Les passagers rentrent au Royaume-Uni en peu de temps alors que le Portugal figure sur la liste orange

Occupé à Heathrow: les passagers se précipitent pour rentrer chez eux au Royaume-Uni lundi soir avant que le Portugal ne soit ajouté à la liste orange

Les touristes revenant du Portugal à Birmingham ont déclaré qu'ils avaient « honte d'être britanniques » alors qu'ils abandonnaient les stations balnéaires pour battre les restrictions de quarantaine de la liste orange avec des heures à perdre.

La décision de retirer le Portugal de la liste verte du Royaume-Uni a été qualifiée d'"atroce" par les derniers passagers volant à Birmingham depuis le point chaud des vacances avant l'introduction de restrictions plus strictes mardi.

Les passagers des vols à destination de l'aéroport de Birmingham au départ de Madère ont eu la chance d'éviter l'entrée en vigueur de nouvelles règles de quarantaine de dix jours alors que le pays passe à la liste orange à partir de 4 heures du matin le mardi 8 juin.

Les projets de vacances de milliers de personnes sont en lambeaux après que les ministres du Cabinet ont brusquement relégué le Portugal du vert à l'ambre.

À partir de demain, les voyageurs britanniques en provenance du Portugal doivent avoir la preuve d'un test Covid-19 négatif effectué pas plus de trois jours avant leur vol ou faire face à une amende de 500 £.

Les vacanciers devront faire face à des frais supplémentaires pour entrer au Royaume-Uni en vertu des règles de la liste orange, y compris la preuve qu'ils ont réservé et payé deux tests Covid à effectuer les deuxième et huitième jours de quarantaine.

Occupé à Heathrow: les passagers se précipitent pour rentrer chez eux au Royaume-Uni lundi soir avant que le Portugal ne soit ajouté à la liste orange

Occupé à Heathrow: les passagers se précipitent pour rentrer chez eux au Royaume-Uni lundi soir avant que le Portugal ne soit ajouté à la liste orange

Sur la photo: Bob Wallis et Christine Daiton revenant de Madère, au Portugal, à Birmingham avant que le Portugal ne passe sur la liste Amber

Sur la photo: Bob Wallis (photographié avec sa femme Christine Daiton) a déclaré qu'il avait "honte d'être britannique" lorsqu'il revenait sur un vol de Madère, au Portugal, à destination de l'aéroport de Birmingham avant que le Portugal n'entre dans la liste Amber après une décision abrupte des ministres

Andrew et Lyn Ball, qui sont rentrés de Madère, ont déclaré que les aéroports étaient le chaos avec des passagers luttant pour remplir des papiers

Andrew et Lyn Ball, qui sont rentrés de Madère, ont déclaré que les aéroports étaient le chaos avec des passagers luttant pour remplir des papiers

Sur la photo: Jacqueline Leonard, de Stechford, a déclaré que la décision de placer le Portugal sur la liste orange était atroce

Sur la photo: Jacqueline Leonard, de Stechford, a déclaré que la décision de placer le Portugal sur la liste orange était atroce

À partir de demain, les voyageurs britanniques en provenance du Portugal doivent avoir la preuve d'un test Covid-19 négatif effectué pas plus de trois jours avant leur vol ou faire face à une amende de 500 £. Sur la photo: les passagers arrivent ce soir sur les derniers vols en provenance du Portugal à Heathrow

À partir de demain, les voyageurs britanniques en provenance du Portugal doivent avoir la preuve d'un test Covid-19 négatif effectué pas plus de trois jours avant leur vol ou faire face à une amende de 500 £. Sur la photo: les passagers arrivent ce soir sur les derniers vols en provenance du Portugal à Heathrow

À partir de demain, les passagers arrivant au Royaume-Uni depuis le Portugal doivent s'isoler à leur retour. Briser la quarantaine pourrait entraîner une amende de 10 000 £, tandis que les voyageurs britanniques qui ne passent pas les tests du jour 2 et du jour 8 pourraient être condamnés à une amende de 2 000 £

À partir de demain, les passagers arrivant au Royaume-Uni depuis le Portugal doivent s'isoler à leur retour. Briser la quarantaine pourrait entraîner une amende de 10 000 £, tandis que les voyageurs britanniques qui ne passent pas les tests du jour 2 et du jour 8 pourraient être condamnés à une amende de 2 000 £

Partir à l'étranger sera «difficile»: Matt Hancock met en garde contre les difficultés à rouvrir les voyages internationaux complets

Matt Hancock a averti hier que le redémarrage des voyages internationaux serait «difficile», renouvelant les craintes que les vacances à l'étranger soient interdites cet été.

Le secrétaire à la Santé a déclaré que l'importation de nouvelles variantes pourrait faire dérailler les plans de déverrouillage complet au niveau national le 21 juin et que la capacité de le faire doit "être protégée à tout prix".

La position dure est venue aux Communes alors que les députés ont demandé pourquoi le Portugal avait été rétrogradé en orange la semaine dernière et pourquoi davantage de pays n'avaient pas été ajoutés à la liste verte sans quarantaine.

Le député Huw Merriman, président conservateur de la commission des transports, a demandé une « étape » concrète pour savoir quand les voyages internationaux pourront être déverrouillés. Mais M. Hancock a répondu: «Ça va être difficile, ça va être difficile, en raison du risque que de nouvelles variantes et de nouvelles variantes apparaissent dans des endroits comme le Portugal, qui ont un taux de cas par ailleurs relativement faible.

"Mais le plus grand défi, et la raison pour laquelle c'est si difficile, est qu'une variante qui sape l'effort de vaccination compromettrait évidemment le retour à la liberté domestique et qui doit être protégée à tout prix."

Le Portugal a été rétrogradé du vert jeudi, les ministres citant un quasi-doublement de son taux d'infection en trois semaines et la détection là-bas de la nouvelle mutation « Népal ».

L'ancien secrétaire aux transports Chris Grayling a demandé pourquoi Malte n'avait pas été ajoutée à la liste verte malgré le fait que le Joint Biosecurity Centre ait déclaré qu'il serait sûr de le faire. Les données JBC sont utilisées par les ministres pour décider si les pays doivent être classés vert, orange ou rouge dans le cadre du système de voyage aux feux de circulation Covid.

Mais M. Hancock dirait seulement: "Il y a un certain nombre de cas équilibrés qui sont présentés aux ministres et nous examinons toujours les avantages et les inconvénients de chacun."

Malte a annoncé hier qu'elle n'avait enregistré aucun nouveau cas de Covid au cours de la dernière période de 24 heures pour la première fois depuis l'été dernier. La nation insulaire méditerranéenne a également administré à 75 % de sa population au moins une dose de vaccin.

Il n'a fait que 419 décès sur une population de plus de 440 000 et séquence une forte proportion de tests positifs pour la détection de variants, critère clé pour figurer sur la liste verte.

Cela s'est produit alors que le coût des vols en provenance du Portugal a grimpé en flèche hier alors que jusqu'à 10 000 vacanciers britanniques sont rentrés en Grande-Bretagne avant que le Portugal ne devienne orange aujourd'hui à 4 heures du matin, ce qui signifie que la quarantaine à domicile de dix jours s'applique désormais.

Au moins 64 vols, soit environ le double du nombre quotidien de ces dernières semaines, devaient atterrir au Royaume-Uni en provenance du Portugal hier. Les avions étaient en grande partie pleins, selon les voyageurs, les sièges restants étant vendus à des prix gonflés.

Un siège sur un vol Ryanair de Faro à Bournemouth était disponible pour 285 £, soit près de 17 fois le coût de 17 £ d'un vol similaire mercredi. Un siège sur un vol easyJet coûtait 227 £, contre 53 £ aujourd'hui.

Les touristes ont également signalé des difficultés à obtenir des tests de pré-retour, qu'ils sont tenus de passer 72 heures avant de rentrer au Royaume-Uni.

Ils ne pourront pas quitter l'auto-isolement tant qu'ils n'auront pas reçu un résultat négatif du deuxième test après 10 jours ou plus tôt s'ils paient pour un test privé dans le cadre du programme Test to Release.

Malgré l'heureux moment de leur retour, le jet-setter Bob Wallis a déclaré que le changement de dernière minute du gouvernement – ​​donnant aux familles un préavis de quatre jours seulement – ​​le laissait « honteux d'être britannique ».

«Nous avons eu de la chance. Les gens sont arrivés un jour après nous et ils ne peuvent pas revenir », a déclaré M. Wallis après ses deux semaines de vacances avec sa femme Christine.

«Il y avait des familles avec trois enfants, ils auraient dû être avertis beaucoup plus longtemps, quatre jours étaient ridicules.

«Je pense que la façon dont le gouvernement a traité le Portugal et les îles est chaotique et honteux.

«J'ai eu honte d'être britannique à un moment donné parce que tous ces gars dépendent du tourisme britannique et ils ont été choqués que cela se produise.

« Vous vous sentez vraiment désolé pour eux. »

Le couple de retraités, originaire de Rutland, a déclaré qu'ils "venaient de réussir" à effectuer leur voyage de quinze jours au cours des trois semaines que le Portugal figurait sur la liste verte du Royaume-Uni.

Les règles sur les coronavirus signifiaient que l'aéroport du Portugal était «chaotique», avec des difficultés à remplir les formulaires et des retards alors que d'autres passagers réservaient le vol, a déclaré M. Wallis.

«D'autres personnes s'étaient enregistrées sur notre vol, il avait près d'une heure de retard. Nous pensions avoir tout fait, mais nous avons quand même été renvoyés des bureaux d'enregistrement », a-t-il déclaré.

Et le couple a déclaré qu'il se sentait maintenant comme s'il avait besoin d'autres vacances car la pause était " ruinée " par le stress des " listes stupides ".

M. Wallis a poursuivi: "Nous avons apprécié les vacances, mais vous sentez que vous avez besoin d'autres vacances après votre retour, après avoir traversé cela. Cela le gâche tout simplement.

« Nous n'irons plus à l'étranger tant que toutes ces listes stupides existent. Habituellement, nous partons toutes les six semaines. Ce sera de retour à Cornwall, je pense.

Jacqueline Leonard, de Stechford, est revenue sur le même vol après sa pause à Madère.

Elle a convenu: « Le mettre sur un ambre, je pense, est atroce.

«Ils (le Portugal) essaient de s'établir et de remettre les choses en marche, mais ils sont obligés de s'arrêter à nouveau, tout le monde peut y aller, mais les Anglais ne peuvent pas y aller.

"C'est vraiment dommage, c'est une île charmante et il y a tellement de choses à faire là-bas, les gens vont manquer. C'est vraiment sûr, tout est de premier ordre.

'C'est vraiment injuste. Les personnes qui sont sorties au vert devraient être autorisées à revenir au vert. Tant que tous les tests sont négatifs, je ne vois pas d'où vient le problème.

«Nous avons des amis qui reviennent vendredi. Ils sont toujours là et ils vont devoir faire un test supplémentaire dont ils ne sont pas contents.

Andrew et Lyn Ball, de Nottingham, ont déclaré que l'aéroport du Portugal était "horrible".

"C'était horrible à l'aéroport, tellement de gens se débattaient avec les formulaires de localisation de passagers, la technologie est difficile à suivre", a déclaré Lyn.

Malgré les difficultés à rentrer à la maison, Mme Ball a déclaré que les vacances à l'étranger étaient sûres de Covid, le personnel de l'accueil prenant les températures et les stations de désinfection des mains « partout ».

"Nous nous sommes simplement relaxés principalement", a-t-elle déclaré.

«C'était extrêmement sûr, nous nous sentions très en sécurité. Partout il y avait du gel, quand on allait dans les restos, ils prenaient votre température.

Les Britanniques ont déclaré que les stations balnéaires du Portugal se sentaient en sécurité avec des stations de désinfection des mains partout et des contrôles de température effectués

Les Britanniques ont déclaré que les stations balnéaires du Portugal se sentaient en sécurité avec des stations de désinfection des mains partout et des contrôles de température effectués

Des familles ont décrit avoir dû débourser des centaines de livres pour s'assurer de revenir à temps. Sur la photo : Heathrow

Des familles ont décrit avoir dû débourser des centaines de livres pour s'assurer de revenir à temps. Sur la photo : Heathrow

Sur la photo: le dernier vol en provenance du Portugal est arrivé lundi soir au terminal 5 d'Heathrow avant le changement des restrictions de voyage

Sur la photo: le dernier vol en provenance du Portugal est arrivé lundi soir au terminal 5 d'Heathrow avant le changement des restrictions de voyage

Les voyageurs qui fournissent des informations incorrectes lorsqu'ils remplissent le formulaire de localisation des passagers peuvent être condamnés à une amende de 10 000 £ ou à une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 10 ans - ou les deux. Sur la photo: les passagers arrivent lundi soir sur le dernier vol en provenance du Portugal à Heathrow

Les voyageurs qui fournissent des informations incorrectes lorsqu'ils remplissent le formulaire de localisation des passagers peuvent être condamnés à une amende de 10 000 £ ou à une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 10 ans – ou les deux. Sur la photo: les passagers arrivent lundi soir sur le dernier vol en provenance du Portugal à Heathrow

"Nous avons un autre séjour réservé pour la fin octobre aux îles Canaries, mais cela dépendra de la situation avec le gouvernement."

La rupture de la quarantaine pourrait entraîner une amende de 10 000 £, tandis que les voyageurs britanniques qui ne passent pas les tests du jour 2 et du jour 8 pourraient être condamnés à une amende de 2 000 £. Ceux qui fournissent des informations incorrectes lors du remplissage de leur formulaire de localisation de passagers pourraient être condamnés à une amende de 10 000 £ ou à une peine de prison pouvant aller jusqu'à 10 ans – ou les deux.

La décision a instantanément effacé des milliards de dollars de la valeur des compagnies aériennes, tandis que les chefs de l'industrie du voyage furieux ont averti qu'elle risquait de créer un bain de sang d'emplois et de détruire un secteur déjà dévasté. Mais cette décision touche également les poches des familles ordinaires désespérées pour une pause des blocages successifs.

À l'aéroport d'Heathrow, Laura Fernandes, 45 ans, une responsable de Barnet, qui est partie en vacances avec ses enfants et sa mère, a déclaré : " Cela a été un cauchemar absolu. J'ai dû payer un deuxième vol pour cinq personnes, donc cela m'a coûté 1 700 £. J'ai également dû reprogrammer tous nos tests Covid ce qui était aussi un cauchemar.

« Je suis parti en vacances à Albufeira, dans le sud, parce que c'était la seule possibilité. Nous devions revenir mercredi. Mais comme il est maintenant inscrit sur la liste orange, j'ai dû changer nos vols. En raison de la quarantaine, les enfants n'auraient pas pu retourner à l'école. C'est un cauchemar'.

Alan et Lisa Pechey, de Cambridge, qui étaient en vacances à Lisbonne, ont déclaré avoir payé 800 £ – 400 £ chacun – pour réserver un vol vers l'aéroport de Gatwick afin d'éviter d'avoir à se mettre en quarantaine à la maison. La décision avait « vraiment gâché » leurs vacances et les avait laissés dans une « détresse extrême » et « assez furieuse ».

À l'aéroport d'Heathrow, dans l'ouest de Londres, Laura Fernandes, 45 ans, directrice de Barnet, qui est partie en vacances avec ses enfants et sa mère, a déclaré : "Ce fut un cauchemar absolu. J'ai dû payer un deuxième vol pour cinq personnes, il a donc coûté 1 700 £ '

À l'aéroport d'Heathrow, dans l'ouest de Londres, Laura Fernandes, 45 ans, directrice de Barnet, qui est partie en vacances avec ses enfants et sa mère, a déclaré : "Ce fut un cauchemar absolu. J'ai dû payer un deuxième vol pour cinq personnes, il a donc coûté 1 700 £ '

Des passagers britanniques arrivent au terminal 2 d'Heathrow en provenance du Portugal après s'être précipités chez eux pour éviter d'avoir à se mettre en quarantaine à la maison

Des passagers britanniques arrivent au terminal 2 d'Heathrow en provenance du Portugal après s'être précipités chez eux pour éviter d'avoir à se mettre en quarantaine à la maison

Les passagers des listes verte et orange qui ont atterri à Heathrow ont constaté qu'ils étaient obligés de se mélanger dans les files d'attente pendant que les responsables des forces frontalières vérifiaient leurs documents et passeports Covid

Les passagers des listes verte et orange qui ont atterri à Heathrow ont constaté qu'ils étaient obligés de se mélanger dans les files d'attente pendant que les responsables des forces frontalières vérifiaient leurs documents et passeports Covid

Mme Pechey, 66 ans, a déclaré: «C'était vraiment cher et je pense que le gouvernement était totalement injuste de nous lancer cela jeudi parce que cela a vraiment gâché nos vacances, totalement. Nous avions pris l'avion le lundi pour une pause détente, mais à partir de jeudi, nous étions sous un stress extrême.

«Mon principal problème était le stress, car nous ne voulions pas mettre en quarantaine. J'étais assez furieux parce qu'ils auraient dû nous dire de faire attention si nous allions au Portugal pour que tout le monde le sache.

À l'aéroport de Faro en Algarve, des milliers de vacanciers ont formé de longues files d'attente et ont attendu jusqu'à quatre heures pour se faire écouvillonner sur un site de test dans le parking de l'aéroport. D'autres sites de test dans la région que les gens auraient pu utiliser connaissaient des retards causés par une augmentation de la demande.

Les passagers des listes verte et orange qui ont atterri à Heathrow ont constaté qu'ils étaient obligés de se mélanger dans les files d'attente pendant que les responsables des forces frontalières vérifiaient leurs documents et passeports Covid.

S'adressant à MailOnline, Paul Charles, directeur général de la PC Agency, a déclaré: «Pourquoi est-il sûr que les passagers orange et vert se mélangent si l'ambre est un problème pour les ministres? Tout cela montre la vérité que la politique du gouvernement est une pagaille et qu'ils ont complètement gâché ce qui aurait dû être un système de feux de circulation très simple.

Les ministres ont rétrogradé le Portugal sur sa liste de voyage jeudi dernier, citant des craintes concernant la prétendue variante népalaise – même si un seul cas de la souche a été détecté au Portugal lorsque la décision a été annoncée.

Les arrivées britanniques en provenance du Portugal quittent le terminal 5 d'Heathrow alors qu'elles rentrent chez elles pour éviter de subir une quarantaine de 10 jours

Les arrivées britanniques en provenance du Portugal quittent le terminal 5 d'Heathrow alors qu'elles rentrent chez elles pour éviter de subir une quarantaine de 10 jours

Les passagers arrivent à l'aéroport de Gatwick, dans le West Sussex, avant que les voyageurs britanniques en provenance du Portugal ne soient tenus de se mettre en quarantaine pendant 10 jours

Les passagers arrivent à l'aéroport de Gatwick, dans le West Sussex, avant que les voyageurs britanniques en provenance du Portugal ne soient tenus de se mettre en quarantaine pendant 10 jours

Alan Pechey, 73 ans, et Lisa Pechey, 66 ans, qui vivent à Cambridge, arrivent à l'aéroport de Gatwick après leur retour du Portugal

Alan Pechey, 73 ans, et Lisa Pechey, 66 ans, qui vivent à Cambridge, arrivent à l'aéroport de Gatwick après leur retour du Portugal

Les voyageurs britanniques se rendent dans la salle des départs de l'aéroport de Faro, au Portugal, alors qu'ils se précipitent pour rentrer chez eux avant 4 heures du matin demain

Les voyageurs britanniques se rendent dans la salle des départs de l'aéroport de Faro, au Portugal, alors qu'ils se précipitent pour rentrer chez eux avant 4 heures du matin demain

Les passagers s'assoient et s'allongent sur leurs bagages alors qu'ils font la queue à l'enregistrement à l'aéroport de Faro alors qu'ils tentent de rentrer chez eux avant demain

Les passagers s'assoient et s'allongent sur leurs bagages alors qu'ils font la queue à l'enregistrement à l'aéroport de Faro alors qu'ils tentent de rentrer chez eux avant demain

Les voyageurs britanniques remplissent la salle des départs de l'aéroport de Faro, au Portugal, alors qu'ils rentrent au Royaume-Uni avant demain

Les voyageurs britanniques remplissent la salle des départs de l'aéroport de Faro, au Portugal, alors qu'ils rentrent au Royaume-Uni avant demain

Un technicien de la santé prend un écouvillon nasal pour un test PCR d'un voyageur au poste Synlab à l'aéroport de Lisbonne, Portugal

Un technicien de la santé prend un écouvillon nasal pour un test PCR d'un voyageur au poste Synlab à l'aéroport de Lisbonne, Portugal

Les ministres n'ajoutent aucun pays à sa soi-disant «liste verte», anéantissant l'espoir que des endroits comme Malte, la Jamaïque et la Grenade pourraient être ajoutés à la liste grâce à l'assouplissement des taux de coronavirus

Les ministres n'ajoutent aucun pays à sa soi-disant «liste verte», anéantissant l'espoir que des endroits comme Malte, la Jamaïque et la Grenade pourraient être ajoutés à la liste grâce à l'assouplissement des taux de coronavirus

Course pour échapper à la misère de la quarantaine: les Britanniques frénétiques font la queue pendant des heures dans une chaleur torride dans une course contre la montre pour sortir du Portugal

De Gérard Couzens à l'aéroport de Faro

Les Britanniques frénétiques ont fait la queue pendant des heures dans une chaleur étouffante hier alors qu'ils tentaient de battre la montre pour sortir du Portugal.

Des centaines de personnes qui se sont présentées à l'aéroport de Faro pour des vols reprogrammés ont dû faire la queue devant le terminal par une chaleur de 25 ° C (77 ° F).

L'attente était encore plus longue pour ceux qui se bousculaient pour obtenir des tests Covid sans lesquels ils ne pourraient pas monter dans leurs avions.

Ceux qui ne rentrent pas chez eux avant 4 heures du matin demain devront être mis en quarantaine pendant dix jours après que le Portugal ait été inopinément retiré de la «liste verte» la semaine dernière.

Le déclassement du Portugal a déclenché le chaos alors que les vacanciers se précipitaient pour rentrer chez eux pour battre les règles de quarantaine de dix jours qui entrent en vigueur à 4 heures du matin demain

Le déclassement du Portugal a déclenché le chaos alors que les vacanciers se précipitaient pour rentrer chez eux pour battre les règles de quarantaine de dix jours qui entrent en vigueur à 4 heures du matin demain

Cela a incité de nombreuses personnes à écourter leurs vacances – certaines presque immédiatement après leur arrivée – pour rentrer chez elles.

Les patrons du tourisme de l'Algarve ont mobilisé un camion pour renforcer les tests Covid de l'aéroport après que les voyageurs ont été refoulés des centres proches de leurs stations balnéaires.

Beaucoup ont décidé de venir à l'aéroport un jour avant leur vol de pré-quarantaine pour s'assurer d'obtenir les résultats des tests. Ils n'ont pris aucun risque après que plusieurs vacanciers aient raté leur vol de retour le week-end après avoir échoué à récupérer leurs résultats négatifs à temps.

Katherine Hitchen, 30 ans, de Hindhead, Surrey, rentrant chez elle avec son père Michael et sa fille Ivy, trois ans, a déclaré: «Nous avons atterri jeudi sur des textes disant que le Portugal avait été mis sur la liste orange. Nous avions prévu de rester une semaine mais nous y retournons lundi maintenant pour éviter la quarantaine.

«Cela a été quelques jours stressants depuis notre arrivée.

Katherine Hitchen avec son père Michael et sa fille Ivy, trois ans

Katherine Hitchen avec son père Michael et sa fille Ivy, trois ans

"J'aimerais être assis au bord de la piscine en ce moment, sans attendre d'avoir un coton-tige dans le nez."

Louise Cooper, 55 ans, de High Peak dans le Derbyshire s'est présentée pour être testée à l'aéroport de Faro hier, huit heures avant son vol de retour. Elle a déclaré: «Nous sommes arrivés ici lundi matin et avons passé les trois premiers jours à essayer de trier les tests pour notre vol de retour.

«Ça a été un cauchemar. Partout était complet. Le seul endroit qui nous a été proposé était un service au volant à Faro, à environ une heure de l'endroit où nous avons séjourné à Praia da Luz. Étant un service au volant, on nous a dit que nous avions besoin d'une voiture – que nous n'avons pas.

Michael Nyhan, 70 ans, qui est arrivé jeudi pour une semaine de vacances à Praia da Rocha avec sa femme Angela, 67 ans, a déclaré: "Nous y retournons aujourd'hui à la place. Nous ne pouvons plus nous enfermer à l'intérieur après le confinement que nous avons déjà traversé.

"Nous n'avions même pas vérifié dans notre chambre d'hôtel lorsque nous avons découvert que le Portugal devenait ambre."

Les touristes qui souhaitent dépasser la date limite sont touchés par une combinaison de nombreux vols à guichets fermés et de la poignée de sièges disponibles vendus à des prix gonflés.

Ryanair facture 285 £ pour un vol de Faro à Bournemouth lundi, mais seulement 17 £ mercredi. Les vols EasyJet de Faro à Gatwick coûtent 227 £ le lundi et 53 £ le mardi.

Même pour les passagers qui avaient réservé leurs vols avant la date limite, cela a été "vraiment stressant".

Ines Narraway, 37 ans, originaire de Londres, qui a passé une semaine au Portugal avec ses deux enfants et son mari, a déclaré: «Nous allions bien parce que nous étions toujours censés revenir aujourd'hui. Mais ça a été vraiment stressant parce que nous sommes portugais, donc nous avons de la famille là-bas et nous ne savons pas quand nous pourrons les revoir.

«Et il n'était pas clair quand les règles allaient entrer en vigueur et si nous devions modifier nos vols. La politique du gouvernement doit être plus cohérente parce que cette chose de 15 jours sur la liste verte et maintenant nous ne le sommes pas, est tout simplement ridicule.

D'autres qui n'ont pas eu à modifier leurs vols disent avoir eu de la chance, mais ne comprennent pas pourquoi le Portugal a été déplacé sur la liste orange.

Alba Moran, 32 ans, vétérinaire du North Hampshire, a déclaré: " J'étais en vacances au Portugal pendant cinq nuits, mais je prévoyais toujours de revenir aujourd'hui, donc cela ne m'a pas vraiment affecté. Mon test était 100 % gratuit et je pouvais le faire à l'hôtel où je logeais.

« Je devais revenir aujourd'hui, ce qui était vraiment une chance, donc je n'étais pas trop inquiet du changement des règles. Je n'y ai rien vu suggérant que le Portugal devrait figurer sur la liste orange, mais je suppose qu'ils doivent le faire.

Chris Hesford, 28 ans, un avocat du centre de Londres, a déclaré: "Nous étions là-bas pendant 10 jours, mais nous revenions toujours aujourd'hui, donc c'est une chance. Le voyage s'est très bien passé, pour être honnête, et l'aéroport n'était pas bondé ou quelque chose comme ça.

«Je suis juste désolé pour le Portugal parce que cela semble vraiment similaire à ici – ils sont encore plus stricts sur le port de masques et des choses comme ça. Je pense que nous sommes un peu sceptiques quant aux règles de Covid en général, et évidemment nous n'avons pas tous les chiffres, mais cela semblait bien là-bas.

Une femme a déclaré avoir payé 300 £ de plus pour un vol en provenance du Portugal afin d'éviter la mise en quarantaine à la maison pendant 10 jours. S'exprimant à l'aéroport de Gatwick, Ana Pacheco, 28 ans, d'Islington, qui était en vacances près de Porto, a déclaré: " J'étais un peu ennuyée et contrariée, mais je ne peux rien faire car j'avais vraiment besoin d'aller au Portugal.

«J'ai perdu de l'argent sur ce voyage, environ 300 £ de plus, car je devais revenir demain soir, donc c'est assez ennuyeux. Je pense qu'il aurait dû y avoir du temps supplémentaire pour que nous rentrions à la maison, au moins une semaine aurait été mieux.

Les vacanciers ont déclaré que leur vol en provenance du Portugal était à «pleine capacité» alors que les gens se précipitaient chez eux pour éviter la mise en quarantaine.

Marcus Gardner, 26 ans, de Battersea dans le sud de Londres, qui est arrivé à l'aéroport de Gatwick après des vacances à Porto, a déclaré: "Nous avons eu beaucoup de chance, pour être honnête, car nous devions de toute façon revenir aujourd'hui, mais j'aurais été vraiment ennuyé si je devais demain ou quelque chose.

«Notre vol était beaucoup plus occupé qu'avant – y aller, seules quelques personnes étaient dans l'avion mais au retour, c'était à pleine capacité. Beaucoup de gens se précipitaient pour rentrer chez eux et à l'aéroport, il y avait des tas de gens qui attendaient un vol.

Jack Malan, 67 ans, de Sevenoaks, Kent, qui revenait du Portugal avec sa femme, a déclaré: "Notre vol de retour était plein à 95%, ce qui n'était pas le cas lorsque nous avons pris l'avion là-bas.

"A l'aéroport, il y avait pas mal de file d'attente avec divers contrôles et je dois dire que c'est épouvantable que le gouvernement ait imposé ce règlement si brutalement sans avertissement, c'est très injuste."

Lisa et Alan Pechey, qui vivent près de Cambridge, ont déboursé 400 £ chacun pour écourter leur voyage à Sintra et ont atterri à Gatwick en provenance de Porto à 12 heures.

Alors que M. Pechey, 73 ans, est un professeur de psychologie semi-retraité à l'Open University, Mme Pechey, 66 ans, travaille dans une école privée du mercredi au vendredi et ne pourrait pas se mettre en quarantaine s'ils revenaient comme prévu ce soir.

Elle a déclaré: «Nous avions l'intention d'avoir une semaine de pause, mais nous avons dû la raccourcir. Cela coûte 800 £ entre nous juste pour changer les vols. Maintenant, nous devons prendre le train jusqu'à Stansted pour récupérer la voiture.

«Nous sommes sortis de bonne foi, sachant que c'était un pays vert. Puis soudain, c'était de l'ambre. C'était beaucoup de stress et beaucoup de dépenses. Et la détente était pour le moins gâchée.

«Aux autres vacanciers, je dirais n'y aller que si vous avez le temps de mettre en quarantaine. Une pause rapide entre deux tâches est impossible pour le moment.

M. Pechey a ajouté: "Il y avait de grandes files d'attente à l'aéroport de Porto avec des gens qui attendaient des heures pour les tests ce matin. La seule chose avec laquelle nous avons eu de la chance, c'est le fait que nous ayons fait le nôtre en ligne.

La chef de projet Juliana Esteves, 36 ans, qui vit dans l'est de Londres, a payé 700 £ pour rentrer chez elle avec son fils Duarte, quatre ans, sur le même vol. «Je ne comprends pas pourquoi nous n'avons pas reçu un préavis de plus de quatre jours. Les gens devront retourner au travail, pas en quarantaine. Cela rend la tâche impossible pour tout le monde », a-t-elle déclaré.

«Nous rendions visite à de la famille près de Porto et prévoyions de revenir mardi, mais nous avons dû tout changer pour revenir avant la date limite de 4 heures du matin. Cela a coûté 700 £ pour moi et mon fils et c'était le moins cher. Il y avait très peu d'options.

«Ce n'est pas du tout idéal. Ils peuvent sûrement obtenir une prolongation pour les personnes déjà au Portugal afin de permettre aux gens de rentrer chez eux. Donnez-nous au moins une semaine, s'il vous plaît.

Sur la photo: l'aéroport d'Heathrow était occupé lundi soir alors que les passagers se précipitaient pour rentrer au Royaume-Uni avant que les règles ne changent

Sur la photo: l'aéroport d'Heathrow était occupé lundi soir alors que les passagers se précipitaient pour rentrer au Royaume-Uni avant que les règles ne changent

Sur la photo: les passagers reviennent au terminal 5 d'Heathrow depuis le Portugal avant le dernier changement de règle pour voyager

Sur la photo: les passagers reviennent au terminal 5 d'Heathrow depuis le Portugal avant le dernier changement de règle pour voyager

L'employé de l'entreprise de revêtement de sol Lopes Manuel, 49 ans, a payé 500 £ pour réorganiser son vol de retour à Chingford, dans l'est de Londres, de mardi à aujourd'hui.

Il a déclaré: «Ils auraient dû donner un préavis de deux ou trois semaines. Je devais prendre l'avion demain, mais j'ai dû dépenser 500 £ pour revenir sans quarantaine car j'ai une entreprise à gérer ici.

— Juste pour changer de vol pour un jour. C'est beaucoup trop d'argent. Quelle différence cela fera-t-il mardi à 4 heures du matin ? Il n'y a rien de mal avec le Portugal. Tout est à propos de l'argent. C'est tellement stupide.

Le patron de l'entreprise de mode Triwool, Jose Barros, 48 ​​ans, et l'employée Margarida Amaral, 52 ans, ont eu la chance que leur vol pré-réservé pour un voyage d'affaires dans le centre de Londres soit prévu aujourd'hui. Ils rentreront demain à Porto.

Mme Amaral a déclaré: "Évidemment, je n'en suis pas content. Nous avons tellement de chance d'avoir l'intention de venir aujourd'hui et pas demain. Il faut maintenant attendre encore trois semaines pour voir si le Portugal est remis sur la liste verte.

«C'est terrible pour notre pays et son tourisme. Il s'agit d'une décision prise par le gouvernement britannique et nous ne savons pas pourquoi il l'a prise. Les gens en vacances ont besoin de plus de préavis.

M. Barros a déclaré: " La liste orange n'a heureusement pas d'impact sur ce voyage, mais cela signifie que nous ne pourrons pas rencontrer de clients à Londres dans un avenir proche. Nous ne pouvons tout simplement pas nous mettre en quarantaine à Porto car nous avons une entreprise à gérer.

«C'est notre premier voyage en un an et demi et nous venons généralement toutes les deux ou trois semaines. Il semblait que nous revenions à la normale, mais peut-être pas tellement maintenant.

Chevonne Hartshorne, 34 ans, avait rendu visite à sa sœur cadette au Portugal avec son mari, un travailleur caritatif, Jesse, également âgé de 34 ans, avec leur fils Finley, âgé d'un an.

The market research worker from Beckenham, Kent, who had planned to come back from Aveiro today, said: 'When they announced it was on the green list, we booked flights as quickly as possible and happened to very luckily pick to fly back today.

'It would have been a nightmare quarantining with childcare. I feel so sorry for everyone stuck out there who won't get home in time but also the people who had been playing to go out there.

'I would say to anyone wanting to go away this summer, book as soon as it goes on the green list and go as soon as you can. Because things can change so quickly as we've seen here.

Just 1.5% of Portugal travellers test positive for Covid: Airlines claim we've been led up the garden path, as thousands of Britons race to escape misery of quarantine before country goes on amber list at Tuesday, 4am

Les ministres ont rétrogradé le statut de voyage du Portugal de vert à ambre après que seulement 1,5% des voyageurs ont été testés positifs pour Covid sur deux semaines dans un échantillon, est-il apparu hier.

Trois cas positifs ont été repérés sur 200 voyageurs en provenance du Portugal entre le 6 et le 19 mai.

Les échantillons positifs ont été envoyés pour un séquençage génomique afin de détecter des variants mutants, mais il n'est pas clair s'il en a été trouvé. Les chiffres ont été compilés par le Centre commun de biosécurité pour le gouvernement.

Les données JBC sont utilisées par les ministres pour décider si les pays doivent être classés vert, orange ou rouge dans le cadre du système de voyage aux feux de circulation Covid.

Des chiffres distincts ont montré qu'entre le 18 et le 24 mai, la moyenne mobile sur sept jours de nouveaux cas de Covid pour 100 000 habitants du Portugal était de 30,2. Le 31 mai, le taux au Royaume-Uni était de 35,9.

'And also check all of your documents. We thought we had done everything including the tests but we had still missed one form which left us running for the plane in the morning. It's just so complicated and unclear. For me it was worth it for Finley to see my sister but if it wasn't for the family trip, I would say it is not worth the hassle.'

DPD delivery driver Daniel Rocha, 34, also counted himself lucky to get home to Crawley, West Sussex without needing to isolate. He had pre-booked to fly to Gatwick today with girlfriend Premier Inn worker Luciana Beaixoto, 29, and son Diego, four.

Mr Rocha said: 'We were slightly worried about the traffic light system but didn't let it ruin our trip. I cannot complain as I was lucky. But for the other people in Portugal hoping to come back to England, it is very difficult.

'I called Luciana and told her to check the news cause they were saying Portugal had gone amber. We were lucky they will bring it in on Tuesday as we would have been stuck if they had done it last night.'

Max Gajadharsingh, 21, from Wiltshire, who runs a drinks company and was spending a week in Portugal on holiday said: 'I was meant to come back tomorrow, but I heard it was getting bumped up to amber and so had to book a new flight.

'I had booked with Tap Air Portugal, which have terrible customer service so I just booked a new one with BA.

'I was lucky because I managed to use my 8,000 avios points and then paid an extra £72.50, but it could have been lot steeper.

'I had to change my covid test, which was booked for tomorrow morning.

'I went to Lisbon airport on Saturday morning, but it was fully booked so ended up doing it yesterday morning.

'After the news Portugal was going on the amber list I went on the BA website to book a new flight.

'At 1:30pm a BA economy basic ticket was €170, then when I looked at 3:00pm it was €342, an hour later it was €440 and then by 5:20pm it was €542 – then it sold out.

'I think putting Portugal on the amber list is stupid because when you are there, you have to wear masks even outside if it's busy.

'I don't know what the cases are there, but it seemed fine, except you have a curfew at 10:30pm, so everyone pours out onto the street.

'Personally, I don't really care, but it's frustrating, especially for people who work in an office and have been looking forward to their holiday. I feel really bad for them.'

Taz Mukhtar, 34, from Paddington, West London, who works in financial services said: 'I just flew in from Portugal where I was working remotely for three weeks.

'I had to change my flight because I was due to come back on Wednesday so I would have had to quarantine.

'I didn't fancy staying in my house for ten days and I have work tomorrow, so I didn't really have a choice.

'I had to pay £215 because the fare had gone up seeing as everyone was racing to get back before the rules changed.

'I already had a covid test booked for today which I had to change and that was difficult actually.

'Thursday was a public holiday in Portugal so everything was closed – I had to wake up early on Friday – 7:30am, and go to the clinic.

'Originally, when I flew out there, they had just launched the traffic light system and so I knew it was risky. I feel like the goal posts have moved slightly, but I accept that things are not certain and can always change.

'I wasn't in the Algarve where there seems to be all the problems, I was Lisbon. I probably won't get any of the money back.'

Bjorn Zuber, 39, from Kent, who works in finance and is travelling with his wife and two kids said: 'We were in Portugal for two weeks and had always planned to come back today, so we were lucky.

'But we have some friends who are still out there and they were meant to come back on Wednesday.

'They had to rebook their flights because they have jobs on and couldn't afford to quarantine.

'I think they ended up spending €1,100 just on new flights and are supposed to be flying in this evening. They also had to reschedule their pre departure covid test which was a nightmare.

'The most stressful thing is not knowing what you need and what you don't need.

'Going out we needed four covid tests, but then getting on the plane we only needed two and now only three of us need to test on day two.

'Adding Portugal to the amber list makes no sense at all, because there is only a spike in Lisbon.'

Speaking to the BBC this morning, vaccine centre volunteer Angela Mantana said she got news of the sudden decision just one day after getting to Portugal and now has to quarantine for 10 days at home because she was unable to get PCR tests or 'suitable' flights back to the East Midlands. It means she cannot provide jabs at her local centre, or provide her aunt – who is shielding – her daily medication.

Asked how difficult it has been to get back to the UK, she said: 'It's almost been impossible. We arrived on the Wednesday, on the Thursday we were notified it had gone to amber and immediately we started looking for flights and tests. There were no tests available and the flights weren't suitable to get us back to the East Midlands.

'We got our original test booked in, but because other people had obviously been trying there was nothing available. It leaves us that we've got to finish the holiday and then go into quarantine when we come back.

'The implications are we are volunteers at a vaccine centre and on the Friday when we return we were supposed to be going in so we've had to let those people down. Equally I shield an auntie who has severe medical conditions who I see on a daily basis to apply medication and I'm not going to be able to do that.

'We can joke about it, but you arrive one day and the next day we're planning to get home.'

One British traveller, Mike Indian described 'chaotic' scenes at Faro Airport and having to push past other travellers after officials told him he would need to run to make his flight to London Luton.

He told Radio 4's Today programme he managed to board the plane with just five minutes to spare.

Some 20,000 passengers departing from Faro at the weekend had to pay exorbitant prices to buy PCR tests so they can fly back from Portugal ahead of the 10-day quarantine deadline.

With PCR tests costing £125 each, a family-of-four can expect to fork out £1,000 for tests for which they have not budgeted – meaning the Government's sudden decision is putting hundreds of people out of pocket.

And testing labs are facing an 'overwhelming' surge in demand for PCR testing which is causing holidaymakers to miss flights as test results are delayed or lost. According to Ross Tomkins, managing director of PCR test provider Salutaris People, testing capacity is on the 'verge of collapse'.

'It is clear to see that the laboratories are overwhelmed with the sheer volume of testing kits being sent in by airline passengers eager to get away on holiday,' he said. 'As a result of this, the labs are losing test kits or mixing up test results, while others are being delayed and a large percentage are coming back with 'unclears.'

'Not only is this frustrating for airline passengers, but it's also costly having to take secondary testing. It is also creating chaos and anxiety for airline passengers when all they want to do is jump on a plane and take a holiday. This is only going to get worse, rather than better, and will lead to many disappointed holidaymakers and airline passengers, whose plans could be seriously affected.'

Triwool fashion company boss Jose Barros, 48, and employee Margarida Amaral, 52, were fortunate their pre-booked flight for a business trip in Central London was planned today. They will fly back home to Porto tomorrow

DPD delivery driver Daniel Rocha, 34, also counted himself lucky to get home to Crawley, West Sussex without needing to isolate. He had pre-booked to fly to Gatwick today with girlfriend Premier Inn worker Luciana Beaixoto, 29, and son Diego, four

Left: Triwool fashion company boss Jose Barros, 48, and employee Margarida Amaral, 52, were fortunate their pre-booked flight for a business trip in Central London was planned today. They will fly back home to Porto tomorrow. Right: DPD delivery driver Daniel Rocha, 34, also counted himself lucky to get home to Crawley, West Sussex without needing to isolate

Marcus Gardaner, 26, who lives in Battersea in south west London, arrives at Gatwick Airport, West Sussex

Marcus Gardaner, 26, who lives in Battersea in south west London, arrives at Gatwick Airport, West Sussex

UK passengers arrive at Heathrow Terminal 5 from Portugal after dashing home to avoid having to quarantine at home

UK passengers arrive at Heathrow Terminal 5 from Portugal after dashing home to avoid having to quarantine at home

Yet official data now shows that just 1.5 per cent of British travellers tested positive for coronavirus over two weeks in a sample – just three positive cases spotted out of 200 people coming from Portugal in mid-May.

The travel industry reacted with fury to the JBC data last night, saying it was proof of the very low risk posed by people arriving from Portugal and that the country should have stayed green.

The Government's sudden decision to downgrade Portugal to amber instantly wiped £2billion off the value of airlines, while travel industry chiefs warned that it risked creating a jobs bloodbath and wrecking the already devastated sector.

Figures compiled by the all-party Future of Aviation group of MPs projected that the cost to the economy could be as much as £11.5billion in outbound travel alone if the current restrictions remain through the next three months.

British Airways owner IAG, easyJet, Ryanair, TUI, Wizz Air and engine maker Rolls-Royce all suffered heavy falls as news spread that no countries would be added to the green list. And package holiday giant Jet2 cancelled all foreign holidays until July 1 – three days after the next review of the green list is due.

The Department for Transport said the situation in the country 'required swift action to protect the gains made with the vaccine rollout'. It stated that the positivity rate for coronavirus tests in Portugal had nearly doubled since the travel lists were first created four weeks earlier.

The DfT added that 68 cases of the Indian mutation, which is also known as the Delta variant, have been identified in Portugal. But separate Test and Trace figures show just three out of 200 arrivals from Portugal tested positive between May 6 and May 19.

British travellers are seen arriving in Heathrow Terminal 5 from Portugal after dashing home to avoid a 10-day quarantine

British travellers are seen arriving in Heathrow Terminal 5 from Portugal after dashing home to avoid a 10-day quarantine

UK tourists form long queues in departures in Faro Airport, in the Algarve, Portugal as they try to get back to the UK

UK tourists form long queues in departures in Faro Airport, in the Algarve, Portugal as they try to get back to the UK

Passengers wearing face masks form queues in Faro Airport as they try to get to the UK before Portugal is made amber

Passengers wearing face masks form queues in Faro Airport as they try to get to the UK before Portugal is made amber

It comes as daily coronavirus cases rose 65 per cent in a week to 5,341, while 33,496 cases were recorded over the last seven day - an increase of 11,022, or nearly 50 per cent, on the previous week. Deaths fell in a week from six to four

It comes as daily coronavirus cases rose 65 per cent in a week to 5,341, while 33,496 cases were recorded over the last seven day – an increase of 11,022, or nearly 50 per cent, on the previous week. Deaths fell in a week from six to four

British holidaymakers reveal how they have cut their family holidays to Portugal short in order to avoid quarantine in UK

Changing rules at will? It feels wrong

Karen Beddow (pictured with her husband Matthew and daughters Lily, Isobel and Eve) said she felt let down after being forced to cut her family holiday to Portugal short in order to avoid quarantine on return to the UK

Karen Beddow (pictured with her husband Matthew and daughters Lily, Isobel and Eve) said she felt let down after being forced to cut her family holiday to Portugal short in order to avoid quarantine on return to the UK

Karen Beddow said she felt let down after being forced to cut her family holiday to Portugal short in order to avoid quarantine on return to the UK.

She had travelled to a villa in the Algarve with her husband Matthew, their three daughters and her parents last month. Mrs Beddow, 43, from the Wirral in Cheshire, said the family was due to fly back to the UK on Tuesday just hours after the new 'amber list' restrictions take effect.

Faced with the prospect of additional testing and quarantine, and fearing Portugal was likely to go on the list, she scrambled to rearrange the flights to Sunday before the official announcement was made yesterday.

Although able to change the Easyjet flights for her immediate family for free, her parents faced a sizeable fee to make the changes.

Mrs Beddow said the family also had to rearrange pre-booked Covid tests to be taken on their return to the UK in line with Government rules.

She said: 'We cut our holiday short by two days which I actually feel really annoyed about. Not because of us but because my parents decided to change their flights as well.

'I feel really let down because the whole thing about this green list was to give people certainty. We were told there would be three weeks' notice.

'Obviously, what they actually mean is three weeks' notice of countries coming on the list, not coming off. I certainly felt that if we went away we could have two weeks and have a window. If they are going to change flights at will that just feels wrong.

'It's all very stressful having to fix this as well. We had an afternoon of faffing and sorting out.'

Mrs Beddow, a travel blogger, and her husband, a 47-year-old property developer, spent £665 on travel tests for the couple and their three daughters.

She said that she felt 'lucky to have made it to Portugal at all'.

I had to cancel my last trip too

Having cancelled a family holiday to Portugal last year, Laura Wolfe faces more disappointment

Having cancelled a family holiday to Portugal last year, Laura Wolfe faces more disappointment

Having cancelled a family holiday to Portugal last year, Laura Wolfe faces more disappointment.

Her two-week trip to the Algarve with her partner Daniel and sons, aged ten and 16, is now in doubt.

Miss Wolfe, pictured, said the Government's decision to change the travel status of the country was 'a complete fiasco'. She said: 'Part of us is thinking we might just go. We have saved up and are in a position to do it. And we just love it there.

'But the issue is with the rules, which seem to be changing all of the time, the quarantine and the costs of the testing for four of us.

'If we do say 'sod it' and go, what then happens if the country is placed on the red list?

'The trip isn't for another eight weeks so things could change several times before then.'

Although the £6,000 holiday is refundable, the events and marketing worker, from Manchester, said the possibility of cancelling has provoked a lot of anxiety.

Miss Wolfe has had both Covid jabs and her partner is about to get his second. 'I thought this was part of why we were doing it,' she said.

'I know there are a lot of unknowns but if I am double-vaccinated and test negative, how can it not be OK for me to go away?'

Genetic epidemiologist Professor Tim Spector, of King's College London, slammed ministers and said there is more risk travelling from London to Manchester than going on holiday to Portugal.

He said: 'We seem to be slightly more obsessed with these variants than any other country and I think this is probably because we're leading the world in our genetics in terms of us understanding what these variants are doing. But it's also creating this slight element of panic and fear, because of these potentials of these variants to do something.

'But I think if we look at the hard data there's really been hardly any increase in admissions and death rates are really low because this is getting to be a milder disease. We've got to get on with this. We're not going to get to Covid zero so we need to learn to live with this virus, this milder form, even though it is more transmissible.'

Official figures show Bolton has 355.1 cases per 100,000 people, while Manchester has had a rate of 63.1 new cases per 100,000 people in the past week. By comparison, Portugal had a rate of 65.19 per 100,000 people in the last 14 days.

Prof Spector added: 'If you travel from London to Manchester at the moment, it's a much greater risk than going to Portugal, Spain, Italy, France. Protégeons-nous les Portugais des problèmes ? Est-ce ainsi? Parce que, sinon, je ne comprends pas vraiment.

Separate figures showed that, between May 18 and 24, the seven-day rolling average of new coronavirus cases per 100,000 of Portugal's population was 30.2. Le 31 mai, le taux au Royaume-Uni était de 35,9.

Tim Alderslade, of Airlines UK, said last night: 'We essentially have a pretend traffic light system. They have ignored their own recommendations and led an entire industry down the garden path. It's clear that many in Government don't want international travel this summer. They should have the decency to tell us so we and our passengers can plan accordingly.'

Which? Travel editor, Rory Boland said: 'People understand that the current public health situation will sometimes require changes to the traffic light lists at short notice, but the government needs to be upfront about how the system works so people can make informed decisions about their travel plans.

'The Government had suggested more notice would be given this summer in moving countries between traffic lights, including the use of a green watchlist, so travellers will be upset that they now face huge bills to try and get home before the quarantine requirements come in.

'Demand for flights has inevitably soared, and while it's good to hear airlines are running additional flights to help accommodate this, we cannot see a return of the rip-off fares of last summer when customers trying to get home were held to ransom for huge sums of money.'

Portugal's downgrading triggered chaos as holidaymakers scrambled to dash home to beat 10-day quarantine rules which kick in at 4am tomorrow. People with bookings to Portugal face the choice of rescheduling for later in the year in the hope it goes green again or seeking refunds.

Seven countries were added to the red list, but no new ones went green. It means that, of the 11 destinations left on the green list, Gibraltar and Iceland are the only ones Britons can realistically visit. Quarantine-free travel is only possible to green countries.

They are also the only ones where ministers say people should go on holiday. The list is reviewed every three weeks, with the next due on June 28.

A Government spokesman said last night: 'We have taken a cautious approach to our green travel list to protect the country and our vaccination campaign from the threat of Covid-19 variants.'

Portuguese premier Antonio Costa criticised Britain for removing the country from its green list. 'We can't have this system of instability and changes every three weeks, he told reporters. 'It isn't good for those who plan their holidays, nor for those who have to organise the tourism industry to receive tourists in good conditions.'

He added Portugal was maintaining dialogue with the UK to 'explain the decision is not justified and also the serious damage it causes to the British and to the Portuguese economy.'

Portugal's tourism chief Luis Araújo also condemned the UK's decision to remove the country from green travel status and insisted all necessary precautions had been taken to ensure the safety of visitors. 'We are extremely disappointed to hear that the UK government has made the decision to remove Portugal from the green list,' he said.

'We fully maintain and stress unwavering confidence in the safety of the nation and thank the support of all our partners and friends in the UK, especially our trading partners that have been essential in quickly reinstating flight capacity into Portugal.

'Our country is open and prepared to welcome any tourist and we have taken all the necessary precautions to ensure the safety of our visitors and residents.'

It came as more details emerged of the furious Cabinet clash between Health Secretary Matt Hancock and Transport Secretary Grant Shapps over the decision.

M. Hancock aurait été le moteur de la décision des ministres d'ignorer l'avis de JBC selon lequel Malte et une liste d'autres îles devraient être ajoutées à la liste verte. Il aurait également rejeté l'idée que le Portugal devrait être mis sur une "liste de surveillance" plutôt que de devenir immédiatement orange.

The watchlist option acts as an early warning sign, designed to give people more time to return home before a country goes fully amber if the coronavirus data gets worse.

Mr Hancock was said to have been backed by Cabinet Office minister Michael Gove and the Home Office, who also opposed Malta being added to the green list. One Whitehall source claimed ministers had a 'massive barney'.

Tory MPs reacted with fury last night after Mr Hancock said he was 'absolutely open' to delaying so-called 'Freedom Day' on June 21 if coronavirus data turned 'bad' this week.

The Health Secretary refused to rule out keeping face masks and home working beyond late June, when the Government had hoped to remove all legal limits on social contact.

Mr Hancock said the unlocking could be pushed back if the data called for it, amid suggestions there could be a two-week delay. Mais ses commentaires pessimistes ont déclenché la colère des députés d'arrière-ban.

Le député conservateur Sir Desmond Swayne a déclaré que les ministres "gâchaient les avantages offerts par le succès des vaccinations". Il a ajouté: «L'énoncé de mission d'origine était de sauver des vies en protégeant le NHS. Nous l'avons fait.

"Plus il déplace les poteaux de but, plus les gens seront licenciés."

Measures including face masks, social distancing and working from home are likely to remain in place past June 21 due to lingering concern over the Indian variant.

The Government has said it will decide on whether or not to extend the current restrictions beyond June 21 a week today. Sources told the Telegraph the decision hinged on the impact of the Indian variant on hospitalisations.

Une source a déclaré au journal: "Les scientifiques sont plus en faveur d'une prolongation de deux semaines et c'est certainement l'une des options qui ont été proposées aux ministres."

Il a signalé que le gouvernement était préoccupé par une augmentation plus rapide que prévu des cas de Covid. Mais des sources ont déclaré que l'absence d'un pic d'hospitalisations rassurerait les ministres lors de la prise de décision la semaine prochaine.

L'ancien ministre du Cabinet conservateur David Jones a déclaré hier soir: " Matt Hancock a reconnu que la plupart des personnes hospitalisées (avec Covid-19) n'avaient pas été vaccinées.

« La réponse est donc de faire vacciner le plus de personnes possible le plus rapidement possible. It is not to delay the lifting of lockdown, with the attendant damage to people's mental and physical wellbeing and to the economy.'

L'ancienne ministre du Cabinet, Theresa Villiers, a appelé le gouvernement à «nous donner autant de liberté que possible» – en donnant la priorité aux mariages, aux événements et à l'hospitalité.

Elle a déclaré que si "la plupart des gens" pouvaient vivre avec des couvre-visages et certaines restrictions de voyage, "nous devons permettre à l'hôtellerie de s'ouvrir à nouveau complètement".

Le député conservateur senior, Sir Geoffrey Clifton-Brown, a déclaré qu'il y avait une " frustration croissante " parmi ses collègues face aux restrictions.

Il a ajouté: "Nous devons faire très, très attention à ne pas paniquer à propos de chaque variante qui se présente jusqu'à ce que nous soyons absolument sûrs qu'il y en a une qui va vaincre le vaccin."

Les avertissements des députés ont été repris par la directrice générale de UK Hospitality, Kate Nicholls, qui a déclaré que "l'incertitude continue" causait "une détresse importante" au secteur, d'autant plus que "les données sur les soins de santé n'indiquent pas la nécessité d'une déviation".

Les preuves "démontrent que le programme de vaccination fonctionne et rompt le lien entre les cas et les hospitalisations et les décès", a-t-elle déclaré.

"Il est crucial que le gouvernement s'engage à abandonner les restrictions le 21 juin. Tout retard dans la feuille de route aurait un effet dévastateur sur un secteur déjà fragile."

Alors que les cas au Royaume-Uni ont augmenté ces dernières semaines, alimentés par la variante indienne, les admissions à l'hôpital sont restées stables. Les données officielles montrent que les Britanniques qui ont reçu deux doses de vaccin représentent moins de 5% des personnes hospitalisées avec la nouvelle souche.

Et environ les deux tiers des personnes fréquentant les A&E avec la variante n'ont même pas besoin de passer la nuit à l'hôpital. Hier, 5 341 autres cas de coronavirus confirmés en laboratoire ont été enregistrés au Royaume-Uni et quatre autres décès ont été annoncés, contre six une semaine plus tôt.

On a demandé hier à M. Hancock si la suppression des restrictions le 21 juin pourrait être reportée si les données sur la variante indienne s'aggravaient. We are absolutely open to doing that if that's what needs to happen,' he told BBC One's The Andrew Marr Show.

«Nous avons dit dans la feuille de route que le 21 juin était la date à laquelle nous ne franchirions pas la quatrième étape avant cette date et que nous examinerions les données. C'est exactement ce que nous faisons.

Lorsqu'on lui a demandé si le port de couvre-visages et les mesures de travail à domicile pouvaient se poursuivre à long terme, le secrétaire à la Santé a ajouté: "Oui, je n'exclurais pas cela."

Ministers will assess data this week ahead of an announcement, expected next Monday, on whether to proceed with the unlocking the following week.

Le parti travailliste a signalé hier qu'il pourrait soutenir certaines restrictions restant en place.

La porte-parole de l'éducation, Kate Green, a déclaré: "Si nous devons maintenir certaines mesures de protection au-delà du 21 juin, c'est ce que le gouvernement devrait faire, mais je pense qu'il est vraiment important que ce soit une décision prise sur la base des données."

La porte-parole libérale-démocrate de la santé, Munira Wilson, a exhorté les ministres à "rester prudents, en particulier compte tenu du nombre croissant de cas, et à suivre les preuves avant de prendre une décision finale sur l'ouverture".

Are you flying from Portugal back to the UK today? Email us – jack.wright@mailonline.co.uk.

.(tagsToTranslate)dailymail(t)news(t)Coronavirus

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.