Les personnes qui refusent la vaccination Covid-19 «volontaire» pourraient faire l’objet de restrictions, prévient le gouvernement de l’Ontario

Pourquoi je crains que l’introduction des cartes de vaccination Covid-19 ne nous conduise sans heurts à être obligés de porter des «passeports d’immunité»

Personne ne sera obligé de recevoir un vaccin contre le coronavirus, mais les personnes qui refusent de se faire vacciner pourraient être privées de certaines libertés, a averti la ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott.

Le haut responsable de la santé a reconnu que l'inoculation serait volontaire, mais encouragée «Tous ceux qui sont capables de se faire vacciner», en notant qu'il pourrait y avoir des conséquences pour ceux qui renoncent à la procédure.

Il peut y avoir des restrictions en termes de voyage ou d’autres restrictions qui peuvent survenir du fait de l’absence de vaccination, mais c’est à la personne elle-même de prendre cette décision en fonction de ce qui est le plus important pour elle.

Les remarques ont été faites lundi en réponse à une question d'un journaliste sur la question de savoir si les écoles, les entreprises et d'autres institutions pouvaient demander aux gens une preuve de vaccination.

Lire la suite

Pourquoi je crains que l’introduction des cartes de vaccination Covid-19 ne nous conduise sans heurts à être obligés de porter des «passeports d’immunité»

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a répondu qu'il serait illégal de "Forcer chaque personne à prendre" le vaccin, mais les remarques complémentaires d’Elliott semblaient suggérer que le gouvernement pourrait se fier à des tactiques coercitives pour obtenir une conformité «volontaire».

Les commentaires du ministre de la Santé interviennent au milieu des craintes croissantes que les programmes de vaccination de masse mis en place par les gouvernements du monde entier puissent conduire à une forme de «passeport» sanitaire qui pourrait être utilisé pour restreindre les voyages et d’autres activités.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé lundi que, en attendant l'approbation des autorités sanitaires, le Canada pourrait commencer à recevoir des doses de Pfizer-BioNTech dès la semaine prochaine. Le Canada devrait obtenir jusqu'à 249 000 doses du médicament d'ici la fin décembre.

Mardi, le Royaume-Uni est devenu le premier pays au monde à commencer à administrer le jab Pfizer-BioNTech. Le gouvernement britannique a insisté sur le fait qu'il n'envisageait pas de délivrer un quelconque type d'identification qui pourrait être utilisé pour discriminer ceux qui n'ont pas été vaccinés.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *