L'intimidation des chrétiens par le Canada en fait une tyrannie

L'intimidation des chrétiens par le Canada en fait une tyrannie

Les églises au Canada ont été soumises à des mesures policières agressives des restrictions de Covid-19, malgré le fait que la Charte des droits et libertés protège les droits de religion et de réunion. Pourquoi les chrétiens sont-ils ciblés?

Cela fait plus d’un an que la crise du Covid-19 a commencé. Pendant ce temps, des vaccins ont été développés et sont distribués dans le monde entier, dans l'espoir que tout le monde puisse reprendre une vie normale.

Cependant, un groupe de personnes qui a rencontré problème après problème avec les restrictions mises en place par les gouvernements pendant la pandémie est celui des chrétiens. Et, dans le pays glacial du Canada, les tensions commencent à monter en raison du ciblage apparent des chrétiens qui veulent simplement retourner à l'église.

En Alberta, une église appelée Gracelife a été physiquement clôturé par le gouvernement jusqu'à ce que ses dirigeants acceptent de se conformer aux règles du gouvernement concernant les rassemblements de masse. Dans la même province, un pasteur à Calgary, Artur Pawlowski a expulsé les responsables de la santé et la police de son église, comparant leurs tactiques à celles de la Gestapo, après leur arrivée pour enquêter sur de supposées violations de la santé publique.

Étant donné que le pasteur est polonais, il n’est probablement que trop conscient de la manière dont la Gestapo a traité son peuple pendant la Seconde Guerre mondiale. De même, l'église de Gracelife clôturée sonne des cloches familières et alarmantes.

Pendant ce temps, à Aylmer, en Ontario, le chef de la police a déclaré qu’un grand service religieux à l’église de Dieu de la ville, au mépris des règlements de Covid-19, serait enquêté. Il y avait plus de 100 personnes présentes, soit 10 fois ce que permet le décret provincial actuel. Le député Randy Hillier et le député Derek Sloan ont pris la parole à l'église, et une infirmière de Londres voisine, qui a été congédiée après s'être prononcée contre les mesures de verrouillage, était également présente. La police d’Aylmer a déjà arrêté deux chrétiens.

La Charte canadienne des droits et libertés stipule que chacun a les libertés fondamentales de conscience, de religion, de réunion pacifique et de liberté d'association.

À en juger par la langue du document, on pourrait penser que les gens devraient pouvoir se rassembler sans que le gouvernement ne les empêche de le faire comme ils l'ont fait. Bien qu'il soit possible que quelqu'un puisse attraper Covid-19, il est censé avoir le droit de prendre ce risque si cela signifie assister à des services de culte et faire partie d'une communauté chrétienne. Mais les responsables locaux de la santé ont d'autres idées.

Il est juste de se demander pourquoi. La population canadienne fait face à des restrictions et à des fermetures d'arrêt / redémarrage depuis aussi longtemps que les États-Unis, mais maintenant que le déploiement du vaccin est bien engagé, les gens sont prêts à reprendre une vie normale.

Que ces fonctionnaires du gouvernement le veuillent ou non, une partie de la vie de nombreuses personnes est leur croyance en Dieu et leur désir d'adorer leur divinité. De plus, le Canada est censé reconnaître le droit des citoyens de pratiquer leur religion. Maintenant, peut-être que certaines personnes ne sont tout simplement pas capables de mettre deux et deux ensemble, mais la communauté et la fraternité ont toujours fait partie non seulement du christianisme, mais de toutes les religions abrahamiques.

Quand je vois un inspecteur de la santé se présenter avec plusieurs policiers armés dans un lieu de culte pour demander l'arrêt d'un service, j'ai du mal à m'opposer aux comparaisons avec la Gestapo. Il en va de même pour saisir une église et dire à sa congrégation qu'elle doit se conformer au gouvernement ou qu'elle ne peut pas adorer Dieu dans sa propre église.

Chaque fois qu'un gouvernement se voit au-dessus de la divinité ou comme une substitution à la divinité, il devient une tyrannie. Ces citoyens canadiens ont le droit de croire en Dieu et d'adorer à leur guise. Ils ont la liberté de se réunir et ils ont la liberté d'association.

On nous a donné du temps pour «aplatir la courbe», on nous a donné des règlements à suivre avec la promesse que les choses s’amélioreraient, et tous les chrétiens ont rencontré plus de verrouillages et de nouveaux refus de nous accorder nos droits.

Le Canada, en tant que nation, devra prendre une décision dès maintenant. Est-ce que cela va permettre aux chrétiens de s'agenouiller devant Dieu, ou va-t-il agir comme si c'était Dieu et voudra-t-il qu'ils s'agenouillent d'abord devant lui? Si la réponse est la dernière, je crains que les jours les plus sombres pour les chrétiens du Canada ne viennent que de commencer.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Les déclarations, opinions et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l'auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.