Les pêcheurs français vont bloquer leurs propres ports dans la rangée du Brexit

Les demandes d'asile britanniques atteignent un niveau record

L'association de pêche française a annoncé vendredi qu'elle bloquerait quatre sites, dont le port clé de Calais et Eurotunnel, lors de la dernière manifestation contre les restrictions britanniques sur les licences de pêche post-Brexit.

Lors d'une conférence de presse jeudi, Gérard Romiti, président du Comité national des pêches maritimes, a annoncé la manifestation en « réponse à l'attitude provocatrice, méprisante et humiliante du Royaume-Uni » envers les pêcheurs français.

Le tunnel sous la Manche et le port de Calais sont deux sites clés pour le transport de marchandises entre la Grande-Bretagne et la France. Les autres zones qui devraient être touchées par la manifestation sont Saint-Malo et Ouistreham, les manifestations dans les quatre devraient se dérouler de 8h00, heure locale, à 16h00.

Lire la suite

Les demandes d'asile britanniques atteignent un niveau record

Les tensions se sont intensifiées entre Londres et Paris ces derniers mois à cause des affirmations des pêcheurs français selon lesquelles le Royaume-Uni ne distribue pas une allocation suffisante de licences dans le cadre des accords post-Brexit.

Les pêcheurs français se sont livrés à plusieurs reprises à des actes de protestation tout au long de l'année, car ils sont de plus en plus frustrés par le refus du Royaume-Uni de remédier à la situation.

En avril, des camions transportant du poisson pêché dans les eaux britanniques ont été empêchés par des pêcheurs français d'entrer dans les centres de transformation en France. Un mois plus tard, le Royaume-Uni a déployé sa marine pour protéger le port de Jersey d'une tentative de blocus des navires de pêche français.

Le Premier ministre français Jean Castex a récemment réaffirmé l'engagement de son gouvernement à amener le Royaume-Uni à respecter ce que son pays considère comme l'accord de pêche post-Brexit conclu avec l'UE. Le gouvernement britannique a nié à plusieurs reprises qu'il était fautif, rejetant les allégations selon lesquelles il est censé distribuer plus de licences aux termes de l'accord.

En réponse à l'action prévue vendredi, un porte-parole du Premier ministre britannique a critiqué le « menaces d'activités de protestation », mais renvoyé aux autorités françaises en raison des lieux concernés.

"Il appartiendra évidemment aux Français de s'assurer qu'il n'y a pas d'actions illégales et que le commerce n'est pas affecté mais nous continuons de suivre la situation de près", a-t-il ajouté. dit le communiqué.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.