Les médias sociaux libéraux furieux après que le Wall Street Journal ose autoriser Trump à attaquer Big Tech dans un éditorial cinglant

Les médias sociaux libéraux furieux après que le Wall Street Journal ose autoriser Trump à attaquer Big Tech dans un éditorial cinglant

L'ancien président Donald Trump a lancé un reproche cinglant à Big Tech dans un éditorial publié jeudi dans le journal de Wall Street, expliquant pourquoi il est poursuivre les géants de la Big Tech et comment il croit que certaines entreprises sont complices de l'écrasement du discours et des diverses idées des Américains ordinaires.

Les médias sociaux libéraux sont rapidement entrés dans une frénésie face à la décision du journal d'autoriser l'ancien président à écrire un article pour ses pages.

Quels sont les détails ?

Dans son article "Pourquoi je poursuis Big Tech", Trump a expliqué qu'il pensait que Big Tech travaillait en tandem avec le gouvernement pour "censurer la liberté d'expression du peuple américain".

"L'une des menaces les plus graves pour notre démocratie aujourd'hui est un groupe puissant de grandes entreprises technologiques qui se sont associées au gouvernement pour censurer la liberté d'expression du peuple américain", a-t-il écrit.

Soulignant que l'idée même n'est pas seulement fausse, mais inconstitutionnelle, l'ancien président a juré : « Pour restaurer la liberté d'expression pour moi-même et pour chaque Américain, je poursuis Big Tech pour l'arrêter.

"Les médias sociaux sont devenus aussi essentiels à la liberté d'expression que les mairies, les journaux et les réseaux de télévision l'étaient dans les générations précédentes", a-t-il poursuivi. « Internet est la nouvelle place publique.

Trump a ajouté qu'au cours des dernières années, les plates-formes Big Tech ont censuré les Américains et discriminatoire la liberté d'expression en déformant les plates-formes, en suspendant, etc., "en contrôlant le débat politique" en Amérique.

"Considérez le contenu qui a été censuré au cours de la dernière année", a-t-il écrit. "Les grandes entreprises technologiques ont interdit aux utilisateurs de leurs plates-formes de publier des preuves montrant que le coronavirus a émergé d'un laboratoire chinois, ce que même les médias d'entreprise admettent maintenant peut être vrai."

Il a également souligné la censure de Big Tech sur le traitement à l'hydroxychloroquine pour les cas de COVID-19 ainsi que la façon dont les médias grand public et les réseaux de médias sociaux semblaient annuler les informations sur la controverse sur les ordinateurs portables entourant le fils du président Joe Biden, Hunter, et plus encore.

"Peut-être le plus flagrant, dans les semaines qui ont suivi les élections, Big Tech a bloqué les comptes de médias sociaux du président en exercice", a poursuivi Trump. "S'ils peuvent me le faire, ils peuvent vous le faire – et croyez-moi, ils le sont."

Soulignant son récent recours collectif contre des géants de la grande technologie tels que le PDG de Facebook Mark Zuckerberg, le PDG de Twitter Jack Dorsey et le PDG de Google Sundar Pichai, Trump a ajouté : « Cette attaque flagrante contre la liberté d'expression cause de terribles dommages à notre pays.

"La poursuite demande des dommages-intérêts pour dissuader un tel comportement à l'avenir et des injonctions rétablissant mes comptes", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration de mercredi annonçant la poursuite, l'ancien président a déclaré : « Je me tiens devant vous ce matin pour annoncer un développement très important et très beau, je pense, pour notre liberté et notre liberté d'expression. … Aujourd'hui, en collaboration avec l'America First Policy Institute, je dépose en tant que représentant principal des recours collectifs un important recours collectif contre les géants de la Big Tech, dont Facebook, Google et Twitter, ainsi que leurs PDG. »

Le procès demande une injonction immédiate pour empêcher les plateformes de médias sociaux de ce qu'il dit être la "censure illégale et honteuse du peuple américain".

"Notre cas prouvera que cette censure est illégale, inconstitutionnelle et totalement anti-américaine", a ajouté Trump.

Trump, concluant l'éditorial, a averti que les démocrates se coordonnaient avec Big Tech pour supprimer toute pensée non-conformiste des plateformes de médias sociaux.

"Cette coercition et cette coordination sont inconstitutionnelles", a-t-il insisté. "La Cour suprême a statué que le Congrès ne peut pas utiliser des acteurs privés pour réaliser ce que la Constitution lui interdit de faire lui-même. En effet, Big Tech a été illégalement désigné comme le bras de censure du gouvernement américain. Cela devrait vous alarmer, peu importe votre persuasion politique. C'est inacceptable, illégal et anti-américain."

Que disent les gens ?

Un utilisateur plaint, "Trump crie « JE SUIS CENSURÉ ! » de la page éditoriale d'un grand média international. Honte à toi, @WSJ, honte à toi, @WSJopinion."

Une autre ajoutée, "Ce n'est pas le plus gros point à retenir de l'éditorial de Trump (le plus grand a à voir avec ce que l'opinion du WSJ est devenue), mais cela me rendait toujours perplexe que l'utilisation par Trump d'"étranger illégal" n'ait pas été modifiée par un éditeur. AP s'est arrêté utilisant le terme en 2013, et de nombreux pubs ont depuis emboîté le pas."

"Le WSJ doit savoir que l'affaire n'a aucun mérite et est utilisée comme un outil de collecte de fonds. Vous avez un devoir envers vos lecteurs, n'est-ce pas ? Peut-être un devoir envers vous-mêmes ? Un certain code d'éthique ?" une autre fumé.

"Et encore, me rappelant pourquoi j'ai annulé mon abonnement WSJ", un utilisateur plaisanté.

Un autre a critiqué le journal pour ne pas être "sérieux" ou réfléchi."

"Les générations futures s'émerveilleront quand nous leur dirons que le Wall Street Journal était autrefois considéré comme un journal sérieux et réfléchi", a déclaré l'internaute. a écrit.

Une autre grondé, "*REMARQUE* @WSJopinion n'est pas @WSJ, un peu plus semblable aux propagandistes de droite tels que @seanhannity et @OANN."

.(tagsToTranslate) trump wall street journal(t) trump big tech procès (t) trump facebook(t) trump facebook ban(t)ancien président donald trump

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.