Le FM israélien exhorte les États-Unis à appliquer les lois anti-BDS après que Ben & Jerry's ait interdit les ventes dans les territoires contestés

Ben & Jerry's annonce qu'il cessera de vendre ses glaces dans le

Ben & Jerry's a annoncé qu'il cesserait de vendre ses glaces dans les "territoires palestiniens occupés". (Photo de Robert Alexander/Getty Images)

(CNSNews.com) – Israël a répondu froidement à l'annonce de Ben & Jerry lundi qu'il cesserait de vendre ses glaces dans les territoires contestés, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid faisant appel aux États américains qui ont adopté des mesures anti-BDS pour les faire appliquer contre le "progressive« Entreprise basée au Vermont.

« La décision de Ben & Jerry représente une reddition honteuse à l’antisémitisme, au BDS et à tout ce qui ne va pas dans le discours anti-israélien et anti-juif », a tweeté Lapid, faisant référence au mouvement anti-israélien de boycott, de désinvestissement et de sanction.

« Plus de 30 États des États-Unis ont adopté une législation anti-BDS ces dernières années. Je prévois de demander à chacun d'eux d'appliquer ces lois contre Ben & Jerry's », a-t-il ajouté. « Ils ne traiteront pas l'État d'Israël comme ça sans réponse. »

« Maintenant, nous, Israéliens, savons quelle crème glacée NE PAS acheter », a tweeté l'ancien Premier ministre Binyamin Netanuyahu.

Ben & Jerry's a déclaré dans un communiqué qu'il estimait que vendre ses glaces dans "le territoire palestinien occupé" était incompatible avec ses valeurs.

"Nous entendons et reconnaissons également les préoccupations partagées avec nous par nos fans et partenaires de confiance."

La société a déclaré avoir informé son titulaire de licence qui fabrique la crème glacée en Israël et la distribue dans la région « que nous ne renouvellerons pas l'accord de licence lorsqu'il expirera à la fin de l'année prochaine.

« Bien que Ben & Jerry’s ne soit plus vendu dans les territoires palestiniens occupés, nous resterons en Israël selon un arrangement différent », a-t-il déclaré. « Nous partagerons une mise à jour à ce sujet dès que nous serons prêts. »

Les militants anti-israéliens ont longtemps plaint à propos de la crème glacée Ben & Jerry's vendue dans les communautés israéliennes situées dans des zones où les Palestiniens veulent créer un État indépendant.

Certains partisans du BDS ont applaudi l'annonce de lundi.

« Nous nous félicitons de la décision de Ben & Jerry de cesser de faire des affaires dans ce qui est internationalement reconnu comme un territoire illégalement occupé », a déclaré Ibrahim Hooper, directeur national des communications du Council on American-Islamic Relations (CAIR).

« Les entreprises américaines ne devraient pas soutenir les violations israéliennes des droits humains et la violation du droit international. »

Si ce n'est pas maintenant, un groupe d'activistes juifs de gauche travaillant pour mettre fin au soutien juif américain au contrôle israélien sur le territoire revendiqué par les Palestiniens, a qualifié la décision de "victoire importante pour le mouvement pour la liberté palestinienne".

Certains démocrates de la Chambre soutenant le BDS ont également célébré.

"Je sais où je trouve ma glace aujourd'hui", a tweeté la représentante Cori Bush (D-Mo.) alors qu'elle retweetait un article de Ben & Jerry's annonçant la décision. « Qui vient avec ? »

La représentante Rashida Tlaib (D-Mich.) a répondu avec un emoji main levée.

Cependant, certains partisans du BDS se sont plaints que Ben & Jerry's ne retirait pas complètement ses produits d'Israël.

« Tout Israël est la Palestine occupée », lit-on dans un tweet typique répondant à cette partie de la déclaration.

Attirant l'attention sur cette pensée, StopAntisemitism.org, qui fait partie d'une fondation à but non lucratif qui travaille à dénoncer l'antisémitisme « quelle qu'en soit la source », a répondu à l'annonce en disant : « Ben and Jerry's ne réalise pas que BDS désigne TOUT Israël comme occupé Territoire Palestinien. Pensent-ils honnêtement qu'apaiser ces fanatiques aidera quelque chose ? Honteux."

Le mouvement BDS a longtemps attiré une forte opposition bipartite au Congrès américain – malgré l'émergence ces dernières années de partisans démocrates progressistes du BDS, notamment Buisson, Tlaib et la représentante Ilhan Omar (D-Minn.)

En 2019, Tlaib, Omar et leur collègue membre de « Squad », la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, ont tous voté contre une mesure anti-BDS qui a été adoptée avec une large majorité bipartite.

Les dirigeants démocrates, dont la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, se sont officiellement opposés au mouvement BDS et au 2020 du parti. Plate-forme l'a fait aussi, déclarant : « Nous nous opposons à tout effort visant à singulariser et à délégitimer injustement Israël, y compris aux Nations Unies ou par le biais du mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions, tout en protégeant le droit constitutionnel de nos citoyens à la liberté d'expression ».

Les critiques soutiennent que le BDS est intrinsèquement antisémite, car il ne cible que l'État juif et aucune des nombreuses autres nations du monde où existent des différends territoriaux.

Comme Lapid l'a noté dans son tweet, 35 états aux États-Unis ont adopté une législation ou adopté des mesures exécutives visant à décourager le BDS, avec le premier du genre promulguée par le gouverneur de la Caroline du Sud Nikki Haley en juin 2015.

Ben & Jerry's a été racheté par le conglomérat de biens de consommation Unilever en 2000. Dans un communiqué publié lundi, Unilever a déclaré : « Dans le cadre de l'accord d'acquisition, nous avons toujours reconnu le droit de la marque et de son conseil d'administration indépendant de prendre des décisions concernant sa mission sociale. . "

Il a déclaré qu'Unilever restait "pleinement attaché à notre présence en Israël, où nous avons investi dans nos employés, nos marques et notre entreprise depuis plusieurs décennies" et a salué la décision de Ben & Jerry de "rester en Israël".

NBC News a fait état d'une apparente affrontement entre Unilever et le conseil d'administration de Ben & Jerry's sur le traitement de l'annonce de lundi.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.