Le Havre: une femme violemment tabassée après avoir refusé de donner son numéro de téléphone

libre info france

Faits divers

URL courte

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/08/0c/1044240746_0:100:1920:1180_1200x675_80_0_0_34f36e61e5ff25467de301090e81edf8.jpg

Sputnik France

https://cdnfr2.img.sputniknews.com/i/logo.png

https://fr.sputniknews.com/faits_divers/202104041045436233-le-havre-une-femme-violemment-tabassee-apres-avoir-refuse-de-donner-son-numero-de-telephone/

Un jeune de 26 ans a été placé en garde à vue après avoir insulté et frappé une femme qui avait refusé de lui donner son numéro de téléphone, rapporte 76Actu. Les blessures de la victime lui ont valu sept jours d’ITT.

Mardi 30 mars, une jeune femme de 20 ans s’est fait aborder par un homme de 26 ans à proximité d’un arrêt de tram à la place Jenner au Havre (Seine-Maritime). Ce dernier lui a demandé son numéro de téléphone. Face à son refus, il l’a insultée et lui a assené plusieurs coups, indique le site 76Actu.

La victime est parvenue à le repousser et s’est rendue au commissariat du quartier de Caucriauville. Les agents de la BAC sont rapidement intervenus et ont retrouvé l’agresseur. Les deux se connaissaient, puisqu’il l’avait déjà harcelée auparavant.

Elle s’est vu octroyer sept jours d’incapacité totale de travail (ITT), ce qui devrait valoir au jeune homme 1.500 euros d’amende pour coups et blessures. Il a été placé en garde à vue et a reconnu avoir donné «deux claques» à sa victime, niant le reste des faits. Il a reçu une convocation par officier de police judiciaire (COPJ) et sera jugé au mois de mai.

Meurtre sur conjoint

Dans la même semaine, au Havre, un quadragénaire syrien a été mis en examen, accusé d’avoir tué sa femme de même nationalité et âgée d’une trentaine d’années. Les faits se sont produits lorsque leurs cinq enfants se trouvaient à l’école. L’homme l’aurait «frappée de plusieurs coups de couteau», d’après le procureur de la République du Havre à l’AFP.

Alors que l’égalité hommes-femmes reste la «grande cause du quinquennat» d’Emmanuel Macron, les violences à l’égard des femmes ont continué de grimper, avec par exemple une hausse de 16% des violences conjugales en 2019. Cette année-là, 146 femmes sont décédées des mains de leur partenaire. Par ailleurs, 99% des femmes ont affirmé avoir été victimes d’actes ou de comportements sexistes.

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.