Des fichiers divulgués montrent comment le gouvernement britannique a dépensé des millions pour exploiter des femmes syriennes dans une offensive cynique de relations publiques

Des fichiers divulgués montrent comment le gouvernement britannique a dépensé des millions pour exploiter des femmes syriennes dans une offensive cynique de relations publiques

Une série de documents divulgués révèle à quel point le gouvernement britannique s'est efforcé de peindre l'opposition syrienne sous un jour flatteur. Ils confirment également que les femmes faisaient partie sans le savoir de cet effort.

Les documents divulgués par le Foreign & Commonwealth Office (FCO) du Royaume-Uni révèlent diverses manières secrètes par lesquelles Londres a cherché non seulement à faire de la propagande pour les femmes en Syrie, mais à les exploiter comme des armes dans une vaste campagne de guerre de l'information menée au pays et à l'étranger.

le papiers font partie des fichiers explosifs publiés par le collectif hacktiviste Anonymous, qui exposent un certain nombre d'actions de cape et de poignard entreprises par Whitehall contre Damas. Les femmes figuraient en bonne place dans un certain nombre de plans, qui ont coûté des millions de livres au FCO sur de nombreuses années.

«Initiatives de sensibilisation»

La valeur de propagande des femmes dans les conflits a longtemps été bien comprise et cyniquement exploitée par les gouvernements.

Une fuite de la Central Intelligence Agency (CIA) américaine mémorandum à partir de mars 2010, sur les moyens clandestins d’accroître le soutien en baisse à la mission de l’OTAN en Afghanistan, des femmes ont été remarquées dans le pays "Pourrait servir de messagers idéaux" dans «Humaniser» l'occupation militaire, en raison de leur «Capacité de parler personnellement et de manière crédible de leurs expériences sous les talibans, de leurs aspirations pour l'avenir et de leurs craintes d'une victoire des talibans.»

«Les initiatives de sensibilisation qui créent des opportunités médiatiques pour les femmes afghanes … pourraient aider à surmonter le scepticisme omniprésent parmi les femmes d'Europe occidentale à l'égard de la mission», note le document. «Les événements médiatiques qui présentent des témoignages de femmes afghanes seraient probablement plus efficaces s'ils étaient diffusés sur des programmes qui ont un public large et disproportionné de femmes.»

Au cours d'une décennie plus tard, l'Afghanistan reste l'un des pires pays au monde à être une femme, de loin.

À peu près un an après la rédaction de ce mémo de la CIA, A Gay Girl in Damascus, un blog prétendument écrit par la lesbienne syro-américaine Amina Arraf, a attiré l'attention du grand public. Largement salué pour elle "sans peur" et "inspirant" rapport de témoins oculaires, l'auteur a été salué comme un symbole de la "progressive" révolution éclate dans le pays.

En juin 2011, la cousine d'Amina a annoncé sur le blog qu'elle (Amina) avait été kidnappée par trois hommes armés dans la capitale syrienne. En réponse, de nombreuses pages Facebook ont ​​été créées pour appeler à la libération d'Amina et ont été «appréciées» par des dizaines de milliers de personnes, #FreeAmina a été largement répandue sur Twitter, les journalistes et les groupes de défense des droits. supplié Les gouvernements occidentaux demandent sa libération, et le département d'État américain a annoncé qu'il enquêtait sur elle disparition.

Six jours plus tard, il a été révélé qu ’« Amina »était en fait Tom MacMaster, un citoyen américain résidant en Écosse. Alors que les organes de presse des entreprises se sont précipités pour oublier le canular pour lequel ils étaient si complètement tombés, leur appétit pour les histoires douteuses d '«intérêt humain» émanant de la crise n'a évidemment pas diminué.

«Énorme couverture mondiale»

En juillet 2019, un image de deux jeunes filles syriennes piégées dans les décombres à Idlib occupée par l'opposition tentant de transporter leur sœur en lieu sûr alors qu'elle se balançait dans le précipice d'un immeuble délabré, leur père regardant avec horreur au-dessus, s'est répandue sur les réseaux sociaux.

La photo, prise par un photographe du service d'information syrien SY24, est devenue virale monde plus de. À l'insu de l'écrasante majorité des observateurs, cependant, SY24 a été créé et financé par le Global Strategy Network (TGSN), fondé par Richard Barrett, un ancien Directeur de la lutte contre le terrorisme du MI6.

Dans un dossier soumis au FCO, TGSN s'est vanté de la façon dont "Campagnes" il a diffusé via SY24 généré «Énorme couverture mondiale», avoir été vu par «Plusieurs centaines de millions de personnes», et «Suscitant des commentaires en ce qui concerne le Conseil de sécurité des Nations Unies.»

Le contenu SY24 a été produit par un réseau de «stringers» en Syrie que TGSN a formés et a fourni du matériel, y compris "Caméras et logiciels de montage vidéo." Le cabinet a particulièrement attiré l'attention sur une équipe de femmes journalistes qu'il a encadrées, "Qui fournissent environ 40 pour cent de tout le contenu SY", et faisaient partie de "Un large" réseau de réseaux "" activation de TGSN «Pour faire entrer les histoires dans le courant dominant.»

TGSN a également mis en place un centre dédié à la formation des femmes journalistes pour produire du contenu pour SY24 à Idlib, «Accéder à des histoires que les journalistes masculins ne peuvent pas,» qui ont ensuite été partagés sur les réseaux sociaux. Il se vantait que près de la moitié des adeptes de SY24 étaient des femmes, «Un ratio remarquablement élevé pour les plates-formes axées sur la Syrie.»

Lire la suite

Le fondateur de White Helmets, Le Mesurier, est maintenant un saint traditionnel, mais des documents divulgués soulèvent des questions sur le rôle de sa veuve

«Les pics de communication»

Cultiver soigneusement une image entièrement trompeuse d’une opposition syrienne «modérée» inclusive et crédible était d’une importance capitale pour le FCO – cela a aidé blanchir la nature barbare des diverses factions «rebelles» Londres était support dans la région, tout en suscitant le soutien des publics occidentaux pour un changement de régime.

Afin d'engager le "communauté internationale" à cette fin, TGSN, en collaboration avec ARK – un sombre «Conseil en transformation et stabilisation des conflits» dirigé par l'agent vétéran du FCO Alistair Harris – prévu«Les pics de communication» autour "dates clés" comme la Journée internationale de la femme.

Dans un exemple particulièrement élaboré d'un tel "poussée," la paire collaboré lors d’une campagne «Retour à l’école», au cours de laquelle de jeunes Syriens sont retournés à l’éducation tandis que le conseil municipal d’Idlib, les commandants de l’opposition et d’autres éléments sur le terrain se sont simultanément engagés "Unifié" blitz de communication, utilisation "A partagé des slogans, des hashtags et une image de marque."

Des combattants rebelles ont été envoyés à «Routes dégagées» et «Permettre aux enfants et aux enseignants de se rendre à l’école», tout en étant filmé par le vaste réseau de journalistes locaux du couple, dont les images étaient alors "Diffusé en ligne et sur les chaînes de diffusion." Assurer «Enseignantes» avoir reçu une couverture importante dans les médias occidentaux était un objectif clé de la campagne.

Dans de nombreux fichiers divulgués, ARK se vante de l'énorme réseau de journalistes qu'elle a formés et financés en Syrie, qui couvriraient ces cascades de relations publiques; leurs rapports alimentaient à leur tour l’entreprise «Contacts bien établis» dans les principaux médias comprenant Al Jazeera, BBC, CNN, The Guardian, New York Times et Reuters, «Amplifiant davantage leur effet.»

«Poussée par la tragédie»

Cependant, d'autres documents montrent clairement que l'ARK a bien compris les immenses difficultés inhérentes à la promotion du rôle des femmes en interne et en externe pendant la crise.

Un fichier sur «(Incorporant) le rôle des femmes dans l'opposition modérée» note que les femmes syriennes des zones occupées par les rebelles «Une variété presque écrasante de problèmes», et «L'espace pour les femmes de participer à la vie publique s'est considérablement réduit à mesure que le conflit progressait.»

Lire la suite

Le «gambit pétrolier» de Trump en Syrie est un crime, et ce qui peut être pire - une erreur "src =" data: image / png; base64, iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAABAAAAAJCAQAAACRI2S5AAAAEElEQVR42mNkIAAYRxWAAQAG9gAKqvR "data-size" //cdni.rt.com/files/2019.10/xxs/5db2b5a785f5402ce3467b19.jpg "class =" read-more__cover lazyload

En conséquence, ARK a déclaré que c'était «Extrêmement conscients des risques liés à la promotion de la participation des femmes au-delà des normes sociales actuellement acceptées … étant donné le potentiel d'entraver la résonance des messages ou d'entraîner une réaction contre la participation des femmes.» Il a donc proposé de «Recadrer subtilement le récit des femmes … en augmentant la couverture de leurs initiatives et opinions lorsque le contexte le permet.»

Un de ces moyens de "Recadrage subtil" était Moubader (qui se traduit par "Une personne qui prend l'initiative"), un actif média comprenant un «Magazine mensuel de haute qualité en version papier, largement diffusé dans les régions de Syrie tenues par l'opposition», avec un site Web et une page Facebook comptant plus de 200000 likes en décembre 2020.

Moubader a été créé par ARK en 2015 spécifiquement pour réaliser «Changement de comportement» dans les lecteurs, à la demande de Whitehall. «Compte tenu de l’importance de la radiodiffusion télévisuelle en tant que source fiable» en Syrie, ARK a également sollicité un financement du FCO pour développer un programme télévisé Moubader «Exploiter au maximum les histoires et les valeurs et toucher un public encore plus large.»

Documents soumis au FCO par un autre entrepreneur psyops, Albany, de la même manière c'est noté l'accès des femmes à l'éducation, aux soins de santé et aux opportunités économiques "Été affaibli" pendant la crise, avec des problèmes tels que le mariage précoce, le recrutement militaire des enfants et «Sexe transactionnel» exacerbée. L'ONU définit ce dernier comme «Des relations sexuelles non commerciales motivées par l'hypothèse implicite que le sexe sera échangé contre un soutien matériel ou d'autres avantages.»

Pourtant, Albany considérait que tant de femmes syriennes avaient été "Poussée par la tragédie vers des postes de chef de famille et de soutien de famille" au cours de la crise comme une occasion en or de faire de la propagande auprès d’eux et, en retour, de leurs familles, tout en promouvant le caractère «inclusif» de l’opposition, en créant et en établissant des partenariats avec des organisations de la société civile et des journalistes.

ARK croyait également que les femmes étaient "Public critique" compte tenu du nombre de ménages syriens dirigés par des femmes –"Jusqu'à 70 pour cent"– a donc cherché à s'assurer qu'ils étaient bien représentés dans toutes ses activités nationales et internationales «Produits de diffusion», ainsi que sur les réseaux sociaux.

«Vous payez pour les djihadistes»

Sans surprise, les dossiers ne reconnaissent pas le fait que cet environnement de plus en plus hostile pour les femmes syriennes résulte directement des efforts étrangers pour déstabiliser et renverser son gouvernement.

L'État islamique (EI, anciennement ISIS / ISIL) et al-Nosra sont à juste titre connus pour leur traitement monstrueux des femmes dans les zones qu'ils occupaient, notamment des viols généralisés, des violences sexuelles et des enlèvements.

Cependant, de nombreux groupes d'opposition armés, soutenus par des puissances étrangères, ouvertement salafistes ou non, imposé des restrictions strictes imposées aux femmes dans les zones qu'elles occupaient, les obligeant à porter des hijabs et des abayas, en infligeant des sanctions extrêmes pour ne pas se conformer, en imposant des mesures discriminatoires leur interdisant de se déplacer librement, de travailler, d'aller à l'école, etc.

Il y a des indications que les entrepreneurs du FCO étaient en étroite collaboration avec de telles activités. Par exemple, en décembre 2017 Documentaire de la BBC Panorama Jihadis You Pay For de l'argent prétendu FCO distribué en son nom par Adam Smith International (ASI) en Syrie, ils se sont retrouvés dans les poches d’officiers de la Police syrienne libre (FSP) qui étaient restés passifs pendant que des femmes étaient lapidées à mort.

Le programme était axé sur le programme d'accès à la justice et à la sécurité communautaire (AJACS), dans le cadre duquel ASI a financé et formé le FSP, une force civile non armée mise en place pour rétablir la loi et l'ordre dans les zones contrôlées par l'opposition.

Dans une ironie perverse, fuite Les fichiers ASI relatifs au projet indiquent qu'il a également cherché à exploiter les femmes à des fins de propagande, en appliquant une politique de genre à l'AJACS. «Qui (visait) à encourager la participation des femmes à la justice et à la police», et se vantant de la façon dont, sur les 1 868 policiers qu'elle a formés dans le cadre de ce programme, six – 0,32 pour cent – étaient des femmes.

Une véritable révolution. Comme Human Rights Watch Remarques, avant 2011, les femmes et les filles à travers le pays étaient «Largement capables de participer à la vie publique, y compris au travail et à l'école, et d'exercer la liberté de mouvement, de religion et de conscience.» Si le code pénal syrien et les lois régissant des questions telles que le mariage, le divorce et l’héritage contiennent des dispositions discriminatoires à l’égard des femmes, la constitution du pays garantit l’égalité des sexes.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Les déclarations, opinions et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l'auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Vous aimer cet article ? Partagez-le avec un ami !

*********************************

Vous pouvez lire l’article original ici

*********************************

Votre soutien est essentiel pour nous permettre de vous partager une information libre & indépendante.

À l’ère de la censure de masse, pour que nous restions en contact, j’ai besoin que vous vous inscriviez à ma newsletter gratuite ➡️ ICI

Nous avons besoin de financements pour garder notre site en vie et ils proviennent presque exclusivement de la publicité. N’hésitez pas à regarder les offres de nos annonceurs pour lesquels vous seriez intéressé ou nous envoyé votre contribution via Paypal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *