L'attaque contre un terminal pétrolier saoudien laisse le réservoir de carburant en feu après qu'une vague de drones houthis cible les villes voisines

L'attaque contre un terminal pétrolier saoudien laisse le réservoir de carburant en feu après qu'une vague de drones houthis cible les villes voisines

Une attaque contre un terminal pétrolier sur la côte saoudienne de la mer Rouge a incendié un réservoir de carburant, a déclaré le ministère du Pétrole du pays, après que plusieurs drones houthis auraient visé deux villes non loin de la frontière avec le Yémen.

Un projectile a frappé vendredi un terminal pétrolier à Jizan, un port de la mer Rouge au nord de la frontière saoudo-yémen déclaration du ministère saoudien du pétrole.

«Le royaume condamne cette attaque lâche dirigée contre des installations vitales, qui ne vise pas seulement le royaume, mais vise également la sécurité des exportations de pétrole, la stabilité des approvisionnements énergétiques dans le monde et la liberté du commerce mondial». dit le ministère.

Des séquences vidéo non vérifiées ont circulé en ligne, prétendant montrer l'incendie en cours.

Alors que le ministère saoudien s'est arrêté avant d'attribuer l'attaque à un acteur en particulier, un déclaration par les Émirats arabes unis a condamné le groupe rebelle houthi du Yémen pour cette frappe qu’il a qualifiée de terrorisme. Le Conseil de coopération du Golfe – un bloc régional composé de six États arabes – a rapidement emboîté le pas, tenant également les Houthis pour responsables dans un autre communiqué de presse.

L'attaque fait suite à des informations selon lesquelles plusieurs drones ont ciblé d'autres sites en Arabie saoudite, avec une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite affirmant il en a intercepté au moins sept, dont un au-dessus de Khamis Mushait et un autre au-dessus de Najran. La coalition a par la suite publié images de certains des projectiles, il a dit avoir été abattu. Al-Masirah TV, un média affilié aux Houthis, a également rapporté que deux drones avaient été lancés sur la base aérienne du roi Khalid à Khamis Mushait, citant un porte-parole des Houthis.

Les rebelles houthis ont revendiqué plusieurs attaques de drones ces derniers jours, notamment deux séparé tentatives pour frapper l'aéroport international d'Abha la semaine dernière. Plus tôt ce mois-ci, le groupe a déclaré avoir tiré 14 drones et huit missiles balistiques sur des installations pétrolières du port saoudien de Ras Tanura et des cibles militaires dans trois autres villes saoudiennes, ce qui a incité Riyad à faire vœu de représailles. L'intensification des grèves intervient également alors que les Houthis mènent une offensive terrestre pour s'emparer de la région de Marib, riche en ressources, l'une des dernières zones du nord du Yémen contrôlée par le gouvernement du pays, soutenu par l'Arabie saoudite et internationalement reconnu.

Depuis 2015, une coalition d'États dirigée par l'Arabie saoudite a tenté de réinstaller au pouvoir le président yéménite déchu Mansour Hadi après son renversement lors d'un coup d'État houthi, menant une campagne de bombardements de plusieurs années largement condamnée pour son ciblage aveugle de civils et de non-combattants. . Les Houthis, qui ont également été critiqués pour des violations de leurs droits, dirigent la capitale du Yémen, Sanaa depuis 2015, lançant des frappes périodiques sur le territoire saoudien.

Bien que Riyad proposé un cessez-le-feu à l'échelle nationale plus tôt cette semaine, offrant de permettre la réouverture de l'aéroport de Sanaa et de laisser passer le carburant et la nourriture par le port de Hodeidah, les Houthis ont rejeté l'accord, insistant sur le fait que tout cessez-le-feu doit inclure une levée complète du blocus saoudien.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.