Le fait de faire taire le président Trump par Big Tech est une lâcheté morale, et tout au sujet de la poursuite opportuniste du pouvoir et du profit

Bienvenue au concours Big Tech, où les pillards BLM remportent des prix corporatifs et les émeutiers de Capitol Hill prennent le dessus!

Les titans milliardaires des réseaux sociaux de la Silicon Valley n'ont pas de principes – leurs actions consistent à protéger et à entretenir leurs entreprises rapaces et à détruire leurs concurrents. Nous sommes aux prises avec des autoritaires monopolistiques.

L'annulation du président Donald Trump par les plateformes de médias sociaux montre que les milliardaires non élus de Californie jalonnent désormais leurs futurs bénéfices sur la censure réveillée.

S'il y a une vérité sur le fait que le président a été débranché, c'est que dans un peu plus d'une semaine, il n'aura plus de pouvoir, mais les plateformes de médias sociaux de la Silicon Valley ne le seront pas. Cela devrait être un motif de réflexion et de réflexion profonde, pas de célébration.

Le comportement des géants de la Big Tech doit être expliqué car il révèle qu'il n'y a pas de fin à laquelle leur lâcheté morale et leur opportunisme les mèneront au 21ème siècle. Le pragmatisme égoïste pour augmenter leur rentabilité plutôt que tout engagement à faire respecter les normes morales ou démocratiques est au cœur de ce qui s'est passé.

Pourquoi agir maintenant? Les directeurs généraux de Twitter et Facebook, Jack Dorsey et Mark Zuckerberg, sont sous pression depuis des années pour contrôler leurs plateformes, en particulier pour freiner Trump et ses partisans, auxquels ils ont constamment résisté. Leur défense de Trump n'avait pas grand-chose à voir avec la liberté d'expression ou la défense de la démocratie américaine. Les 88 millions d'abonnés de Trump sur Twitter et 35 millions sur Facebook ont ​​été une force clé pour générer du trafic et donc des données sur leurs plateformes dont ils ont énormément profité. Tirer la prise sur Trump aura sans aucun doute un impact sur des millions de personnes et conduira à des boycotts.

Lire la suite

Bienvenue au concours Big Tech, où les pillards BLM remportent des prix corporatifs et les émeutiers de Capitol Hill prennent le dessus!

Cependant, trois éléments interdépendants ont convergé, ce qui a incité les Maîtres de l'univers de la Silicon Valley à agir d'une manière qui pourrait à première vue être contraire à leurs intérêts personnels.

Le premier a été l'élection de Joe Biden. Une administration réveillée annonce l'institutionnalisation d'une culture d'annulation à Washington, ce avec quoi les titans de la Big Tech sont idéologiquement d'accord. Tant leur public déclarations et leurs millions de dollars des dons au Parti démocrate lors des élections le démontrent clairement.

Le second découle des conséquences des cultures éveillées internes qu'ils ont cultivées dans le cadre du nouvel anti-populisme élitiste. Alors que la pression monte sur les «fausses nouvelles» et les demandes croissantes de discours plus réglementés, ces entreprises sont confrontées à une pression interne croissante pour agir. Et ce qui s'est passé la semaine dernière, c'est la paille qui a brisé le dos du chameau: Twitter employés a appelé à une interdiction permanente de Trump, menaçant une révolte des travailleurs qui pourrait nuire à la capacité de ces monopoles à attirer des talents à l'avenir. Ceci, par-dessus tout, leur a forcé la main.

L'évolution de ce voyage culturel et politique a permis le troisième développement, qui est la direction du voyage pour l'avenir. En agissant maintenant, en faisant taire un président élu, les barons de la Big Tech croient qu'ils peuvent éviter davantage de réglementation et d'attention antitrust, car ils jouent devant un public réceptif à Washington et en interne. Prenez l'initiative de parer à la menace de tsunami réglementaire au col.

Il n'y a pas de principes impliqués ici, seulement la poursuite opportuniste et pragmatique du pouvoir et du profit.

Comme ils ont été moralement en faillite et lâches. Pendant des années, ils ont défendu le droit de Trump de crier dans le domaine public, uniquement parce que cela leur faisait des profits. Engagement pour la liberté d'expression ou les libertés démocratiques? Oublie. Leur comportement autoritaire et le fait de couper les concurrents aux genoux, en les rejetant de leurs systèmes d'exploitation, démontrent un engagement uniquement envers leurs intérêts monopolistiques étroits.

Ainsi, dans le nouveau monde «courageux» de Biden, et moins de deux semaines avant que Trump ne perde le pouvoir, ils calculent qu'ils peuvent exercer les leurs pour servir leurs intérêts personnels rapaces. Ils croient évidemment que ce qu'ils pourraient perdre à court terme – les partisans de Trump et d'autres populistes dans le monde – sera plus que compensé par les récompenses qu'ils attendent de Washington en échange de leur volonté de devenir le Big Brother inexplicable du 21e siècle.

C'est un dangereux précédent, pas seulement pour l'avenir de la liberté. Si j'étais actionnaire de ces sociétés, je serais sérieusement préoccupé par ce comportement. Non redevables à eux-mêmes, leur politisation de la rentabilité est une folie à laquelle seuls les monopoleurs peuvent se livrer.

La nécessité garantira que quelque chose de nouveau émergera pour rivaliser. Les médias sociaux ne sont qu'une partie d'Internet. En tant que plate-forme de communication ouverte, il est naïf à l'extrême de penser que ce que nous avons maintenant est tout ce que nous obtiendrons. Faire taire les gens ne les prive pas de la capacité de penser ou d'agir.

Mais ce qu'il a révélé, c'est que l'autoritarisme monopolistique a besoin d'un contrepoint moral et d'une refonte – autant que l'internet lui-même.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Les déclarations, opinions et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l'auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *