Le Premier ministre canadien Justin Trudeau critique Biden pour la révocation du permis de pipeline Keystone

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau critique Biden pour la révocation du permis de pipeline Keystone

Le premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit «déçu» du décret du président Biden qui serait révoqué un permis de clé pour le pipeline Keystone XL.

Les commentaires de Trudeau interviennent alors que la société derrière la construction du pipeline a déclaré que les travaux sur le projet étaient suspendus.

«Bien que nous saluions l’engagement du président à lutter contre les changements climatiques, nous sommes déçus, mais reconnaissons la décision du président de tenir sa promesse électorale sur Keystone XL», a déclaré Trudeau.

Lors de son premier jour en fonction, Biden a signé une série de décrets exécutifs qui comprenaient la révocation de «permis signés au cours des 4 dernières années qui ne servent pas l'intérêt national américain, y compris la révocation du permis présidentiel accordé au pipeline Keystone XL».

Il est étrange que les préoccupations climatiques ne concernent que les pipelines qui ont obtenu des permis au cours des quatre dernières années.

Il est également assez impressionnant de voir comment Trudeau exprime sa déception, mais hausse les épaules parce que: «Eh bien, il l'a dit pendant la campagne, il doit donc le faire.»

Qu'est-il arrivé aux faits en premier et après la science?

EN RELATION: Earth To Joe Biden: l'annulation du pipeline Keystone XL est un cadeau pour la Chine et la Russie

Justin Trudeau contrarié que Biden ait tué le pipeline Keystone

Ce n’est pas seulement Justin Trudeau qui a un problème avec Biden qui tue le projet de pipeline Keystone.

Les officiels canadiens ont condamné la décision disant que l'annulation du projet nuirait aux deux pays et «affaiblirait la relation d'importance critique entre le Canada et les États-Unis et compromettrait la sécurité nationale des États-Unis».

Un rapport en 2017 par Véritable énergie claire a décrit le pipeline Keystone XL comme «vital» pour l'indépendance énergétique des États-Unis – ce qui a été réalisé pendant le remarquable premier mandat du président Trump.

La décision de Biden ramène le pays vers la dépendance des marchés énergétiques étrangers contrôlés par l'OPEP et d'autres cartels pétroliers.

EN RELATION: Joe Biden promet de vaincre la «suprématie blanche» et le «terrorisme domestique» lors du discours inaugural

Promesses faites, emplois perdus

Comme pour tout bon environnementaliste radical, le président Biden ne se soucie pas d'équilibrer le besoin d'emplois et d'indépendance énergétique avec les préoccupations environnementales, il veut juste un référendum sur la terre brûlée sur l'industrie des combustibles fossiles.

Malheureusement, cela se traduit par des pertes d'emplois.

Justin Trudeau comprend que l'annulation du permis du pipeline Keystone XL par Biden entraînera la perte de milliers d'emplois.

En tuant le projet, Biden éliminer environ 11 000 emplois aux États-Unis, dont 8 000 emplois syndiqués.

Et les syndicats en ont certainement pris note.

UNE déclaration par Mark McManus, président général de l'Association unie des plombiers et tuyauteurs de l'Union (UA), martèle le président Biden pour cette décision.

"En révoquant ce permis, l'administration Biden a choisi d'écouter les voix des militants marginaux au lieu des membres du syndicat et du consommateur américain le premier jour", a déclaré McManus.

«Malheureusement, l'administration Biden a maintenant mis des milliers de travailleurs syndiqués au chômage», a-t-il poursuivi. «Pour la famille américaine moyenne, cela signifie que les coûts énergétiques vont augmenter et que les communautés ne verront plus les investissements locaux qui accompagnent la construction de pipelines.»

Avec tout cela à l'esprit, le pipeline Keystone XL n'est pas la menace environnementale que les militants marginaux voudraient que vous croyiez.

Dans un déclaration le week-end dernier, TC Energy Corporation, la société pipelinière derrière Keystone XL, a déclaré qu'elle prévoyait d'atteindre «zéro émission nette dans l'ensemble des opérations du projet» en 2023 et «être entièrement alimentée par des sources d'énergie renouvelables» d'ici 2030.

Le premier jour de son mandat, le président Biden a tué des milliers d'emplois et une source d'énergie qui promettait d'être respectueuse de l'environnement. Brillant.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *