Le chef de la santé norvégien réprimandé pour avoir déclaré que la pandémie de COVID-19 était «presque terminée»

Le chef de la santé norvégien réprimandé pour avoir déclaré que la pandémie de COVID-19 était «presque terminée»

Un professionnel de la santé publique norvégien a reçu une réaction officielle massive après avoir suggéré que la pandémie de COVID-19 était «presque terminée» à en juger par le nombre de cas en chute libre dans le pays.

Le médecin-chef de l'Institut norvégien de santé publique, Preben Aavistland, a tweeté un graphique montrant une baisse rapide des admissions à l'hôpital avec les mots : "Eh bien, voilà la pandémie".

Aavistland a ensuite commis l'erreur fatale d'être optimiste quant à la fin de la pandémie lorsqu'il s'est adressé à un journal, affirmant que les choses "allaient très bien" et que la Norvège était "dans le sprint final" contre la pandémie.

«Ici en Norvège, la pandémie est presque terminée. Nous pouvons commencer à nous préparer à une vie quotidienne où la couronne a très peu de place dans nos vies », a déclaré Aavitsland à Verdens Gang.

Le médecin a également comparé la situation à un feu de forêt où il ne restait que très peu de poches de flammes à éteindre.

"Très peu sont hospitalisés et seuls plusieurs milliers de cas d'infection sont découverts chaque semaine", a-t-il déclaré. « Les chiffres diminuent rapidement en même temps que de plus en plus de personnes se font vacciner. Nous verrons quelques petites épidémies ici et là, mais nous savons comment les arrêter dans les trois à quatre semaines. »

Pour le péché d'être optimiste, Aavistland a été verbalement crucifié par le gouvernement et l'establishment médical.

Mads Gilbert, chef du service de médecine d'urgence de l'hôpital universitaire de Norvège du Nord, a accusé Aavistland de « saboter » la lutte contre la pandémie.

« Les conflits de rôles de haut niveau sont très destructeurs. Elle suscite l'incertitude, l'ambiguïté et la confusion. Il doit être extrêmement frustrant pour les équipes de santé locales qui travaillent dur d'obtenir ce type de double communication de la part de la haute direction nationale », a déclaré Gilbert à NRK.

Espen Rostrup Nakstad, directeur adjoint de la santé à la Direction norvégienne de la santé et des affaires sociales, a déclaré qu'il n'y avait "aucune raison de se réjouir" en raison de l'existence de variantes et du fait que tout le monde n'a pas encore été vacciné.

Le Premier ministre Erna Solberg a également affirmé que les gens devraient continuer à se conformer à ce que les autorités leur ordonnent de faire.

« Il est important de ne pas se réjouir à l'avance. Les gens peuvent commencer à penser qu'ils n'ont pas besoin d'être vaccinés, ou que nous arrêtons de faire comme le font les autorités », a-t-elle déclaré.

Frode Forland, directeur du contrôle des infections à l'Institut national de la santé publique, a déclaré que les Norvégiens ne pouvaient commencer à penser au retour à la normale qu'après la fin de l'été.

Le contrecoup qu'Aavistland a reçu souligne encore une fois comment les élites scientifiques et gouvernementales ne veulent littéralement jamais que la pandémie se termine parce qu'elle les a enrichis de tant de pouvoir.

Maintenant que le précédent a été créé en termes de réaction timide du public, attendez-vous à ce que les autorités réimposent des verrouillages progressifs à la baisse d'un chapeau en désignant simplement de nouvelles variantes de COVID-19 ou de nouveaux virus entièrement.

———————————————————————————————————————

ALERTE!

À l'ère de la censure de masse de la Silicon Valley Il est crucial que nous restions en contact.

J'ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ici.

Soutenir mon parrain – Turbo-Force – un boost suralimenté d'énergie propre sans la descente.

Aussi, j'ai urgemment besoin de votre soutien financier ici.

———————————————————————————————————————

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.