La Russie et l'Arabie saoudite réagissent au mouvement pétrolier américain

L'offre de Biden de baisser les prix du pétrole échoue

L'OPEP et la Russie envisagent une pause dans l'augmentation de la production de pétrole précédemment convenue après l'annonce par Washington de la libération de réserves stratégiques de brut, selon les médias.

Selon le Wall Street Journal, citant des sources proches des pourparlers, d'autres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ne voient pas la pause comme nécessaire. Les Émirats arabes unis et le Koweït seraient parmi ces derniers.

Lire la suite

L'offre de Biden de baisser les prix du pétrole échoue

L'Arabie saoudite, le plus grand producteur de l'OPEP, et la Russie ont été à la tête des efforts visant à stabiliser l'approvisionnement en pétrole sur le marché mondial pendant la reprise de la pandémie de Covid-19. L'OPEP, la Russie et un certain nombre d'autres États producteurs de pétrole ont conclu un accord à long terme plus tôt cette année pour augmenter leur production collective de pétrole de 400 000 barils par jour jusqu'à l'année prochaine, jusqu'à ce qu'ils atteignent les niveaux de production d'avant la pandémie, qui ont été réduits à au plus fort de la pandémie pour lutter contre l'offre excédentaire.

Les États-Unis ont annoncé mardi qu'ils libéreraient 50 millions de barils de pétrole de leurs réserves stratégiques pour freiner la hausse des prix de l'essence, dans le cadre d'une action coordonnée avec un certain nombre d'autres grands consommateurs de pétrole, dont le Japon, le Royaume-Uni, l'Inde, la Chine et la Corée du Sud. Tous, à l'exception de la Chine, ont également annoncé la libération de réserves à des volumes variables. Cependant, le plan est considéré par certains comme un geste vide de sens, car son volume proposé équivaut à environ une journée de demande mondiale de brut.

La décision de Washington est intervenue après des tentatives répétées de faire pression sur l'OPEP et ses alliés pour augmenter la production au-delà du niveau convenu. Le groupe a fait valoir que cela entraînerait une offre excédentaire et s'en est tenu à son plan jusqu'à présent.

L'OPEP+ a accepté de se réunir tous les mois pour évaluer la corrélation entre l'offre et la demande de pétrole et ajuster la politique de relance de la production si nécessaire. Ils doivent se rencontrer la semaine prochaine.

Les efforts des États-Unis n'ont pas porté leurs fruits jusqu'à présent. Après une légère baisse à l'annonce de la libération de réserves mardi, le pétrole a repris sa tendance haussière. Le brut Brent a augmenté de 15 cents à 82,40 $ le baril tôt jeudi, tandis que l'indice de référence du brut américain West Texas Intermediate s'échangeait également à la hausse à 78,41 $ le baril, à 06h26 GMT.

Pour plus d'histoires sur l'économie et la finance, visitez La section affaires de RT

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.