Les prix du pétrole grimpent après que l'OPEP+ n'a pas réussi à conclure un accord pour stimuler la production mondiale de brut

Les prix du pétrole grimpent après que l'OPEP+ n'a pas réussi à conclure un accord pour stimuler la production mondiale de brut

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les producteurs alliés n'ont pas encore réussi à s'entendre sur les termes d'un accord sur la production de pétrole lundi, ce qui a poussé les prix du brut à atteindre un sommet en trois ans.

Le brut Brent a bondi de 94 cents, ou 1,3%, à 77,12 $ le baril à l'heure de fermeture du marché à Londres – le plus haut depuis 2018. L'indice de référence du pétrole américain WTI a bondi de 1,50 $, ou 2%, à 76,65 $ le baril.

L'OPEP+ a annulé les pourparlers sur les niveaux de production sans nouvelle date pour reprendre les discussions, laissant le marché pétrolier en danger. Critiques spéculer que l'avenir de l'organisation elle-même est incertain, avec deux de ses membres clés en désaccord après quelque 60 ans de contrôle des prix du pétrole dans le monde.

Le cœur du problème est une proposition de prolongation de huit mois des restrictions de production, qui a été repoussée par les Émirats arabes unis. Les Émirats arabes unis, l'un des plus grands producteurs de pétrole de l'OPEP, veulent augmenter leur production, ce qui est fortement opposé par le poids lourd de l'organisation, l'Arabie saoudite, désireux de garder un contrôle strict sur la production.

L'OPEP+ devait augmenter prudemment sa production de 400 000 barils par jour jusqu'en décembre 2022, au lieu de la date limite convenue précédemment d'avril 2022. Les Émirats arabes unis, cependant, ont déclaré qu'ils n'accepteraient la proposition d'extension que si les mêmes conditions lui étaient accordées pour calculer sa production. quota que les Saoudiens. Le quota actuel des Émirats arabes unis remonte à 2018, qu'ils considèrent comme proportionnellement trop bas et donc injuste. Les Émirats arabes unis ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils accepteraient l'augmentation de la production mais pas la prolongation de l'accord, mais les Saoudiens ont insisté sur le fait que les deux termes devaient être convenus ensemble.

L'année dernière, au milieu de la crise pandémique des coronavirus, le brut a plongé en dessous de 20 $ le baril. La situation a contraint l'OPEP+ à réduire sa production d'environ 10 millions de barils par jour, soit environ 10 % de la demande mondiale d'avant la pandémie. Les niveaux de production ont maintenant été en partie rétablis, avec environ quatre millions de barils par jour remis sur le marché.

Pour plus d'histoires sur l'économie et la finance, visitez La section affaires de RT

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.