La Chine nie son intention d'infliger une amende de près d'un milliard de dollars à Alibaba dans une affaire anti-monopole

La Chine nie son intention d'infliger une amende de près d'un milliard de dollars à Alibaba dans une affaire anti-monopole

Le gouvernement chinois a rejeté les informations selon lesquelles il envisageait une lourde sanction contre le géant du commerce électronique Alibaba pour son comportement anticoncurrentiel. Pékin s'est concentré sur la réglementation de l'industrie numérique en pleine croissance.

"Si ce n'est pas là (sur notre site Web), ce n'est pas (vrai)," a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'administration d'Etat pour la régulation du marché.

La déclaration fait suite à un rapport publié jeudi par le Wall Street Journal, affirmant que les régulateurs chinois prévoyaient d'infliger une amende de près d'un milliard de dollars à Alibaba pour avoir prétendument bafoué les règles de monopole. Les régulateurs cherchaient également à savoir si le conglomérat devait céder des actifs non liés à sa principale activité de vente au détail en ligne, a rapporté WSJ, citant des personnes familières avec le sujet.

En décembre, les régulateurs antitrust chinois ont ouvert une enquête sur Alibaba au sujet d’allégations selon lesquelles il obligerait ses vendeurs à rester à l’écart des plates-formes concurrentes. Un mois auparavant, l'introduction en bourse d'Ant Group (la société affiliée d'Alibaba), qui devait faire les plus gros débuts boursiers du monde, a été interrompue, tandis que les dirigeants de la société ont été convoqués pour assister à des entretiens avec la banque centrale chinoise et les agences de régulation.

Des rumeurs ont également circulé concernant le fondateur d'Alibaba, Jack Ma, qui a disparu de la vue du public à la suite d'un différend avec les régulateurs. Ma, qui a quitté son poste de direction chez Alibaba en 2019 mais est toujours un actionnaire majeur de la société, a prononcé un discours lors d'une conférence à Shanghai fin octobre dans lequel il a critiqué les régulateurs chinois. Au cours de l'allocution, il a accusé les fonctionnaires d'avoir un «Mentalité de prêteur sur gages» qui a freiné la croissance des entreprises et l'innovation en Chine.

Après avoir disparu de la vue du public, beaucoup ont commencé à spéculer sur le fait que Ma avait été arrêté pour avoir critiqué les autorités chinoises. Cependant, en janvier, il est apparu via un lien vidéo, prononçant un discours lors d'une cérémonie de remise de prix pour les enseignants ruraux.

Alibaba, qui est basée dans la ville orientale de Hangzhou, a déclaré le mois dernier qu'elle coopérait pleinement à l'enquête menée par l'Administration d'État pour la réglementation du marché. La société a également été critiquée dans le passé pour avoir prétendument interdit à ses marchands de s'inscrire sur des plates-formes de commerce électronique concurrentes.

Pour plus d'histoires sur l'économie et la finance, visitez Section affaires de RT

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.