La production pétrolière de la Russie plonge au PLUS BAS depuis près d’une décennie

La production pétrolière de la Russie plonge au PLUS BAS depuis près d’une décennie

La production de pétrole et de condensat en Russie a chuté pour la première fois en 12 ans et a atteint un creux de neuf ans en 2020, l'un des principaux exportateurs mondiaux de pétrole ayant soutenu l'accord historique OPEP + pour stimuler un marché de l'énergie touché par une pandémie.

L'année dernière, la Russie a pompé 512,68 millions de tonnes de brut et de condensat, ce qui signifie que le volume de production a diminué de 8,6% par rapport à 2019, selon TASS, citant des données de l'unité statistique du ministère de l'Énergie du pays, CDU-TEK. La production pétrolière de l’année dernière a presque atteint les niveaux de 2010, alors qu’elle s’établissait à 512,3 millions de tonnes.

La baisse fait suite à un niveau de production record en 2019, lorsque la production nationale a atteint 568 millions de tonnes, et a marqué la première baisse depuis 2008.

Presque toutes les grandes compagnies pétrolières russes ont réduit la production de pétrole et de condensat au cours du dernier mois de l'année et pour 2020 dans son ensemble. Les réductions pour l'année ont varié de 6 à 12 pour cent. Le plus grand producteur privé de Russie, Novatek, a été la seule exception en décembre: il a augmenté la production d’environ 3% par rapport à l’an dernier, mais elle était toujours en baisse de 0,5% sur une base annuelle.

La pandémie a provoqué des troubles imprévus sur les marchés de l'énergie, les prix du pétrole ayant subi une baisse sans précédent, alors que l'arrêt des voyages et de la production a paralysé la demande mondiale de ce produit. Outre l'impact dévastateur de la pandémie, l'effondrement du précédent accord OPEP + est devenu un autre choc pour le marché l'année dernière.

Afin de stabiliser la situation, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et les producteurs de pétrole alliés dirigés par la Russie, connus ensemble sous le nom d'OPEP +, ont signé un nouvel accord pétrolier en avril. Les parties ont convenu de réductions historiques de 9,7 millions de barils par jour (b / j), qui sont entrées en vigueur en mai et ont ensuite été ramenées à 7,7 millions de b / j.

De nouvelles hausses de production sont entrées en vigueur cette année, avec un 500 000 bpj arrivant sur le marché en janvier. L'OPEP + devrait tenir une réunion dimanche pour décider si la baisse actuelle de 7,2 millions de b / j pourrait être encore assouplie de 500 000 b / j supplémentaires. Russie auparavant m'a dit qu'il soutiendrait le renforcement des exportations.

Pour plus d'histoires sur l'économie et les finances, visitez Section affaires de RT

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *