Les tweets de Trump certifiant les votes seront un «  crime sévèrement punissable '' (ce n'est pas le cas)

donald trump téléphone tweet

Alex Wong / Getty Images

Le Collège électoral devrait voter lundi, lors de réunions État par État à travers le pays, et le président Donald Trump en est très mécontent, tweetant de nouvelles attaques contre l'élection qu'il a perdue face au président élu Joe Biden, mais cette fois avec une nouvelle tournure: déclarer que la certification des votes sera «commettre un crime sévèrement punissable». C’est l’une des multiples fausses déclarations, déclarations inexactes et mensonges tout simplement qu'il tient dans un fil de trois tweets.

Sans surprise, Twitter a rapidement étiqueté tous ces tweets avec "Cette affirmation concernant la fraude électorale est contestée."

Trump a commencé ses tweets en affirmant que «tous» les États swing avaient trouvé une «FRAUDE ÉLECTORALE massive». Ils n'ont pas; la campagne Trump et ses divers alliés ont maintenant perdu plus de cinquante poursuites, se faisant expulser des tribunaux de plusieurs États et même critiqués par la Cour suprême. Beaucoup de ces coups judiciaires sont venus au marteau des juges nommés par les républicains, même certains que Trump lui-même a nommés.

En fait, comme Revue nationale Andrew McCarthy c'est noté, lorsque la campagne Trump a eu la chance de présenter des preuves de cette soi-disant fraude, ils n'avaient rien à montrer, acceptant plutôt une stipulation des faits avec l'État du Wisconsin. Et c’était loin d’être la première fois qu’ils ont esquivé l’occasion de présenter des preuves concrètes.

Trump a poursuivi, affirmant qu'en raison de cette fraude (qui, encore une fois, n'a pas été prouvée), ces États alternatifs «NE PEUVENT PAS LÉGALEMENT CERTIFIER ces votes comme complets et corrects sans commettre un crime sévèrement punissable.

Les électeurs sont régis par une loi fédérale qui les oblige à se réunir le «lundi après le deuxième mercredi de décembre des années de l'élection présidentielle», c'est-à-dire ce lundi 14 décembre, puis la loi de l'État fixe le lieu exact de la réunion. Beaucoup se réuniront dans les bâtiments du Capitole utilisés par leurs législatures nationales.

Ils peuvent légalement certifier les votes de leurs États, et ils le feront demain, avec 306 candidats pour Biden et 232 pour Trump (ce qu'il a déclaré être une victoire écrasante quand il a battu Hillary Clinton avec le même score au collège électoral en 2016).

Il va sans dire que ces réunions ne seront pas des «crimes sévèrement punissables», ni même des crimes légèrement réprimandés. Ce ne sont pas du tout des crimes. (En contraste avec une partie de la rhétorique récente de certains partisans de Trump cherchant à annuler les résultats, ce qui pourrait être.)

La tirade présidentielle sur Twitter s'est poursuivie, avec une déclaration selon laquelle «tout le monde sait» qu'une longue liste de mauvaises choses s'est produite, y compris le vote de personnes décédées, d'immigrants illégaux, de prisonniers et d'autres électeurs non éligibles.

Encore une fois, tout le monde fait ne pas Sachez cela, la campagne Trump n'a pas été en mesure d'en fournir la preuve dans la mesure où cela pourrait potentiellement changer le résultat dans n'importe quel État, et encore moins dans les multiples États nécessaires pour inverser la victoire de Biden au collège électoral.

«Dans tous les cas de Swing State, il y a beaucoup plus de votes qu'il n'en faut pour gagner l'État et les élections elles-mêmes», a déclaré Trump, ce qui signifie vraisemblablement qu'il a disputé suffisamment de votes pour compenser sa marge de perte. Sauf qu'il n'a pas réussi à faire ça… encore et encore et encore.

"Par conséquent, LES VOTES NE PEUVENT ÊTRE CERTIFIÉS", a conclu la colère de Trump sur Twitter. «CETTE ÉLECTION EST SOUS PROTESTATION!»

Malheureusement pour Trump, les plaintes tweetées n'ont absolument aucun effet juridique.

Le Collège électoral votera le lundi 14 décembre à partir de 10 h HE. Une session conjointe du Congrès comptabilisera officiellement les votes du collège électoral le 6 janvier 2021. Et le président élu Joe Biden sera assermenté en tant que 46e président des États-Unis le 20 janvier 2021.

Vous avez un conseil que nous devrions savoir? (email protégé)

. (tagsToTranslate) atout

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *