Le gouverneur du Montana, Greg Gianforte, signe 3 projets de loi pro-vie

Le gouverneur républicain du Montana, Greg Gianforte. (Getty Images)

Le gouverneur républicain du Montana, Greg Gianforte. (Getty Images)

(Nouvelles CNS) – Le gouverneur républicain du Montana, Greg Gianforte, a signé lundi trois projets de loi pro-vie, offrant une plus grande protection aux enfants à naître et à leurs mères.

«La vie est précieuse et doit être protégée», a déclaré le gouverneur Gianforte dans un tweet du 26 avril. "Aujourd'hui, j'ai fièrement signé des projets de loi pour protéger la vie de nos plus vulnérables, les enfants à naître."

Projet de loi n ° 136, le Montana Loi sur la protection des enfants à naître capables de lutter contre la douleur, interdirait les avortements après 20 semaines.

"Une personne ne peut pratiquer ou tenter de pratiquer l'avortement d'un enfant à naître capable de ressentir de la douleur à moins qu'il ne soit nécessaire de prévenir un risque grave pour la santé de la mère de l'enfant à naître", lit-on dans la nouvelle loi.

"(Un) enfant à naître est capable de ressentir de la douleur lorsqu'elle a été déterminée par le médecin pratiquant ou tentant l'avortement ou par un autre médecin sur la détermination duquel le médecin se fonde sur le fait que l'âge gestationnel probable de l'enfant à naître est de 20 ans ou plus de semaines », déclare la loi.

En autre facture (HB 140), maintenant la loi, il exige «qu'une femme enceinte ait la possibilité de voir une échographie active et des images échographiques et d'écouter le ton du cœur fœtal d'un enfant à naître avant de subir un avortement».

(Capture d'écran)

(Capture d'écran)

La troisième nouvelle loi est la Montana Abortion-Inducing Drug Risk Protocol Act. Cette loi établit essentiellement de nouvelles réglementations sur la délivrance de médicaments provoquant l'avortement. Par exemple, il oblige un médecin à examiner «une femme avant de dispenser un médicament provoquant l'avortement afin de confirmer l'âge gestationnel de l'enfant à naître».

Il exige également "qu'une femme qui envisage un avortement chimique reçoive des informations complètes sur les médicaments provoquant l'avortement, y compris le potentiel d'inverser les effets des médicaments …"

La loi interdit la distribution de médicaments provoquant l’avortement par la poste ou par coursier. De plus, «Un médicament provoquant l'avortement ne peut pas être fourni dans un établissement scolaire élémentaire, secondaire ou postsecondaire ou sur le terrain de l'école», lit-on dans la loi.

"C’est un jour prometteur, un jour qui restera dans l’histoire de notre État alors que nous défendons la vie", a déclaré le gouverneur lundi. "Aujourd'hui, nous prenons des mesures pour protéger les plus vulnérables d'entre nous, les enfants à naître. Nous célébrons la vie."

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.