La Russie démantèle un réseau de pirates informatiques de REvil après une dénonciation des États-Unis

RT

À la suite d'informations fournies par les autorités américaines, les services de sécurité russes ont arrêté un groupe notoire de pirates informatiques dans une opération multirégionale. Ils sont accusés de propager des virus informatiques et d'extorquer de l'argent aux entreprises.

Vendredi, le Service fédéral de sécurité (FSB) a déclaré aux journalistes qu'il avait travaillé avec les autorités locales à Moscou, Saint-Pétersbourg et les oblasts de Lipetsk pour cibler les membres du groupe REvil. L'opération avait attiré l'attention pour avoir attaqué des sociétés étrangères de premier plan, dont Apple.

Les tactiques de REvil ont inclus le vol d'informations confidentielles, puis la menace de publier ces informations à moins de payer des sommes de plusieurs millions de dollars.

Le FSB dit avoir entrepris son opération après avoir reçu un avis des autorités américaines, qui ont contacté l'agence russe "à propos du chef de l'organisation criminelle et de son implication dans des attaques contre les ressources d'information d'entreprises technologiques étrangères, en implantant des programmes nuisibles, en cryptant des informations et en exigeant de l'argent pour leur décryptage."

En juillet de l'année dernière, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était prête et disposée à travailler avec Washington pour cibler la cybercriminalité et les réseaux de pirates informatiques. Selon lui, « canaux spéciaux de partage de données » existent entre les fonctionnaires des deux nations. Biden avait précédemment appelé Moscou à prendre des mesures si les cyberattaques provenaient du pays. "Quand une opération de ransomware vient de son sol… nous attendons d'eux qu'ils agissent si nous leur donnons suffisamment d'informations", a déclaré le président américain Joe Biden après un appel avec son homologue russe.

En 2016, Moscou a déclaré avoir arrêté une cinquantaine de personnes pour avoir prétendument volé 25,5 millions de dollars à diverses banques et autres institutions financières. Ils auraient émis de fausses instructions de paiement, qui ont été repérées par les systèmes bancaires.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.