Le « Sommet pour la démocratie » de Biden snobe les principaux acteurs internationaux

L'administrateur de Biden passe au mandat de vax suspendu

Le président Joe Biden a suscité l'indignation internationale en snobant plusieurs grands pays lors d'un prochain "Sommet pour la démocratie", alors qu'il cherche à tracer une ligne entre ce que les États-Unis considèrent comme des démocraties et des "gouvernements autocratiques".

Le « Sommet pour la démocratie » doit se tenir en décembre, avec l'objectif affiché de réunir les dirigeants « s'attaquer aux plus grandes menaces auxquelles les démocraties sont confrontées aujourd'hui », mais la liste des invités a provoqué un contrecoup après que les États-Unis n'ont pas invité des pays comme la Russie et la Turquie.

La Chine était notamment absente des invités, tandis que le territoire contesté de Taïwan était invité à participer. Le ministère chinois des Affaires étrangères a fustigé les États-Unis pour cette décision, déclarant qu'il est « fermement opposé à l'invitation de Taïwan aux États-Unis » un événement.

Les tensions entre les deux parties au sujet de l'invitation au sommet surviennent quelques jours seulement après que le président Biden et le dirigeant chinois Xi Jinping ont débattu de la question de Taiwan lors d'une réunion bilatérale. À l'époque, Xi avait averti les États-Unis que la Chine serait forcée d'agir "si les forces séparatistes pour l'indépendance de Taiwan nous provoquent", tandis que l'Amérique a exprimé son attachement à la politique d'une seule Chine.

Lire la suite

L'administrateur de Biden passe au mandat de vax suspendu

Au Moyen-Orient, seuls Israël et l'Irak ont ​​reçu des invitations au sommet, tandis que les alliés des États-Unis, l'Égypte, la Jordanie, le Qatar, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont tous été exclus de la liste, risquant ainsi les relations américaines dans la région.

Les nations européennes n'étaient pas non plus à l'abri de la colère, car les États-Unis ont invité la Pologne, tout en excluant la Hongrie voisine et son leader de droite, le Premier ministre Viktor Orban. Le sommet américain sera le premier de deux événements, prétendant réunir les dirigeants démocrates pour « contrer l'autoritarisme, combattre la corruption et promouvoir le respect des droits humains ».

Le département d'État américain n'a pas encore répondu aux préoccupations concernant l'exclusion de nombreuses nations de l'événement.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.