Israël «limite» les ventes de technologies d'espionnage

Apple poursuit une entreprise israélienne derrière le logiciel espion Pegasus

Le ministère israélien de la Défense aurait imposé de nouvelles limitations aux endroits où les entreprises de cybersécurité du pays peuvent vendre leurs outils de surveillance et de piratage, réduisant considérablement sa liste de pays approuvés pour de tels accords.

Les nouveaux alliés d'Israël dans le cadre des accords d'Abraham de l'année dernière sont notamment absents de la nouvelle liste : les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Le Jerusalem Post a déclaré jeudi qu'en coupant la liste des nations approuvées à 37 de 102, le ministère de la Défense a également exclu « allié en coulisses » Arabie Saoudite.

Les pays qui ont survécu à la purge sont les États-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et des dizaines de pays européens, selon au journal israélien Calcalist.

Cette décision intervient après le département américain du Commerce au début du mois sur liste noire Les entreprises israéliennes NSO Group et Candiru pour avoir prétendument fourni des logiciels espions aux gouvernements qui ont utilisé la technologie pour violer les droits de l'homme. « Ces outils ont également permis aux gouvernements étrangers de mener une répression transnationale, qui est la pratique de gouvernements autoritaires ciblant les dissidents, les journalistes et les militants en dehors de leurs frontières souveraines pour faire taire la dissidence », dit Washington. « De telles pratiques menacent l'ordre international fondé sur des règles.

Apple a annoncé mardi qu'il poursuivait NSO pour son logiciel espion de piratage téléphonique Pegasus, qui aurait été utilisé pour infecter des milliers d'iPhones dans le monde. La violation de ces téléphones a permis aux clients de cibler des dissidents, des militants, des journalistes et des politiciens, entre autres. La technologie de qualité militaire est ostensiblement conçue pour être utilisée pour prévenir le crime et le terrorisme.

Selon Moody's Investors Service, NSO est confronté à un éventuel défaut de paiement de 500 millions de dollars de dettes au milieu de ses problèmes juridiques et de la baisse de ses revenus.

Le ministère israélien de la Défense a déclaré à Calcalist qu'il « constamment en réévaluation » sa politique d'exportation de produits de cybersécurité. « L'État d'Israël n'approuve que l'exportation de cyberproduits pour les organisations gouvernementales, à utiliser de manière et dans le but de prévenir et d'enquêter sur le crime et de lutter contre le terrorisme » dit le ministère.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.