Le disque dur de Lois Lerner a été "rayé" puis "déchiqueté"

information exclusive / Libre Info

Le disque dur de l'ancien fonctionnaire de l'IRS, Lois Lerner, était « rayé » et les données qu'il contenait étaient toujours récupérables. Mais l'IRS n'a pas essayé de récupérer les données du disque dur de Lerner, malgré les recommandations des experts informatiques internes de l'IRS d'externaliser le projet de récupération.

Le disque dur a ensuite été "déchiqueté", selon un tribunal qui a déposé l'IRS auprès des enquêteurs du House Ways and Means Committee.

L'IRS affirme avoir perdu les e-mails de Lerner de 2009 à 2011, y compris les e-mails à destination et en provenance de la Maison Blanche, lorsque son ordinateur s'est écrasé au milieu du programme de ciblage conservateur de l'agence. L'IRS a également revendiqué dans une interview transcrite que de nombreux autres employés de l'IRS qui travaillaient sous Lerner dans son département de Washington, D.C. et sa filiale basée à Cincinnati ont également connu des pannes informatiques qui ont supprimé leurs e-mails, portant le nombre total de victimes d'accidents à « moins de 20 ». (EN RELATION: Rencontrez les 7 premiers employés de l'IRS dont les ordinateurs sont tombés en panne)

Les responsables de l'IRS essayant de mener des enquêtes sur le scandale de l'IRS ont appris pour la première fois le 2 février 2014 que de nombreux e-mails de Lerner étaient manquants, selon un nouveau témoignage transcrit, et ont confirmé que son ordinateur s'était écrasé deux jours plus tard. Mais le commissaire de l'IRS, John Koskinen, n'a pas divulgué le crash informatique de Lerner lors d'une audience de surveillance de la Chambre le mois suivant. (EN RELATION : Paul Ryan passe à la balistique sur le commissaire de l'IRS à cause des e-mails perdus : « Je ne vous crois pas »)

On ne sait pas si l'égratignure était délibérée ou accidentelle, ont noté les enquêteurs. Les leurs a annulé son contrat avec sa société d'archivage d'e-mails basée en Californie, Sonasoft, le 8 septembre 2011, deux mois seulement après le crash informatique de Lerner, alors que l'agence possédait toujours une bande de sauvegarde de six mois des e-mails de Lerner, qu'elle n'a pas vérifiée. La Federal Records Act obligeait l'IRS à conserver les e-mails de Lerner. Les systèmes de stockage de données informatiques, quant à eux, ont été « retraité » prématurément au siège de l'IRS IT dans la banlieue du Maryland. (Contrat annulé par l'IRS avec une entreprise de stockage d'e-mails quelques semaines après le crash informatique de Lerner)

"Il est incroyable que nous ne puissions pas obtenir une réponse simple et directe de l'IRS à propos de ce disque dur", a déclaré Dave Camp, président du comité des voies et moyens. « Le comité a été informé qu'aucune donnée n'était récupérable et que le disque physique a été recyclé et potentiellement déchiqueté. Apprendre maintenant que le disque dur n'était que rayé, alors que l'IRS a refusé d'utiliser des experts extérieurs pour récupérer les données, soulève davantage de questions sur les éventuels actes criminels de l'IRS.

Camp a juré que ses enquêteurs n'arrêteraient pas de travailler jusqu'à ce que « nous trouvions toute la vérité ». Le commissaire de l'IRS Koskinen, quant à lui, témoigne à nouveau mercredi devant le sous-comité d'enquête du comité de surveillance à 10 heures dans le Rayburn Building à Capitol Hill.

Il y a peut-être une chance que cette nouvelle preuve de destruction de dossiers incite les journalistes grand public à poser des questions difficiles au secrétaire de presse de la Maison Blanche, Josh Earnest, lors de la prochaine conférence de presse.

Après qu'il a été révélé le 29 septembre 1973 que la secrétaire du président Richard Nixon, Rose Mary Woods, avait supprimé « accidentellement » dix-huit minutes et demie d'une cassette de la Maison Blanche de juin 1972, la presse était assez critique à l'égard du président républicain empêtré dans le Watergate.

Voici un extrait de la conférence de presse de Nixon du 26 octobre 1973 après la révélation de l'écart (et non, nous n'avons jamais vu ce genre d'atmosphère fébrile dans une conférence de presse à la Maison Blanche auparavant. Nous envoyé un stagiaire du lycée là-bas une fois et ils ont écrit sur notre irrégularité dans le Huffington Post):

REGARDEZ:

Suivez Patrick sur Twitter

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.