Les accusations du fondateur de Oath Keepers le 6 janvier révélées

RT

C'est la première de ces accusations portées par le ministère de la Justice dans le cadre de l'émeute de la capitale

Le fondateur et membre dirigeant de la milice de droite les Oath Keepers, Stewart Rhodes, est accusé de complot séditieux par le ministère de la Justice dans le cadre de l'émeute du 6 janvier au Capitole.

Rhodes, un vétéran de l'armée de 56 ans, n'est pas entré dans le bâtiment du Capitole le 6 janvier, mais a contribué à déclencher l'émeute, ont annoncé jeudi les autorités. Ils ont dit qu'il était en contact direct avec certains de ceux qui sont entrés dans le bâtiment du Capitole et auraient menacé de plus de violence. Le leader de droite est l'un des dizaines liés aux Oath Keepers qui ont été inculpés par le ministère de la Justice.

Rhodes et de nombreux autres ont été inculpés, mais l'accusation de sédition de Rhodes est la première du genre contre l'un des plus de 700 manifestants du Capitole qui ont été placés en état d'arrestation. L'avocat de Rhodes a confirmé qu'il avait été placé en détention jeudi.

Rhodes a nié avoir dirigé l'émeute à l'intérieur du bâtiment du Capitole. Il a déclaré au New York Times au cours de l'été que certains membres de son groupe sont allés « hors mission » mais il ne donna aucune instruction pour entrer au Capitole.

« Il n'y avait aucune instruction de ma part ou de la direction pour le faire » il prétendait.

Le comité de la Chambre du 6 janvier enquêtant sur l'émeute du Capitole a précédemment émis une assignation à comparaître pour Rhodes et l'a accusé d'incitation à la violence de la part des Oath Keepers à « assurer leur résultat électoral préféré », affirmant qu'il avait dit aux membres de se préparer à un «guerre totale dans les rues.

Dix autres personnes ont également été inculpées dans le nouvel acte d'accusation cette semaine, Edward Vallejo et Rhodes étant les seuls à ne pas avoir été arrêtés auparavant. Selon le ministère de la Justice, 11 personnes font face à des accusations de sédition.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.