Le conseil d'administration du FMI soutient son directeur général malgré les allégations de partialité en faveur de la Chine

Le conseil d'administration du FMI soutient son directeur général malgré les allégations de partialité en faveur de la Chine

Le Fonds monétaire international a décidé de garder Kristalina Georgieva comme directrice générale, exprimant sa pleine confiance en son leadership, malgré les accusations selon lesquelles elle aurait modifié les données en faveur de la Chine pendant son séjour à la Banque mondiale.

Georgieva avait occupé le poste de directrice générale du Groupe de la Banque mondiale pendant deux ans avant d'être nommée à la tête du FMI en octobre 2019. L'économiste bulgare est la première personne d'un pays en développement à diriger l'institution.

Lundi, les 24 membres du conseil d'administration du Fonds représentant les 190 États membres ont tenu une réunion pour examiner les allégations selon lesquelles Georgieva aurait fait pression sur le personnel de la Banque mondiale pour influencer un rapport en faveur de la Chine.

« Après avoir examiné toutes les preuves présentées, le Directoire réaffirme sa pleine confiance dans le leadership et la capacité de la Directrice générale à continuer à s'acquitter efficacement de ses fonctions » a déclaré le FMI dans un communiqué à la suite de l'examen de l'enquête menée par le cabinet d'avocats WilmerHale.

Georgieva a fait l'objet d'une enquête sur des accusations d'implication directe dans les efforts visant à améliorer le classement de la Chine dans le rapport Doing Business, une offre phare de la recherche annuelle de la Banque mondiale évaluant à quel point une nation est favorable aux activités commerciales. Georgieva avait nié les allégations.

L'économiste a salué l'approbation du conseil dans une déclaration distincte, soulignant que l'épisode avec les allégations était difficile pour elle personnellement.

« Je tiens à exprimer mon soutien indéfectible à l'indépendance et à l'intégrité d'institutions telles que la Banque mondiale et le FMI ; et mon respect pour tous ceux qui se sont engagés à protéger les valeurs sur lesquelles ces organisations sont fondées », dit Georgieva.

Pour plus d'histoires sur l'économie et la finance, visitez La section affaires de RT

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.