La Russie n’est peut-être pas prête à envahir l’Ukraine – Pentagone

La Russie n’est peut-être pas prête à envahir l’Ukraine – Pentagone

L'armée américaine a déclaré qu'elle continuait de suivre de près le mouvement des forces russes le long des frontières ukrainiennes

nous les responsables semblent avoir fait marche arrière sur les affirmations selon lesquelles Moscou pourrait être sur le point d'ordonner une invasion de l'Ukraine voisine, tout en avertissant que le risque d'escalade reste élevé.

S'adressant aux journalistes lors d'un point de presse lundi, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré que "De toute évidence, nous sommes conscients des choses que les Russes pourraient faire qui pourraient nous donner des indications sur une sorte d'incursion imminente." Cependant, continua-t-il, "nous n'en sommes pas encore là, mais nous surveillons ces indicateurs de très, très près."

Dans le même temps, le responsable a réitéré les affirmations de Washington selon lesquelles la Russie cherche à "menacer davantage son voisin et potentiellement violer davantage l'intégrité territoriale de l'Ukraine".

"Il est très clair que les Russes n'ont pas l'intention pour l'instant de désamorcer", Kirby a poursuivi en ajoutant que Washington voulait dissuader Moscou d'attaquer.

Le Pentagone a placé environ 8 500 soldats en état d'alerte renforcée lundi en réponse aux tensions en Europe de l'Est, tandis que l'OTAN a simultanément annoncé qu'elle avait mis davantage de forces en attente et envoyé des navires et des chasseurs à réaction supplémentaires dans la région.

Les ambassades des États-Unis, du Royaume-Uni et d'Australie à Kiev ont été invitées à évacuer le personnel non essentiel et les membres de leur famille au cours du week-end alors que l'OTAN continue d'accuser la Russie de se préparer à envahir son voisin. Moscou a nié à plusieurs reprises l'intention d'attaquer l'Ukraine, le Kremlin insistant sur le fait que ses forces ne sont pas une menace.

Le secrétaire du Conseil ukrainien de la sécurité nationale et de la défense, Alexey Danilov, a également semblé minimiser le risque d'un conflit plus important plus tôt cette semaine. « À ce jour, nous ne voyons aucune raison de déclarer une offensive à grande échelle sur notre territoire. C'est même physiquement impossible. a-t-il déclaré lundi. Danilov a ajouté que Kiev suivait le mouvement des forces russes. "Peut-être que (voir les troupes russes) est une bizarrerie pour nos partenaires étrangers qui ont finalement vu qu'il y avait des forces russes et qu'elles se déplaçaient d'une certaine manière", dit Danilov.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait écho à un message similaire dans une allocution télévisée, exhortant le public à ne pas paniquer.

Ces commentaires interviennent après que le président américain Joe Biden a averti lors d'une conférence de presse la semaine dernière que le président russe Vladimir Poutine pourrait "emménager", ajoutant qu'"il doit faire quelque chose".

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a répliqué à ces affirmations, affirmant que les forces russes n'avaient jamais menacé l'Ukraine.

Moscou a eu des entretiens séparés avec les États-Unis, l'OTAN et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) au début du mois, et Lavrov a rencontré le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Genève, en Suisse, la semaine dernière, le tout sans résultat tangible. .

Moscou a qualifié l'infrastructure militaire occidentale le long de ses frontières de menace et cherche à obtenir des garanties juridiquement contraignantes que l'OTAN ne s'étendra pas plus à l'est. Le bloc dirigé par les États-Unis, quant à lui, a refusé d'abandonner sa politique de la porte ouverte consistant à accepter de nouveaux États membres, y compris potentiellement l'Ukraine.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.