Le géant du logiciel SAP accepte de payer 8 millions de dollars de pénalités aux États-Unis car il admet avoir enfreint les lois avec les exportations iraniennes

Le géant du logiciel SAP accepte de payer 8 millions de dollars de pénalités aux États-Unis car il admet avoir enfreint les lois avec les exportations iraniennes

La multinationale allemande de logiciels SAP a accepté de payer plus de 8 millions de dollars de pénalités dans le cadre d'un accord visant à régler les plaintes pour violation de la loi fédérale américaine en exportant des milliers de produits vers l'Iran, a déclaré le ministère américain de la Justice.

Les procureurs fédéraux ont accepté de ne pas porter plainte contre la société mondiale dans le cadre de son accord avec les départements américains de la justice, du Trésor et du commerce.

Le ministère de la Justice (DOJ) a déclaré dans un déclaration jeudi que l'accord conclu avec la société mondiale de logiciels est le premier du genre.

SAP, dont le siège social est situé dans la ville allemande de Walldorf, a admis avoir violé les lois sur les exportations et les sanctions américaines liées à l'Iran, et a accepté d'aider les autorités américaines dans leurs enquêtes.

Les procureurs allèguent que la société a exporté illégalement des milliers de logiciels vers des entreprises iraniennes pendant au moins sept ans.

Selon les responsables du DOJ, en vertu de la loi américaine sur les pratiques de corruption à l'étranger, les entreprises peuvent bénéficier d'accords d'auto-divulgation s'ils font divulgations avant le "menace imminente de divulgation ou d'enquête gouvernementale".

John Demers, procureur général adjoint à la Division de la sécurité nationale du MJ, a déclaré la situation "aurait pu être bien pire" pour SAP s'il n'avait pas admis les exportations illégales. "Nous espérons que d'autres entreprises, logiciels ou autres, tiendront compte de cette leçon", il a déclaré aux journalistes jeudi.

SÈVE mentionné dans une déclaration il "accueilli" la conclusion des enquêtes américaines et qu'il "accepte l'entière responsabilité de la conduite passée."

Ce n'est pas la première fois que la société paie des sanctions financières aux autorités américaines en relation avec ses activités commerciales à l'étranger. En 2016, le géant du logiciel convenu de renoncer à 3,7 millions de dollars de bénéfices de vente après qu'une enquête de la Securities and Exchange Commission des États-Unis a révélé qu'un cadre de SAP avait versé 145 000 dollars de pots-de-vin à un haut fonctionnaire du gouvernement panaméen.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.