La Commission européenne poursuit la Pologne devant la plus haute juridiction d’Europe dans le but de «protéger l’indépendance» des juges du pays

La crise menace l'UE alors que Covid, le Brexit, les frontières et la Russie révèlent un leadership médiocre et des fractures majeures au cœur du bloc

La Commission européenne a amené la Pologne devant la Cour européenne de justice pour une réforme qui, selon elle, porte atteinte à l’indépendance du système judiciaire du pays. La Pologne affirme que l'UE n'a pas le droit légal de se mêler de sa politique intérieure.

L'affaire contre la Pologne a été déposée mercredi devant le plus haut tribunal de l'UE. Annonçant la décision, la vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova, a déclaré qu'elle avait été "profondément concerné" avec les actions de Varsovie.

«Malgré les arrêts de la Cour européenne de justice et nos nombreuses tentatives pour remédier à la situation, la pression sur les juges polonais continue d'augmenter et leur indépendance est en constante érosion». Jourova a déclaré dans un communiqué.

Soulignant que le «Les juges polonais sont également des juges européens», Jourova a déclaré que les États membres de l'UE sont libres de réformer leur système judiciaire à leur guise, mais qu'ils doivent aussi «Respecter les traités de l'UE.»

Lire la suite

La crise menace l'UE alors que Covid, le Brexit, les frontières et la Russie révèlent un leadership médiocre et des fractures majeures au cœur du bloc

Un porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Muller, a critiqué cette décision comme n'ayant aucune justification légale ou factuelle, et a déclaré que les questions concernant le pouvoir judiciaire étaient liées à la politique intérieure de la Pologne.

La Pologne est en désaccord avec l’UE depuis plusieurs années au sujet de sa réforme du système judiciaire et des médias d’État, ainsi que de la position du gouvernement sur les droits des LGBT et l’avortement. La réforme controversée du système judiciaire a été signée dans une loi par le président du pays Andrzej Duda en février 2020, bien qu'elle ait été rejetée par la chambre haute du parlement du pays.

La législation a établi de nouveaux mécanismes disciplinaires, empêchant effectivement les juges de remettre en question les réformes judiciaires qui divisent le gouvernement et de s'engager dans la vie politique. Les juges qui osent le faire pourraient faire face à des amendes, des réductions de salaire ou même perdre leur emploi.

La Commission européenne insiste la législation a violé les lois de l'UE «En permettant à la Chambre disciplinaire de la Cour suprême – dont l'indépendance n'est pas garantie – de prendre des décisions qui ont un impact direct sur les juges et la manière dont ils exercent leur fonction.»

Pour éviter ce qu'il a décrit comme «Préjudice grave et irréparable» au système judiciaire polonais alors que l’affaire s’éternise, la Commission européenne a demandé à la Cour européenne de justice (CJCE) d’imposer un ensemble de "mesures provisoires" contre Varsovie. Les mesures proposées comprennent la suspension des nouveaux pouvoirs de la Chambre disciplinaire polonaise, ainsi que la suspension de toutes les décisions prises par l'organe après l'adoption de la législation.

Plus tôt ce mois-ci, la Pologne et la Hongrie – un autre pays attaqué à plusieurs reprises par Bruxelles pour des raisons présumées "Problèmes avec l'état de droit" – a déposé plainte contre le bloc auprès de la CJE. Les deux pays ont contesté une disposition proposée, permettant à l'UE de retenir le financement des pays membres considérés comme ayant des problèmes d'état de droit.

La Pologne et Varsovie estiment que la critique du bloc de leurs réformes constitue une ingérence dans leurs affaires intérieures, insistant sur le fait que "base légale" faire cela. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki affirme que la souveraineté de son pays est en jeu alors qu'il se bat contre l'UE "oligarchie."

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.