Les États-Unis émettent une menace voilée sur le programme nucléaire iranien

Les États-Unis et l'Iran se rapprochent de plus en plus de la guerre

Avant les pourparlers nucléaires américano-iraniens à Vienne, l'envoyé américain a déclaré que Washington ne « resterait les bras croisés » si Téhéran choisissait de bloquer les pourparlers et de faire avancer son programme atomique au point qu'il serait « trop proche » d'une arme fonctionnelle.

«Nous sommes prêts à revenir dans l'accord et à lever toutes les sanctions qui sont incompatibles avec l'accord. Donc, si l'Iran veut revenir dans l'accord, il a un moyen de le faire », L'envoyé spécial du Département d'État pour l'Iran, Robert Malley, a déclaré mardi à NPR.

Si l'Iran ne souhaite pas revenir au Plan d'action global conjoint (JCPOA), « s'il continue à faire ce qu'il semble faire maintenant, c'est-à-dire traîner les pieds à la table diplomatique nucléaire et accélérer son rythme lorsqu'il s'agit de son programme nucléaire, si c'est la voie qu'il choisit, nous devrons réagir par conséquent," Malley a ajouté.

S'ils commencent à se rapprocher trop près, trop près pour le confort, alors bien sûr, nous ne serons pas prêts à rester les bras croisés.

L'accord, négocié par l'administration Obama en 2015, prévoyait une surveillance externe globale du programme nucléaire civil iranien, en échange d'un allégement des sanctions. Outre les États-Unis et l'Iran, le JCPOA impliquait la Chine, la France, l'Allemagne, la Russie et le Royaume-Uni. L'administration Trump a cependant retiré les États-Unis de l'accord en mai 2018, et imposé des sanctions supplémentaires contre Téhéran.

Un nouveau cycle de pourparlers nucléaires doit s'ouvrir lundi en Autriche. Comme la délégation iranienne refuse de rencontrer Malley directement, les discussions impliqueront un diplomate de l'UE faisant la navette entre les deux. L'Iran exige la levée de toutes les sanctions, mais l'administration Biden a déclaré qu'elle ne discuterait que des mesures imposées par son prédécesseur, y compris l'interdiction pour d'autres pays d'acheter du pétrole iranien.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.