«Difficile à regarder»: la vidéo Bodycam de policiers américains «moqueurs» et «dégradants» d’un enfant de 5 ans suscite la colère et les demandes d’action

«Difficile à regarder»: la vidéo Bodycam de policiers américains «moqueurs» et «dégradants» d’un enfant de 5 ans suscite la colère et les demandes d’action

Les images récemment publiées de la caméra corporelle «cauchemar» qui montrent deux policiers du Maryland menottent un garçon de 5 ans, le traitent de «petite bête» et menacent à plusieurs reprises de le battre ont provoqué l'indignation et les appels à leur renvoi.

La vidéo de 50 minutes – de l'incident de janvier 2020 – publiée vendredi par le département de police du comté de Montgomery dans le Maryland montre des policiers planant agressivement au-dessus et réprimandant l'enfant non identifié pour avoir quitté l'école sans autorisation.

L'enfant devient inconsolable alors que les deux agents lui disent à plusieurs reprises qu'il "mal" et se demandant si sa mère les laisserait "donner une fessée à" lui. Ils disent plus tard à sa mère qu'ils "souhaiter" elle le battrait.

En attendant la mère de l'enfant après l'avoir ramené à l'école à l'arrière de leur voiture de patrouille, un policier s'éloigne à quelques centimètres de son visage et lui crie dessus, en disant: «Oh, mon Dieu, je l'ai tellement battu. Tu ne m'embarrasses pas comme ça à l'école.

Plus tard, l’autre policier a mis ses menottes autour des poignets de l’enfant, lui disant qu’ils étaient pour "Des gens qui ne veulent pas écouter et qui ne savent pas comment agir."

Shanta Grant, la mère du garçon, a intenté une action en justice au début de l’année contre le comté, son système scolaire public et son service de police.

Dans un communiqué, des avocats représentant la famille ont déclaré que l'enfant avait été traité «Comme s'il était un criminel endurci» et que Grant cherchait «Justice et compensation équitable pour le traumatisme qu'il a subi.»

Décrivant la vidéo comme "extrêmement difficile" à regarder, le système scolaire a déclaré dans un communiqué qu'il y avait «Aucune excuse pour que les adultes parlent ou menacent un enfant de cette manière.»

Une déclaration du service de police a confirmé que les deux agents, dont l'identité n'a pas été rendue publique, restent employés après qu'une enquête interne a été menée. En vertu de la loi du Maryland, ces conclusions sont confidentielles.

Will Jawando, membre du conseil de comté, a déclaré que la vidéo l'avait fait "malade."

"J'ai regardé avec horreur ce qui ne peut être décrit que comme un cauchemar se dérouler pendant près d'une heure," Jawando a déclaré dans un communiqué tweeté.

«Nous avons tous vu un petit garçon se moquer, se dégrader, être placé dans le siège d’une voiture de police, hurlé du haut des poumons d’un policier adulte, à quelques centimètres de son visage. C'est de la violence » Dit Jawando.

Près de 500 personnes ont signé une lettre ouverte demandant que les policiers soient licenciés et que le conseil scolaire procède à un examen des procédures lorsque la police interagit avec les élèves dans les écoles.

«L'incident a fait l'actualité nationale, mais plus d'un an plus tard, il n'a pas été entièrement réglé. Ce retard dans la responsabilisation est injustifiable et inacceptable ». organisateurs communautaires Remarque dans la lettre.

L'avocate des droits civils Judith Brown Dianis a tweeté que la vidéo était «Pièce n ° 1 expliquant pourquoi les flics n'ont pas leur place autour de nos enfants.»

La majorité des utilisateurs de médias sociaux conviennent que les agents "Besoin d'être viré." Certains se sont également demandé si les responsables scolaires impliqués allaient être tenus pour responsables.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.