central London today

Police wearing face masks arrest and hold down a protester in near Oxford Street in central London today

La conseillère Jo Rust, co-organisatrice, a déclaré: «  Il y a une grande force et une profondeur de sentiments et il est important que les femmes de King's Lynn et de West Norfolk soient en mesure de rendre hommage pacifiquement et de se souvenir de la vie de femmes qui ont été … rien de plus que de rentrer à la maison.

'We will make sure the event is Covid safe and will only allow four people at a time to come and pay their respects. Supporters have been advised to wear masks and observe social distancing guidelines.'

Sarah, 33 ans, a disparu le 3 mars alors qu'elle rentrait chez elle à pied de la maison d'un ami à Londres. Ses restes ont été retrouvés dans les bois du Kent le 10 mars et l'agent de police Wayne Couzens a été accusé de l'avoir kidnappée et tuée.

Un autre organisateur de la veillée King's Lynn, connue uniquement sous le nom de Rosie, a déclaré que c'était pour souligner les préoccupations concernant la sécurité des femmes.

Elle a déclaré: «  Nous sommes tous conscients de la sécurité pendant la pandémie et agirons dans le plus grand respect des directives de Covid, mais la (mort) de Sarah l'a ramené à la maison à beaucoup d'entre nous, que quoi que nous fassions, nous ne le ferons pas. en sécurité.'

Une autre femme, appelée Cissy, a déclaré: «  Les femmes devraient pouvoir rentrer chez elles sans crainte d'être attaquées, mais pour la plupart des femmes, ce n'est pas le cas.

«Cette veillée a pour but de nous donner à tous l'occasion de rendre hommage à une jeune femme qui a été (tuée) alors qu'elle rentrait chez elle.

Une femme appelée Jo a ajouté: «  Il y a une grande force et une profondeur de sentiments et il est important que les femmes de King's Lynn et de West Norfolk soient capables de rendre hommage pacifiquement et de se souvenir de la vie de femmes qui ont été (tuées) sans rien faire. plus que rentrer à la maison.

Ils ont déclaré que les partisans étaient invités à se présenter en portant des masques et à observer la distance sociale.

Plus de 60 députés ont rejoint les groupes de campagne Big Brother Watch et Liberty en écrivant hier au ministre de l'Intérieur pour dire que c'est un droit humain de manifester.

Les conservateurs Steve Baker et Sir Christopher Chope ainsi que le chef libéral démocrate Sir Ed Davey et les députés travaillistes Diane Abbott et Dawn Butler ont signé la lettre.

They are calling on Ms Patel to tell police to 'facilitate' protests and avoid forcing them to 'decipher precisely what is required'.

Plus de 60 députés ont rejoint les groupes de campagne Big Brother Watch et Liberty par écrit au ministre de l'Intérieur (photo de lundi) pour dire que c'est un droit humain de manifester.

Plus de 60 députés ont rejoint les groupes de campagne Big Brother Watch et Liberty par écrit au ministre de l'Intérieur (photo de lundi) pour dire que c'est un droit humain de manifester.

La police arrête une femme alors que les gens se rassemblent sur un site commémoratif à Clapham Common Bandstand, à la suite de l'enlèvement et du meurtre de Sarah Everard, à Londres, le 13 mars

La police arrête une femme alors que les gens se rassemblent sur un site commémoratif à Clapham Common Bandstand, à la suite de l'enlèvement et du meurtre de Sarah Everard, à Londres, le 13 mars

Which MPs and Peers signed Liberty and Big Brother Watch's letter to Home Secretary Priti Patel?

  1. Diane Abbott Députée
  2. Steve Baker député
  3. Paula Barker Députée
  4. Apsana Begum MP
  5. Seigneur Beith
  6. La baronne Natalie Bennett
  7. Baroness Bonham-Carter of Yarnbury
  8. Lord Bradshaw
  9. Baroness Brinton
  10. Richard Burgon MP
  11. Dawn Butler MP
  12. Dan Carden député
  13. Député Alistair Carmichael
  14. Baronne Shami Chakrabarti
  15. Sir Christopher Chope, député
  16. Wendy Chamberlain MP
  17. Daisy Cooper MP
  18. Sir Edward Davey MP
  19. Geraint Davies député
  20. Tim Farron député
  21. Baronne Featherstone
  22. Richard Fuller député
  23. Seigneur Greaves
  24. Chris Green député
  25. Baronne Hamwee
  26. Baronne Harris de Richmond
  27. Wera Hobhouse MP
  28. Rachel Hopkins MP
  29. Christine Jardine Députée
  30. Baroness Jenny Jones
  31. Baronne Jolly Mary
  32. Kelly Foy MP
  33. Ian Lavery député
  34. Clive Lewis député
  35. Tony Lloyd député
  36. Caroline Lucas Députée
  37. Baronne Ludford
  38. Lord McNally
  39. Baroness Miller of Chilthorne Domer
  40. Andrew Mitchell député
  41. Layla Moran MP
  42. Lord Oates
  43. Sarah Olney MP
  44. Kate Osborne, députée
  45. Bell Ribeiro-Addy MP
  46. Lloyd Russell-Moyle député
  47. Virendra Sharma député
  48. Baronne Sheehan
  49. Jamie Stone député
  50. Lord Strasburger
  51. Zarah Sultana MP
  52. Sir Desmond Swayne
  53. Lord Taylor de Goss Moor
  54. Baronne Thornhill
  55. Lord Tyler Sir Charles Walker MP
  56. Lord Wallace de Saltaire
  57. Baroness Walmsley
  58. Claudia Webbe Députée
  59. Mick Whitley député
  60. Munira Wilson MP
  61. Nadia Whittome Députée

La lettre disait: «L'absence d'orientations claires sur ces questions a créé une situation totalement insatisfaisante, qui persiste à des degrés divers depuis près d'un an maintenant.

«  La police n'a aucune certitude juridique quant à ses devoirs et ses pouvoirs, les manifestants n'ont aucune certitude juridique quant à leurs droits et il y a une application incohérente du règlement dans tout le pays. Cela ne peut pas continuer.

Mais le ministère de l'Intérieur a doublé sa position selon laquelle il est toujours illégal de quitter son domicile sans exemption jusqu'au 29 mars.

Un porte-parole a déclaré: «  Alors que nous sommes toujours dans une pandémie, nous continuons d'exhorter les gens à éviter les rassemblements de masse, conformément aux restrictions plus larges des coronavirus. ''

Il y a eu des manifestations constantes contre le verrouillage tout au long de la pandémie, souvent suivies par le théoricien du complot Piers Corbyn.

Mais au cours de la semaine dernière, des manifestations ont été déclenchées après le traitement par la police d'une veillée à Sarah Everard. Un policier fait face à une accusation de meurtre et d'enlèvement.

Les organisateurs ont annulé le service à Clapham Common, à Londres, le week-end dernier, mais des centaines de personnes étaient toujours présentes et se sont affrontées avec des officiers.

La veille, ils n'avaient pas réussi à persuader la Haute Cour d'annuler le Met en permettant la tenue de l'événement.

Le juge a statué qu'il n'interviendrait pas, mais a laissé entendre que les droits de l'homme d'expression et de rassemblement pouvaient être considérés comme des excuses acceptables.

Dimanche et lundi, des gens sont descendus dans les rues de Westminister et se sont rassemblés devant Downing Street et sur la place du Parlement pour protester.

Le directeur de Big Brother Watch Silkie Carlo a déclaré: «  Les scènes déchirantes de policiers utilisant la force contre des femmes à Clapham Common récemment étaient évitables et erronées.

«Au cours de la semaine dernière, de nombreux autres manifestants et même des observateurs légaux ont été arrêtés ou condamnés à une amende.

"Cette tache sur notre démocratie est une conséquence directe du manque de respect de ce gouvernement pour la plus élémentaire des libertés démocratiques britanniques."

Sam Grant de Liberty a ajouté: «  La semaine dernière, la police a admis que la manifestation n'était pas interdite en vertu des règles de verrouillage, mais les a utilisées pour menacer puis arrêter les manifestants de toute façon.

«  Le ministre de l'Intérieur doit immédiatement donner des directives à toutes les forces de police pour s'assurer que les manifestations socialement éloignées puissent se poursuivre et créer une exemption explicite pour les protestations dans la réglementation actuelle. ''

Mme Patel a demandé à l'Inspection de la gendarmerie de Sa Majesté de «mener un examen des leçons apprises sur la police de l'événement» à Clapham Common.

D'autres manifestations sont attendues ce week-end, mais le Met a déclaré qu'une «  opération de maintien de l'ordre significative '' serait en cours pour «  s'engager '' avec les bafoueurs de verrouillage.

Il a ajouté: «  Ceux qui se rassemblent seront encouragés à rentrer chez eux. S'ils ne le font pas, ils font face à des mesures d'exécution nécessaires et proportionnées. This could be a fixed penalty notice or arrest.'

Un certain nombre de manifestations devraient avoir lieu dans la capitale, y compris un rassemblement au Speakers 'Corner à Hyde Park pour soutenir la candidature de Piers Corbyn à la mairie.

Le frère de l'ancien dirigeant travailliste est à l'avant-garde du mouvement anti-lock-out depuis que des restrictions ont été imposées il y a un an.

On s'attend également à ce qu'il y ait des manifestations contre les projets visant à donner à la police en Angleterre et au Pays de Galles plus de pouvoir pour imposer des conditions aux manifestations non violentes, y compris celles jugées trop bruyantes ou nuisibles.

Le mandat de Dame Cressida Dick en tant que chef de la police métropolitaine serait «  peu susceptible '' d'être renouvelé à la suite de la colère suscitée par la gestion par ses officiers de Sarah Everardla veille.

Ms Patel ne devrait pas prolonger son contrat à Scotland Yard lorsqu'il expirera en avril de l'année prochaine, ont déclaré des sources gouvernementales au Times hier soir.

L'officier le plus haut gradé de Grande-Bretagne a été critiqué après une condamnation généralisée de la façon dont le mémorial de Clapham Common a été surveillé le week-end dernier.

Les agents ont arrêté et épinglé des femmes assistant à l'événement en l'honneur de Mme Everard, responsable du marketing, âgée de 33 ans.

. (tagsToTranslate) dailymail (t) actualités (t) Coronavirus (t) AstraZeneca

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.