Les abuseurs de droits à l'ONU s'opposent aux résolutions «spécifiques à un pays» – à moins qu'elles ne visent Israël

Les Tibétains protestent contre les politiques chinoises devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève. (Photo par Fabrice Coffrini / AFP via Getty Images)

Les Tibétains protestent contre les politiques chinoises devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève. (Photo par Fabrice Coffrini / AFP via Getty Images)

(CNSNews.com) – Après avoir soutenu plus d'une douzaine de résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies condamnant Israël au cours des deux dernières semaines, les représentants de certains des régimes de violation des droits les plus flagrants au monde se sont plaints mercredi de résolutions «spécifiques à un pays» visant certains parmi leurs propres rangs – l'Iran, la Russie, la Corée du Nord et le régime d'Assad – affirmant qu'ils violent les principes chéris de l'ONU «d'objectivité, de non-sélectivité et d'impartialité».

Parmi les critiques les plus virulents lors de la session plénière de mercredi à New York figuraient les délégués de Chine et de Cuba, gouvernements dont les violations des droits de l’homme largement documentées dans leur pays n’ont pas attiré une seule résolution de l’Assemblée générale cette année.

Lors de la réunion, l'assemblée a examiné les textes de sa Troisième Commission – qui traite des questions sociales, culturelles et humanitaires – y compris les résolutions nationales relatives aux situations des droits de l'homme en Iran, en Syrie, en Corée du Nord et dans la péninsule de Crimée occupée par la Russie. d’Ukraine.

Tous les quatre ont été adoptés, mais avec un nombre important de votes «non» et un grand nombre d'abstentions:

– La résolution sur l'Iran adoptée par 82 voix contre 30, avec 64 abstentions

– La résolution sur la Syrie adoptée par 101 voix contre 13, avec 62 abstentions

– La résolution sur la Crimée adoptée par 64 voix contre 23, avec 86 abstentions

– La résolution sur la Corée du Nord a été adoptée sans vote enregistré (bien que plusieurs pays – dont la Chine, l'Iran et Cuba – se soient ensuite dissociés du «consensus».)

Les pays qui ont voté «non» dans les trois votes enregistrés étaient la Biélorussie, le Burundi, la Chine, Cuba, l'Iran, le Nicaragua, la Corée du Nord, les Philippines, la Russie, la Syrie, le Venezuela et le Zimbabwe. Sur ces 12 pays, tous sont classés «non libres» cette année par la société basée à Washington Maison de la liberté à l'exception des Philippines et du Zimbabwe, qui sont classés «partiellement libres».

L’Érythrée, l’Inde, le Liban, le Pakistan, l’Ouzbékistan et le Vietnam ont été parmi ceux qui ont voté «non» dans au moins un des trois votes enregistrés.

"Nous nous opposons à la politisation, à la sélectivité, au double standard et à l'approche de confrontation", a déclaré le représentant chinois. «Nous sommes contre la pratique consistant à faire pression sur d’autres pays au nom des droits de l’homme. Nous nous opposons aux résolutions relatives aux droits de l'homme spécifiques à chaque pays. »

«Nous ne serons pas complices d’une tentative de dénier au peuple de la République populaire démocratique de Corée son droit à la paix, à l’autodétermination et au développement», a déclaré le délégué cubain. Il répondait à un texte qui exprimait sa profonde préoccupation «face à la grave situation des droits de l'homme, à la culture omniprésente de l'impunité et au manque de responsabilité pour les violations et abus des droits de l'homme» en Corée du Nord.

Le représentant de l’Iran a exprimé sa consternation qu ’« une fois de plus, les instruments internationaux aient été déformés pour être utilisés comme outils dans la poursuite des programmes politiques par certains États membres bien connus pour leurs efforts visant à saper le multilatéralisme. »

Il s'est plaint de discrimination et de «doubles poids».

À la fin du mois de décembre, l'Assemblée générale aura adopté 18 résolutions qui condamnent Israël, directement ou indirectement. Quinze ont déjà été votés, lors des votes les 2, 7, 10, 11 et 16. Trois votes sont encore à venir.

Les 15 votes ciblés sur Israël adoptés jusqu'à présent ont été adoptés à de grandes majorités, généralement avec 150 ou plus de «oui» à l'assemblée de 193 membres. (Le «meilleur» résultat pour Israël a été une résolution adoptée par 76 à 14, avec 83 abstentions.) Les États-Unis se sont joints à Israël en votant «non» dans les 15 votes, rejoints dans de nombreux cas par le Canada et l'Australie.

«Félicitations indues et fausses»

Commentant la résolution iranienne adoptée mercredi, le directeur exécutif de U.N. Watch, Hillel Neuer, a observé que même si le texte dénonce les violations des droits du régime, il offre également ce qu'il a appelé des «éloges indus et faux» dans un certain nombre de domaines.

Un paragraphe «salue les engagements pris par les autorités iraniennes en ce qui concerne l’amélioration de la situation des femmes», tandis qu’un autre salue la «réduction du nombre d’exécutions» par l’Iran, a-t-il noté.

Et un troisième «salue l'engagement» de l'Iran avec divers organes des droits de l'homme des Nations Unies – même si, a souligné Neuer, le régime a refusé l'entrée au Conseil des droits de l'homme nommé rapporteur spécial sur les droits de l'homme en Iran, "Pendant une décennie."

Neuer a déclaré que l'Assemblée générale avait maintenant achevé son examen annuel des situations propres à chaque pays, "sans adopter une seule résolution sur la violation flagrante et systématique des droits de l'homme par la Chine".

«En octobre, ce même corps absurdement a élu le régime communiste chinois au Conseil des droits de l’homme, à laquelle il rejoindra officiellement en tant que membre votant à compter du 1er janvier. »

Les 30 pays qui ont soutenu L'Iran lors du vote de mercredi étaient: Afghanistan, Arménie, Azerbaïdjan, Bélarus, Bolivie, Brunei, Burundi, Cambodge, Chine, Cuba, Érythrée, Inde, Indonésie, Iran, Iraq, Kazakhstan, Kirghizistan, Liban, Nicaragua, Corée du Nord, Oman, Pakistan, Philippines, Russie, Sri Lanka, Syrie, Ouzbékistan, Venezuela, Vietnam et Zimbabwe.

Les 13 soutenant le Régime d'Assad étaient: l'Algérie, la Biélorussie, le Burundi, la Chine, Cuba, l'Iran, le Nicaragua, la Corée du Nord, la Russie, la Syrie, l'Ouzbékistan, le Venezuela et le Zimbabwe.

Les 23 qui ont soutenu La Russie en Crimée étaient: Angola, Arménie, Bélarus, Birmanie, Burundi, Cambodge, Chine, Comores, Cuba, Érythrée, Inde, Iran, Kazakhstan, Kirghizistan, Nicaragua, Corée du Nord, Philippines, Russie, Serbie, Soudan, Syrie, Venezuela et Zimbabwe.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *