Le CAIR et le représentant Omar font pression sur Biden pour qu'il nomme un émissaire pour l'« islamophobie »

La représentante Ilhan Omar (D-Minn.) (Photo de Brendan Smialowski/AFP/Getty Images)

La représentante Ilhan Omar (D-Minn.) (Photo de Brendan Smialowski/AFP/Getty Images)

(CNSNews.com) – Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a déclaré qu'il appelait le gouvernement à nommer un envoyé spécial pour surveiller et combattre "l'islamophobie" depuis deux décennies, mais avec le président Biden en poste et des législateurs dirigés par Rep Ilhan Omar (D-Minn.) faisant la promotion de la question, il espère du succès.

Omar et le représentant Jan Schakowsky (D-Ill.) ont envoyé mercredi une lettre au secrétaire d'État Antony Blinken, l'exhortant à créer un envoyé spécial et lui demandant d'« inclure spécifiquement la violence antimusulmane en soi » dans le rapport du département d'État. prochain rapport annuel sur les droits de l'homme.

Ils ont rejoint plusieurs collègues démocrates et le directeur exécutif national du CAIR, Nihad Awad, lors d'une conférence de presse à Capitol Hill mercredi pour annoncer l'initiative.

Omar a donné quelques exemples de comportements auxquels elle a été confrontée, allant du chewing-gum collé sur son hijab à l'école aux insultes téléphoniques et aux menaces reçues par son bureau au Congrès.

"Je ressens donc cette douleur à un niveau profondément personnel", a-t-elle déclaré. « Mais je sais que la discrimination que subissent de nombreux musulmans n'est pas unique aux États-Unis. C'est un phénomène mondial. »

Omar s'est référé à un expert des droits de l'homme de l'ONU témoignage au Conseil des droits de l'homme plus tôt cette année, à l'effet que « la suspicion institutionnelle à l'égard des musulmans et de ceux qui sont perçus comme musulmans a pris des proportions épidémiques ».

« Heureusement, nous avons une administration qui prend ce problème au sérieux. Le président Biden a annulé l'interdiction odieuse des musulmans dès le premier jour et a clairement indiqué que les musulmans faisaient partie du tissu de ce pays », a-t-elle déclaré. « Mais il faut aller plus loin.

« C’est pour cette raison que nous appelons le Département d’État à créer un envoyé spécial pour lutter contre l’islamophobie et à inclure la violence islamophobe parrainée par l’État et l’impunité pour la violence islamophobe dans le rapport annuel sur les droits humains de l’année prochaine. »

Omar a déclaré qu'elle présenterait également une législation qui donnerait à l'envoyé envisagé "la force de loi".

Le CAIR, qui se décrit comme le plus grand groupe de défense des droits civiques et de défense des musulmans du pays, a publié un rapport sur les « incidents de préjugés anti-musulmans » enregistrés au cours du premier semestre 2021.

Il s'agit notamment d'incidents visant des mosquées, d'intimidation à l'école, de discrimination, de discours de haine et d'agressions physiques. Le CAIR a déclaré avoir documenté une augmentation des incidents « pendant la guerre israélienne contre Gaza en mai ».

Nihad Awad, directeur exécutif du Conseil des relations américano-islamiques. (Photo de Saul Loeb/AFP via Getty Images)

Nihad Awad, directeur exécutif du Conseil des relations américano-islamiques. (Photo de Saul Loeb/AFP via Getty Images)

"Nous demandons la création de ce bureau (d'envoyé spécial) depuis 20 ans", a déclaré Awad lors de la conférence de presse. "Nous avons demandé à l'administration Bush de le faire."

"Je suis si heureux et j'espère que cela pourrait se produire, sous la direction de Joe Biden, et avec les efforts et le soutien de membres du Congrès comme ceux que nous avons ici."

L'Omar Schakowsky lettre à Blinken, signé par 23 autres démocrates de la Chambre, a déclaré que ces dernières années avaient vu "une augmentation spectaculaire de l'islamophobie violente et de la persécution des musulmans se manifestant dans le monde".

« Il est plus que temps que les États-Unis défendent fermement la liberté religieuse pour tous et accordent au problème mondial de l'islamophobie l'attention et la priorité qu'il mérite.

L'« interdiction des musulmans » citée par Omar faisait référence aux actions de l'exécutif du président Trump qui interdisaient certaines catégories de visiteurs de 13 pays, dont huit à majorité musulmane. (Le bloc des nations islamiques compte 57 membres.)

Six des huit pays à majorité musulmane nommés dans les ordres de Trump – Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen – ont été identifiés comme « pays préoccupants » du terrorisme par l'administration Obama en 2016.

Antisémitisme

La nouvelle poussée pour un envoyé spécial axé sur l'islamophobie intervient 15 ans après la nomination du premier envoyé spécial du département d'État pour surveiller et combattre l'antisémitisme, un poste créé deux ans plus tôt par la loi de 2004 sur la révision de l'antisémitisme mondial.

Le poste était vide pendant les deux premières années de l'administration Trump jusqu'à ce qu'il soit pourvu par Elan Carr, ancien procureur adjoint du comté de Los Angeles et vétéran de la guerre en Irak, début 2019. Carr a occupé le poste jusqu'à la fin de l'administration Trump.

En décembre dernier, le Congrès a adopté législation reclasser le poste d'envoyé spécial au rang d'ambassadeur itinérant, relevant directement du secrétaire d'État. Trump l'a promulguée à la mi-janvier.

Biden n'a pas encore nommé de personne à ce poste, bien qu'un responsable de la Maison Blanche mentionné cette semaine, cela arriverait bientôt.

Incidents antisémites enregistrés aux États-Unis a bondi pendant la guerre de 11 jours entre l'armée israélienne et les terroristes lanceurs de roquettes à Gaza en mai.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.