L'impression de monnaie affecte le secteur immobilier: "Les prix montent et les salaires ne sont pas maintenus"

libre info france

Les politiques monétaires des banques centrales conduisent à une inflation des actifs et augmentent encore les inégalités de richesse. C'est le constat de Philippe Herlin, docteur en économie du CNAM. Le marché immobilier est particulièrement touché, comme il l'explique au micro Sptunik.

"Les banques centrales font fonctionner l'imprimerie à des niveaux sans précédent, principalement pour financer les déficits budgétaires qui explosent avec la crise de Covid."

L'observation de Philippe Herlin est celle de plusieurs de ses collègues. En référence à un article de blog de l'économiste Patrick ArtusPhilippe Herlin, chercheur à Natixis Bank, chroniqueur pour Or.fr, a analysé l'impact des politiques de la banque centrale sur certaines classes d'actifs. Et c'est colossal.

En plus de cela, vous devez en savoir plus.La crise du Covid-19 il a incité les banques centrales à injecter d'énormes sommes d'argent dans l'économie. C'est particulièrement le cas avec Banque centrale européenne (BCE) qui a assuré la baisse des liquidités en mettant en place, au printemps dernier, un programme de rachat d'actifs appelé "Programme d'achat d'urgence en cas de pandémie" (PEPP). Compte tenu de l'ampleur de la crise, son montant total a déjà varié deux fois pour atteindre 1 850 millions d'euros.

Inflation des actifs

Selon l'expert, une telle situation devrait normalement entraîner une inflation. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, comme on le rappelle souvent aux keynésiens, qu'ils privilégient les dépenses publiques. En effet, il n'y a pas de dérapage des prix des biens de consommation en Europe et aux États-Unis, "Même si la façon dont les organisations calculent est biaisée", selon Philippe Herlin. Nous sommes très loin de la situation vénézuélienne.

Comment expliquer?

«Tout cet argent se trouvera dans des biens d'investissement tels que les marchés boursiers qui ont mis fin à la crise en mars dernier. Ils évoluent à des niveaux très élevés, alors que la situation économique reste mauvaise et que les perspectives de retour à la normale sont incertaines. Plusieurs pays ont récemment repris des mesures drastiques et en France certains réclament déjà un troisième lock-out. "

En novembre, la Bourse de Paris a progressé de 20,12% et enregistrez vos meilleures performances en termes absolus, avec plus de 924 points gagnés par rapport au mois précédent. La veille de Noël à 14h59 UTC +1, le CAC40 évolue à plus de 5520 points. On est loin du mois de mars où l'indice de Paris est passé sous les 4 000 points.

Un autre actif est affecté par les politiques monétaires et la situation du marché touche un plus grand nombre de personnes que les actions. C'est de l'immobilier. "Nous ne voyons pas une baisse des prix des logements alors que les revenus des ménages chutent et que le chômage monte en flèche.", dit Philippe Herlin.

La Banque de France s'attend à ce que le taux de chômage culmine aux alentours de 11% au premier trimestre 2021, avant de retomber à 9% à la fin de 2022. Selon l'INSEE, il devrait atteindre 9,7% en 2020. L'Observatoire français des situations économiques (OFCE), quant à lui, attend 10,6% à la fin de 2021. une étude récente, UFC-Que Chooser a rappelé que "900 000 consommateurs sont sur le point de perdre leur emploi".

«La politique de la banque centrale provoque un phénomène d'inflation des actifs. Comme ces derniers ne font pas partie des indices de prix des organisations statiques, on peut dire qu'il n'y a pas d'inflation », précise Philippe Herlin.

Un autre phénomène dérivé de l'action massive des tirelires de la banque centrale inquiète l'expert. Et vous n'êtes pas seul. Selon lui, il y a de plus en plus de questions sur la valeur réelle de l'argent.

"Les investisseurs qui peuvent se le permettre abandonnent l'argent pour acquérir des actifs de valeur intrinsèque qui peuvent résister à une vague d'inflation", dit-il.

Selon lui, l'immobilier dans une métropole sera toujours en demande, même lorsque l'activité ralentit. "Nous sommes assez confiants que cet actif conservera sa valeur à long terme.", jugez avant d'ajouter: "C'est un peu la même chose avec les œuvres d'art. Tout le contraire d'un investissement d'assurance-vie qui, sans parler de la faillite, peut être criblé d'inflation."

Ce type d'investissement continue de souffrir de la crise. En novembre, plus d'argent a été retiré de l'assurance-vie que pour le neuvième mois consécutif. "Ce faisant, la collecte nette cumulée sur 11 mois s'est révélée négative et s'est élevée à -7,3 milliards d'euros, contre une collecte nette positive de 23,3 milliards d'euros au cours de la même période de 2019.", notez BFM Patrimoine.

L'or et le Bitcoin en faveur?

Pour Philippe Herlin, trop d'argent alloué aux investissements immobiliers ou aux actions crée des inégalités entre ceux qui possèdent déjà leurs actifs et qui font partie des ménages les plus riches, et ceux qui doivent les acquérir comme les jeunes qui entrent sur le marché du travail:

«C'est de plus en plus difficile pour eux car les prix montent et les salaires ne sont pas maintenus».

«Cette situation augmente les inégalités de richesse et c'est important. En plus d'être injuste, ce n'est pas nécessairement durable à long terme ", il continue.

Philippe Herlin conseille aux investisseurs de parier sur l'or ou Bitcoin, actifs moins sujets au risque de bulle et donc de krach. "L'or et le Bitcoin connaissent également une flambée des prix", dit l'expert. Après avoir atteint un sommet de plus de 2 000 $ l'once en août dernier, le prix du métal jaune a repris son souffle. Il se négocie actuellement autour de 1 900 $ et se maintient sur une dynamique haussière à long terme.

Quant au Bitcoin, plusieurs institutions commencent à investir dans la crypto-monnaie la plus connue, comme le note Philippe Herlin, auteur de J'achète des bitcoins (éd. Eyrolles). En 2021, sa valeur a augmenté de 229% pour dépasser 23 000 $ à la fin de l'année. Une période record.

. (tagsToTranslate) covid 19 (t) covid france (t) coronavirus france (t) crise covid (t) covid immobilier (t) acheter bitcoin (t) acheter de l'or (t) acheter appartement (t) accident immobilier (t) covid bitcoin (t) chômage covid (t) chômage coronavirus (t) aide covid (t) banque centrale (t) imprimerie (t) économie covid

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *