Le chef de l'Administration de la sécurité sociale nommé par Trump promet de riposter après que Biden l'aura licencié

Le chef de l'Administration de la sécurité sociale nommé par Trump promet de riposter après que Biden l'aura licencié

Andrew Saul, le commissaire de l'Administration de la sécurité sociale qui a été limogé par le président Joe Biden vendredi, a juré de lutter contre son licenciement, affirmant que Biden n'avait pas l'autorité suffisante pour le licencier.

Que s'est-il passé?

Biden a licencié Saul, qui a été nommé en 2019 par le président de l'époque, Donald Trump, après avoir refusé de démissionner. L'adjoint de Saul, cependant, David Black, un autre nommé par Trump, a démissionné sur demande.

Saul était auparavant chargé d'aider à diriger le gouvernement tout en Le cabinet de Biden a terminé le processus de confirmation du Sénat.

Les démocrates et les défenseurs des personnes handicapées avaient fait pression sur Biden pour qu'il limoge Saul. Les démocrates auraient été en colère contre les idées antisyndicales de Saul, tandis que les défenseurs des personnes handicapées ont reproché à Saul d'avoir prétendument retardé les paiements de chèques de relance liés à COVID aux bénéficiaires d'invalidité de la sécurité sociale.

La Maison Blanche, en fait, a affirmé que Saul avait « sapé et politisé » les aspects de l'ASS :

Depuis son entrée en fonction, le commissaire Saul a sapé et politisé les prestations d'invalidité de la sécurité sociale, a mis fin à la politique de télétravail de l'agence qui était utilisée par jusqu'à 25% de la main-d'œuvre de l'agence, n'a pas réparé les relations de la SSA avec les syndicats d'employés fédéraux concernés, y compris dans le contexte de COVID-19 planification de la sécurité sur le lieu de travail, réduction des protections de la procédure régulière pour les audiences d'appel sur les avantages sociaux et prise d'autres mesures qui vont à l'encontre de la mission de l'agence et du programme politique du président.

Quelle a été la réponse de Saül ?

Saül a déclaré au Washington Post que il envisage de contester son éviction, révélant son intention de retourner au travail lundi matin en se connectant à distance depuis son domicile à New York.

Qualifiant son licenciement de "massacre du vendredi soir", Saul a déclaré: "Je me considère comme le commissaire de la sécurité sociale à durée déterminée".

Et Saul a raison, selon le Post, "En tant que chef d'une agence indépendante dont la direction ne change normalement pas avec une nouvelle administration, le mandat de six ans de Saul était censé durer jusqu'en janvier 2025".

Saul a expliqué qu'il ne savait pas que la Maison Blanche avait hâte de le licencier et n'a appris la demande de Biden que vendredi matin lorsqu'il a reçu un e-mail du bureau du personnel de la Maison Blanche.

"C'était la première fois que moi ou mon adjoint savions que cela allait arriver", a déclaré Saul au Post. "C'était un éclair auquel personne ne s'attendait. Et en ce moment, cela a laissé l'agence dans la tourmente complète."

L'éviction est-elle légale ?

La Maison Blanche a affirmé que le licenciement de Saul était légal, citant une récente décision de la Cour suprême qui a permis à Biden de révoquer Mark Calabria, un autre nommé par Trump, en tant que directeur de l'Agence fédérale de financement du logement.

Politique signalé, "Le bureau du conseiller juridique du ministère de la Justice a approuvé la décision de Biden, concluant que deux décisions récentes de la Cour suprême, y compris sur la Calabre, indiquent que les efforts du Congrès pour limiter le pouvoir de révocation du président sur le commissaire à la sécurité sociale sont inconstitutionnels. Dans un autre cas l'année dernière, le tribunal a statué que le Congrès ne pouvait pas limiter le pouvoir du président de révoquer le chef du Bureau de la protection financière des consommateurs. »

.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.