L'armée sensibilise les futurs vétérans au recrutement d'extrémistes ; « Qui va les chercher ? »

Des Marines du 2e Bataillon, 1er Marines, retournent à Camp Pendleton à Oceanside, en Californie, le 3 octobre 2021. (Photo de PATRICK T. FALLON/AFP via Getty Images)

Des Marines du 2e Bataillon, 1er Marines, retournent à Camp Pendleton à Oceanside, en Californie, le 3 octobre 2021. (Photo de PATRICK T. FALLON/AFP via Getty Images)

(CNSNews.com) – Depuis ce mois-ci, l'inspecteur général du ministère de la Défense envisage d'enquêter si les organisations de recrutement militaire ont sélectionné les candidats pour le comportement de gangs suprémacistes, extrémistes et criminels, comme les politiques du DoD les obligent à le faire.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a expliqué comment l'armée vise à éradiquer l'extrémisme dans les rangs – et parmi les vétérans. Il a parlé jeudi à Hallie Jackson de MSNBC :

Ce que nous essayons de faire, Hallie, c'est d'examiner le temps passé par un individu dans l'armée du début à la fin, et de nous assurer que nous faisons ce que nous pouvons pour amener les gens qui n'épousent pas les idéologies qui sont hostiles à la défense de la Constitution et des États-Unis, et ne vont pas provoquer de violence contre leurs propres coéquipiers, en veillant à ce que nous amenions les bonnes personnes, puis, pendant qu'ils sont en service, en s'assurant que nous renforçons continuellement les valeurs de cette institution, les éduquons et les informons.

Et c'est vraiment critique. Alors qu'ils s'apprêtent à partir, nous savons que beaucoup de groupes extrémistes recrutent délibérément des vétérans, parce que les vétérans ont des compétences en leadership et en armes et toutes sortes de capacités à leur disposition. Nous savons qu'ils s'en prennent à certains de ces anciens combattants.

Donc, ce que nous essayons de mettre en place maintenant, ce sont des initiatives de formation et d'éducation spécifiques à la fin de la carrière de quelqu'un, avant qu'il ne devienne un vétéran, afin qu'il puisse comprendre ce qui existe et qui va le chercher.

Le mois dernier, comme CNSNews.com a signalé, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin a publié une politique mise à jour (appelée "Instruction 1325.06") sur les activités extrémistes interdites par le personnel militaire. (Voir ci-dessous)

Cela fait suite à plusieurs actions antérieures destinées à découvrir l'étendue du problème.

Le 3 février 2021, le secrétaire Austin a ordonné une suspension d'une journée à tous les niveaux de l'armée "pour tenir une conversation approfondie sur les valeurs qui sous-tendent le service national, le serment d'office et l'importance de la cohésion de l'unité, ainsi que afin de mieux comprendre l'ampleur du problème des activités extrémistes dans les rangs. »

La suspension fait suite à des informations selon lesquelles certains des partisans de Trump qui ont attaqué le Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021 étaient des militaires actuels ou anciens.

Kirby a déclaré lors d'une conférence de presse le 28 janvier 2021 que bien que le nombre d'extrémistes dans l'armée soit "petit", il n'est pas "insignifiant".

"Le problème, c'est que nous n'en comprenons pas toute la portée", a déclaré Kirby à l'époque.

Le 9 avril 2021, le secrétaire Austin a publié un mémorandum annonçant des actions immédiates pour contrer les activités extrémistes au sein du département de la Défense et établissant le Groupe de travail contre les activités extrémistes (CEAWG).

C'est ce groupe, le CEAWG, qui a publié le mois dernier un rapport sur la manière dont l'armée gérera « les activités de gangs de protestation, extrémistes et criminels parmi les membres des forces armées ».

Dans ce rapport, le CEAWG définissait les « activités extrémistes » comme le fait de préconiser ou de se livrer à :

— Force illégale, violence illégale ou autres moyens illégaux de priver des individus de leurs droits constitutionnels ou légaux.

— Force ou violence illégales pour atteindre des objectifs de nature politique, religieuse, discriminatoire ou idéologique.

— Soutenir le terrorisme aux États-Unis ou à l'étranger.

— Soutenir le renversement du gouvernement des États-Unis, ou de toute subdivision politique de celui-ci ; ou cherchant à modifier la forme du gouvernement (sédition).

— Encourager le personnel militaire, civil ou sous-traitant au sein du DoD ou de la Garde côtière à désobéir aux ordres légaux ou à violer les lois américaines ;

— Plaidoyer pour une discrimination illégale généralisée fondée sur la race, la couleur, l'origine nationale, la religion, le sexe (y compris la grossesse), l'identité de genre ou l'orientation sexuelle.

L'Instruction définit également la « participation active » à des activités extrémistes.

« Le terme « participation active » désigne ce qui suit, sauf lorsqu'une telle activité entre dans le cadre d'une fonction officielle (par exemple, des opérations de renseignement ou d'application de la loi) » :

— Plaider ou se livrer à l'utilisation ou à la menace de la force ou de la violence illégales à l'appui d'activités extrémistes.

— Plaider en faveur de, ou fournir un soutien matériel ou des ressources à, des individus ou des organisations qui promeuvent ou menacent l'usage illégal de la force ou de la violence à l'appui d'activités extrémistes, avec l'intention de soutenir une telle promotion ou menaces.

— Communiquer sciemment des informations qui compromettent la sécurité opérationnelle de toute organisation ou mission militaire, à l'appui d'activités extrémistes.

— Recruter ou former d'autres personnes à s'engager dans des activités extrémistes.

– Collecter des fonds ou faire des contributions personnelles par le biais de dons de toute nature (y compris, mais sans s'y limiter, la sollicitation, la collecte ou le paiement de frais ou de cotisations) à un groupe ou une organisation qui se livre à des activités extrémistes, avec l'intention de soutenir ces activités .

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.