Des pluies intenses aux Émirats, probablement provoquées artificiellement – vidéos

libre info france

Moyen-Orient

URL courte

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/07/0f/1045882279_0:170:3023:1871_1200x675_80_0_0_d0c75f55424d35fe3f793cb2b98ac138.jpg

Sputnik France

https://cdnfr2.img.sputniknews.com/i/logo.png

https://fr.sputniknews.com/moyen-orient/202107151045882420-des-pluies-intenses-aux-emirats-probablement-provoquees-artificiellement—videos/

Les Émirats arabes unis, où le mercure monte à 50 degrés en été, auraient maîtrisé une technologie permettant de déclencher des pluies artificielles intenses, relatent les médias locaux.

De fortes pluies continuent depuis le 14 juillet aux Émirats arabes unis malgré les températures diurnes de 50 degrés, a annoncé le portail météorologique émirati Markaz al-Asifa.

​«Des pluies sont tombées dans la chaîne de montagnes Hajar, au nord du village de Hatta, ainsi que dans les régions de Wadi al-Khilyu, Kalba Road et Khuwaylat», note le portail.

​Le Bureau météorologique national (NMC) a indiqué, à son tour, qu’il pleuvait près de la ville d’Al-Ain dans l’émirat d’Abou Dhabi, où il fait 47 degrés.

​Selon les médias, les pluies actuelles seraient le résultat d’expériences spéciales sur l’ensemencement des nuages.

​Le bureau des prévisions météorologiques du Qatar a pour sa part averti que la pluie était possible dans ce pays à partir du 16 juillet et jusqu’au milieu de la semaine prochaine. Or, il ne pleut jamais en été au Qatar et il n’y a que plusieurs pluies légères à l’automne, en hiver et au printemps.

Des drones pour faire pleuvoir

Les Émirats arabes unis, un pays aride, développent activement des technologies pour provoquer la pluie. Au printemps dernier, des tests d’ensemencement de nuages par des drones y ont été lancés par le Centre national de météorologie émiratie en coopération avec des scientifiques de l’université britannique de Reading dans la SANAD Academy, une école de pilotage de Dubaï, selon Gulf News.

Pour provoquer des précipitations, les drones émettent des décharges électriques au lieu d’utiliser des charges utiles traditionnelles d’ensemencement des nuages, explique le journal. La nouvelle méthode n’implique pas l’émission de particules solides dans les nuages tels que l’iodure d’argent ou le sel.

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.