Le président envisage de fermer « les portes de l'enfer »

RT

Le cratère de gaz brûlant dans le désert de Karakum a été l'une des principales attractions touristiques du pays

Le président turkmène Gurbanguly Berdymuhamedov a ordonné à son gouvernement de trouver un moyen d'éteindre un cratère de gaz aux allures apocalyptiques qui brûle dans le désert de Karakoum depuis 50 ans.

La « caractéristique » située près du village de Darvaza, à quelque 270 km d'Achgabat, la capitale du Turkménistan, est officiellement appelée « Le rayonnement de Karakoum », mais les habitants l'appellent généralement « Les portes de l'enfer ».

La fosse de 60 mètres de large est artificielle, formée à la suite d'un effondrement du sol lors de l'exploration du gaz en 1971. Elle a été délibérément incendiée par crainte que des gaz toxiques ne menacent les personnes et la faune de la région.

On s'attendait à ce qu'il s'éteigne rapidement, mais le cratère crache encore des flammes à ce jour, créant un phénomène effrayant mais vraiment pittoresque.

« La porte de l'enfer » est devenue l'un des monuments les plus connus de la nation d'Asie centrale à l'échelle internationale. Cependant, le tourisme n'a pas vraiment été en plein essor au Turkménistan, qui est visité par moins de 10 000 invités étrangers chaque année.

Cela a peut-être été une considération clé derrière la décision d'éteindre les flammes par l'extravagant président Berdymuhamedov, qui rappe, pilote des hélicoptères, dérive dans des voitures de course et aime montrer ses talents de tireur. Ces activités ont été ridiculisées à l'étranger.

Lors d'une réunion en ligne avec le gouvernement vendredi, il a fait valoir que le pays perdait de précieuses ressources naturelles, qui pourraient autrement être vendues à l'étranger et l'argent utilisé pour améliorer le bien-être des citoyens turkmènes. La combustion du gaz était également nocive pour les personnes et l'environnement, a ajouté le chef de l'Etat.

Berdymuhamedov a demandé au vice-Premier ministre en charge de l'industrie pétrolière et gazière d'organiser des discussions avec des scientifiques, y compris des experts étrangers, pour déterminer comment faire face aux flammes.

Cependant, il n'est pas clair si cela fermera enfin « Les portes de l'enfer », car le président a déjà émis une ordonnance similaire en 2010, mais cela n'a pas pu être exécuté.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.